FOOTBALL : Le Pigeonnier peut avoir quelques regrets

football pigeonnier chaumont kevin devigne gazettesports 26
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Devant au score pendant une demi-heure, le Pigeonnier a craqué en deux minutes et s’est finalement incliné 1-3 en Coupe de France face à Chaumont malgré tous ses efforts.

Face à une équipe de R1, la solution pour le Pigeonnier était de bien entamer la rencontre pour faire douter cet adversaire évoluant 2 échelons au-dessus. Chose faite, car si la première occasion est à mettre à l’actif de Chaumont par Harand, bien servi par Gambart lancé en profondeur, qui tire finalement au-dessus (6′), le début de rencontre est avant tout animé par les Amiénois. Les hommes de Fred Morais se montrent d’abord dangereux par Diabate. Au terme d’une bonne action initiée par Almeida et relayée par Heurtel, la frappe de l’avant-centre des locaux, en angle fermé, était claquée en corner (9′). Les Samariens ne desserraient pas l’étreinte et suite à un bon travail de conservation de Diabate puis un bel enchaînement d’Almeida sur le côté gauche, Heurtel était servi dans la surface, puis crocheté, obtenant un penalty qu’il transformait lui-même, en force, sous la barre (1-0, 14′).

football pigeonnier chaumont kevin devigne gazettesports 9
Corentin Heurtel avait donné de l’espoir aux siens avant que les éléments ne tournent en la défaveur du Pigeonnier

Pas rassasiés et bien conscients de l’importance de faire le break, les Amiénois continuaient de pousser. Et sur une grosse pression dans la surface chaumontoise, ponctuée par pas moins de 3 tirs, la dernière tentative, du bout du pied, par Diabate, frôlait le montant gauche d’Alves (24′). Finalement, après une première demi-heure à haute intensité (on pensera notamment aux nombreux allers-retours de Huppy sur son côté droit), les locaux baissaient logiquement le pied. Mais ils tenaient bien défensivement sur les frappes de Coulibaly, contrée (28′), Gambart, en deux temps (30′), ou Sacko, dont la tête sur coup-franc passe au-dessus (34′). Si bien que l’action la plus dangereuse pour Jego est finalement un contrôle manqué de Leroux qui passe tout près de tromper son propre gardien mais que le défense central samarien sauvera toutefois lui-même (39′).

Et bien que le Pigeonnier soit moins présent dans la moitié de terrain adverse qu’en début de partie, on était plus proche du break que de l’égalisation puisqu’à ces timides occasions isarienne répondait une frappe sur le poteau d’Almeida après un joli numéro individuel de conservation et pour se mettre en position de tir (40′). Un premier tournant dans ce match. Rapidement suivi par le second. Après une bonne sortie de Jego dans les pieds de Gambart lancé en profondeur (42′), les Amiénois se retrouvaient acculés dans leur surface avant de craquer deux fois coup sur coup. D’abord, sur un corner de la gauche, Jego réalisait une sortie moyenne, redonnant le ballon à Bekhtaoui, entrée de surface qui ne se faisait pas prié pour égaliser d’une frappe déviée (1-1, 45′). Avant que, sur le coup d’envoi, l’arrière-garde de Chaumont ne récupère et lance en profondeur Sacko qui, d’un crochet, se mettait en position de frappe et fusillait Jego (1-2, 45’+1). Tout proche de rentrer aux vestiaires avec l’avantage au score et psychologique, c’est avec un coup de massue sur le crâne que le Pigeonnier passait la pause.

Le Pigeonnier pousse, Chaumont plus dangereux

De quoi revenir sur le terrain encore un peu sonnés pour la seconde période. Le premier quart d’heure était en effet à sens unique en faveur des visiteurs. Mais malgré leur domination, ces derniers péchaient à la finition. Soukouna voyait sa tête passer au-dessus (46′), la frappe de Gambart finissait à côté (51′) tandis que les tentatives en angle fermé de Lenglet, après une combinaison sur la gauche avec Gambart (53′), puis de Kiss (57′) permettaient à chaque fois à Jego de dévier le ballon en corner. Sur celui consécutif à la frappe de Kiss, la tête piquée de Soukouna, seul au second poteau, ne parvenait pas non plus à tromper Jego (58′). C’est à ce moment-là que le Pigeonnier se réveillait enfin, pressant et récupérant le ballon plus haut. Las, c’est le moment que choisissait Chaumont pour enfin être efficace. Sur un centre de la droite, le ballon passait devant tout le monde pour échouer sur Sacko au second poteau qui permettait aux Isariens de faire le break (1-3, 64′).

football pigeonnier chaumont kevin devigne gazettesports 34
Presque mais un poil trop juste, cette action de Souply résume à elle seule la rencontre des Amiénois

Chaumont reculait alors et l’initiative du jeu était complètement amiénoise. C’est pourtant seulement sur coup-francs que les locaux sollicitaient Alves, le portier chaumontois que ce soit par Heurtel, sans trop de soucis (66′) puis par Leroux, obligeant le dernier rempart adverse à la parade (75′). Et malgré la nette domination du Pigeonnier, les hommes de Fred Morais, émoussés, ne se montraient que peu dangereux, laissant même aux visiteurs la possibilité de piquer en contre. Sans succès toutefois, que ce soit sur un corner obtenu sur ce genre de situation, rentrant directement vers le but mais claqué par un Jego vigilant (77′), sur une frappe osée en angle fermé depuis l’extérieur de la surface de Kiss (80′), sur un tir de Sacko repoussé (82′) ou encore une tentative non-cadrée de Sapu, servi par Sacko (83′). Une dernière tentative de trouver Souply en profondeur tombait finalement sur un Alves vigilant (90’+1) et, avec l’exclusion de Diabate sur un deuxième jaune (90’+4), entérinait cette fin de match sur une défaite 1-3 frustrante quoi que respectant la logique hiérarchique entre les deux équipes.

Stephane Allogo, capitaine des Amiénois regrettait à l’issue de la rencontre de ne pas avoir su gérer l’avantage, ainsi, évidemment, que les deux tournants du match : « Je pense qu’on les a un peu trop laissé jouer alors qu’il y avait moyen d’aller les chercher un peu plus haut. On avait la balle du 2-0, ça aurait pu tuer le match et au final on se retrouve à 1-2 à la mi-temps. Ça nous plombe un peu. En seconde mi-temps, on essaye de pousser et on fait encore une erreur individuelle qui se paye cash. Physiquement, ça a été dur, on a beaucoup couru derrière le ballon, à partir de la 70ème, ça s’est vu, on n’avait pas les cannes pour aller chercher la victoire. Je dirais vraiment que c’est le poteau qui a tout changé, à 2-0, ce n’est pas le même match. Et puis, le deuxième tournant, c’est ce 2-1 avant la mi-temps alors qu’on venait de concéder l’égalisation, ça nous a mis un coup au moral. C’était une belle équipe en face, en plus, avec un belle mentalité, je pense que ça va jouer le haut de tableau. »


Amiens Pigeonnier (R3) – Chaumont (R1) : 1-3 (1-2)

Buts : Heurtel (14′, s.p.) pour Amiens ; Bekhtaoui (45′) et Sacko (45’+1, 64′) pour Chaumont

Amiens Pigeonnier : Jego – Huppy, Leroux, Desson, Mabille – Allogo, Zemmour – Leclercq, Almeida, Heurtel – Diabate

Entrants : Andre Wadi, Ndong Ngoua, Souply


Morgan Chaumier

Crédit photo : Kevin Devigne – Gazettesports