FOOTBALL – Alexandre Matos : « Là il n’y a plus de mots »

img 7455
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

« Sans pression » avant la rencontre, Alexandre Matos, le capitaine du RC Salouel-Saleux, désormais qualifié pour le 8ème tour de Coupe de France, apparaissait tout aussi serein après que son équipe soit officiellement devenue le petit poucet de la compétition, et seule équipe de district encore en lice dans l’hexagone…

Alexandre, quel est ton sentiment après ce succès 3-1 face à Hamel ?

C’est un nouvel exploit, là il n’y a plus de mots, on a déjà tout dit sur les tours d’avant : magnifique, exceptionnel. Là on se qualifie pour un 8ème tour de coupe de France !

Quel est ton analyse du match ?

On a fait un match correct mais je trouve que l’on a un peu reculé au fil du match. À chaque fois que l’on marque je trouve que l’on avait tendance à reculer, après on a su rester sérieux. Mais c’est vrai que ça le fait tout le temps, même en championnat, on a des bonnes périodes, on joue bien pendant 25-30 minutes et d’un coup on a un trou. On n’arrive pas à rester constant non-stop, et enchaîner durant tout un match. C’est aussi dommage que l’on prenne ce penalty, ça nous fait, je pense, un peu douter. Mais ça reste magnifique ce qui s’est passé.

Tu évoques le fait que vous ayez « un peu douté« , de là à avoir peur que le scénario s’inverse en leur faveur ?

Non non, on communiquait beaucoup entre nous sur le terrain, ça permettait de garder notre calme. Après ils ont marqué puis on a pris le rouge donc on s’est dit qu’il ne fallait pas qu’ils mettent un deuxième but derrière… Déjà qu’ils poussaient fort sans cela ! Après on sait aussi que l’on peut être costaud dans ces moments-là, comme on l’avait fait contre Lambres ou les Portugais de Roubaix-Tourcoing.

Il y avait la petite boule au ventre quand on a vu tout le monde

Et jouer dans une telle ambiance, qu’est-ce que cela fait ?

Oh ça c’est fou ! On s’y était un peu préparé mais le fait de voir toutes ces personnes chanter que ça soit pour nous ou pour Hamel, oui ça fait quelque chose. Les supporters d’ici faisaient beaucoup de bruit, mais même les nôtres qui étaient quand même beaucoup moins nombreux faisaient aussi du bruit ! Ça fait quelque chose oui, il y avait la petite boule au ventre quand on a vu tout le monde. Après, une fois que le match est lancé, on ne fait plus trop attention, mais c’est vrai que c’est un plaisir.
Franchement même les jeunes de l’équipe je ne pense pas qu’ils aient « subi » cela. Honnêtement une fois que l’on joue on ne fait plus attention, on entend les chants, mais ça peut siffler ou huer on n’en tient pas compte, on reste dans le match.



Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédit photo image d’illustration Audrey Louette Gazettesports.fr