FOOTBALL – Richie Dilemfu : « J’aime relever les défis »

Football Aca Vs Marcq Kevin Devigne Gazettesports 73
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Sortant d’une saison quasiment blanche à cause d’une blessure puis de l’arrêt des championnats, Richie Dilemfu a tout de même eu l’opportunité de quitter l’AC Amiens pour l’Olympique Saint-Quentin, qui évolue en N2. Entretien.

Bonjour, pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre départ ?

Il n’y a pas vraiment de raison majeure. C’est une opportunité que j’ai tenté de saisir. J’aime bien relever des défis. Je sortais d’une saison où je n’ai pas joué du tout comme j’ai été blessé, avec en plus le covid, je n’ai pas pu y prendre part avec l’AC Amiens. J’ai quand même eu la chance de faire les trois matchs de Coupe de France avec l’AC Amiens lors de la reprise de la compétition. Après cela, j’ai eu un contact avec le club de Saint-Quentin, qui évolue en N2, soit un niveau au-dessus de celui auquel évolue l’AC Amiens. Donc comme j’aime relever les défis, je me suis dit : pourquoi ne pas goûter à une saison en N2 et essayer de s’imposer.

Comment cela s’est passé ?

Saint-Quentin est venu vers moi et j’ai répondu favorablement après avoir passé un essai qui a été concluant.

Est-ce que cela a joué dans votre réflexion le fait que cela ait moins fonctionné à l’AC Amiens la saison dernière, avec peut-être un sentiment de fin de cycle ?

Non, franchement, ça n’a pas joué dans ma décision. Lors de mon retour en Coupe de France, j’ai apprécié l’effectif qu’il y avait autour de moi. Après, ce n’est pas à moi de dire s’il fallait du renfort, mais sur les trois matchs auxquels j’ai pu participer avec l’équipe, c’étaient trois matchs de bonne qualité. Et, donc, si j’avais dû repartir sur les bases du même effectif, ça me convenait.

S’il n’y avait pas eu cette opportunité de Saint-Quentin et de la N2, je serais resté à l’AC Amiens.

Cela faisait 8 ans que vous étiez à l’AC Amiens, il n’y avait pas aussi un besoin de voir autre chose ?

C’est vrai que cela fait 8 saisons passées à Amiens, où j’ai connu des bons comme des mauvais moments. Mais s’il n’y avait pas eu cette opportunité de Saint-Quentin et de la N2, je serais resté à l’AC Amiens.

Quel bilan faites-vous de ces 8 années ?

C’est un bilan un peu mitigé car j’ai connu des saisons heureuses avec de fortes émotions et des saisons plus compliquées avec des blessures. Mais je retiens toujours une bonne image du club, à la fois de ce que j’ai pu apporter au club et de ce qu’il m’a apporté.

Vous arrivez à Saint-Quentin depuis la N3, mais vous avez une expérience de la N2, ça devrait faciliter votre intégration ?

Oui, voilà. Non seulement, j’ai déjà évolué en N2, donc je connais quand même le championnat. Et puis à force d’avoir pu jouer contre l’équipe de Saint-Quentin, il y a déjà des joueurs qui m’avaient croisé comme adversaire qui essayent de me mettre à l’aise. Côté expérience, j’ai connu de bons moments en N2, en jouant les 5-6 premières places, je sais à quoi se joue la N2.

Cela ne vous a pas surpris d’être sollicité après une saison sans jouer ?

Franchement, je ne pensais pas du tout à partir dans le sens où je sors d’une longue blessure. Quand j’ai repris pour les matchs de Coupe de France, je ne me posais même pas la question de savoir si un club allait venir me chercher, j’ai profité de l’instant présent. Dans ma tête, c’était : « Jouer, jouer, et après, on verra bien ! »


Morgan Chaumier

Crédit photos : Kevin Devigne – Gazettesports