VOLLEY-BALL : Didier Sali-Hilé, un début de saison entre la sélection et l’AMVB

volleyball amvb marseille gazettesports kevin devigne 68
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Joueur de l‘AMVB depuis plusieurs années, Didier Sali-Hilé jouait la Coupe d’Afrique avec son équipe nationale du Cameroun mi-septembre, l’occasion pour nous de nous entretenir avec le numéro 10 amiénois.

Bonjour Didier, comment en êtes-vous venu à jouer au volley-ball ?

J’ai commencé le volley en 2006 au Cameroun, j’avais 16 ans. Pour la petite anecdote, quand j’étais petit, dans mon quartier il y avait un complexe sportif. Souvent, il y avait des regroupements des volleyeurs que je regardais et c’est ce qui m’a donné envie de jouer. Ça m’a tout de suite passionné et j’ai vraiment persévéré pour atteindre ce niveau.

Parlez nous de votre parcours à l’AMVB ?

Je suis arrivé à Amiens en novembre 2016, ça fait déjà 5 ans que j’y suis et c’est ma 6ème saison. Lors de mes 5 autres saisons on a fait de bon parcours de championnat. On a fait deux fois la finale de la coupe de France que l’on a malheureusement perdue. Cette année le début de saison est plus compliqué. On a joué 4 matchs pour 2 défaites et 2 victoires.

Comment vivez-vous ce début de saison ?

De mon côté je vis ce début de saison difficilement car je suis arrivé en retard à cause du CAN. Je suis rentré la veille des premiers matchs donc ça n’a pas été pas facile puisque je n’avais pas eu de repos. J’ai difficilement pu enchaîner les matchs avec l’équipe amiénoise à cause de quelques blessures. Je ne pouvais pas être à 100 % de mes capacités. À mon retour, j’ai su m’adapter au groupe et mes blessures se sont estompées avec quelques séances de kiné.

Comment préparez-vous le match face à Conflans, ce week-end ?

Le match de ce week-end, on le prépare comme chaque rencontre. A l’entrainement, on essaie de voir ce qui n’a pas fonctionné lors des matchs précédents. On travaille énormément nos relations passe-attaque ou bloc-défense. On sera prêt 100 % pour ce week-end. Pour nous, bien préparer le match c’est important.

Je serai toujours présent pour représenter mon pays

Vous avez joué le Championnat d’Afrique 2021 cela a t-il nécessité une préparation particulière ?

Les entrainements pour le CAN étaient différents. Ce n’est pas le même coach donc c’est vrai que ça diffère. Pendant le stage en sélection, les entrainements étaient très intenses. On avait deux séances de 3h par jour, le mercredi et le samedi une séance de 3h et enfin le dimanche c’était du repos. Le CAN c’est tous les deux ans. Je ne sais pas encore si je le referai, ça dépendrait du sélectionneur, voir s’il a besoin de moi mais je serai toujours présent pour représenter mon pays. L’année prochaine je ne sais pas si je jouerai les championnats du monde car le Cameroun a été sélectionné, j’attends d’en savoir plus à l’avenir. 

Quel est votre palmarès avec le Cameroun ?

Je joue avec l’équipe nationale du Cameroun depuis 11 ans. Mon premier Championnat d’Afrique a été en 2011. A l’époque, nous avions été en finale face à l’Egypte et nous avions perdu. La même année, on avait également joué les jeux africains que l’on avait remportés. En 2017, on a de nouveau participé au CAN mais on a fini 3ème. En 2019, mon équipe et moi-même avons fait le CAN, et on a perdu contre la Tunisie en finale. La même année on s’est rendu aux jeux africains que nous avons de nouveau remportés. Cette année, nous avons une nouvelle fois été vaincus en finale du Championnat d’Afrique face à la Tunisie 3-1.



Julie Michel

Crédit photo : archives Gazette Sports