ATHLÉTISME : Reprise de marques sur les combinés, Jordier en forme en Pologne

auc athlletisme 0120 leandre leber gazettesports
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Si les compétitions commencent à s’enchaîner, les championnats régionaux des épreuves combinées organisés à Amiens ce week-end s’inscrivaient globalement dans le processus de reprise progressif des repères. De son côté, Thomas Jordier montait en puissance à Chorzów, à l’occasion des championnats d’Europe par équipe.

auc athlletisme 0379 leandre leber gazettesports
Margaux Gourlay est sortie du lot en réalisant son record personnel

Ces championnats régionaux des épreuves combinées ont réservé un bilan plutôt mitigé à l’Amiens UC, si l’on se penche sur la performance pure. La meilleure à ce petit jeu a été Margaux Gourlay, qui termine première du groupe de compétition comprenant seniors, espoirs et juniors avec 4572 points, soit son record personnel, à la clef, réalisant au passage ses meilleures performances sur 4 des 7 épreuves concernées. « Les sensations sont bonnes » et le week-end « très satisfaisant » pouvait donc se réjouir l’espoir amiénoise au terme d’un heptathlon qui devrait lui ouvrir les portes des championnats de France des épreuves combinées qui auront lieu les 19 et 20 juin à Oyonnax, même si, soulignait-elle « il y a encore certains points à améliorer, notamment au javelot. » Floriane Le Floch, dans le même groupe, terminait 8ème avec 3196 points tandis que la cadette Charlotte Duporge terminait 5ème de sa catégorie avec 3393 points. Deux athlètes pour qui il s’agissait « de prendre de l’expérience » selon Jorice Bassola, l’entraîneur des combinards de l’Amiens UC, rappelant notamment que « Floriane a commencé l’athlé depuis 2 ans, elle a été freinée par le covid. Les épreuves combinés, c’est une question d’expérience, de savoir gérer, donc il faut en faire, et en foirer (sic). C’est son 3ème heptathlon, donc c’est très court. Et c’est pareil pour la génération de cadets qui monte. »

Du côté des garçons, le bilan était plus compliqué à faire avec un Caihe Caihe blessé lundi dernier à Laon et forfait sur ce décathlon et le retrait d’Erwan Mouaddib après 4 épreuves. Quant à Benoît Fraysse, il regrettait un décathlon en « montagne russe » et plombé par un 0. Après un samedi en dents de scie, entre un 100m « moyen » contre le vent et un concours de la hauteur où, il « n’a fait qu’une barre pour assurer » car « blessé à la cheville il y a deux semaines », d’une part et une « bonne longueur » et un 400m, proche de son record, d’autre part, c’est dès la première épreuve du dimanche que cela s’est gâté. « Ce matin, grande forme sur les haies, très bon échauffement, je teste un départ en 7, je me suis crispé et je n’ai pas réussi à finir », nous explique-t-il. Dès lors, « l’idée, derrière, c’est de se faire plaisir. » Avec notamment un concours de la perche de bonne facture.

auc athlletisme 0164 leandre leber gazettesports
Forfait, Caihe Caihe était tout de même présent à Urbain-Wallet ce week-end

Prendre du plaisir, ses marques et de l’expérience

Si Jorice Bassola insistait aussi sur un objectif « de prendre du plaisir » surtout dans une période où le risque de nouvelle interruption des compétitions n’est pas encore totalement à exclure, il soulignait aussi l’importance, particulièrement pour les épreuves combinés, de la « prise de marque et prise d’expérience. » Expliquant que les résultats viennent « plus on arrive à relativiser, plus on arrive à passer tout de suite sur l’autre épreuve quand on vient d’en finir une, que ça ait été bon ou mauvais. Il ne faut pas rester trop sur l’épreuve d’avant parce que sinon on ne va pas être concentré. Une fois que l’épreuve est passée, on a fait un feedback avec l’entraîneur, il faut tout de suite se mettre dans l’autre épreuve, s’échauffer, se mettre en condition pour réussir l’épreuve qui arrive. »

auc athlletisme 0319 leandre leber gazettesports
Déçu par un 0 pointé sur le 110m haies, Benoît Fraysse se reprenait pourtant bien à la perche où il passait la barre des 4,36m

Or, la situation vécue ces derniers mois est venue amplifier ce besoin d’expérience et de repères comme Jorice Bassola l’explique au travers non seulement de l’exemple de Floriane Le Floch, mais aussi du 0 de Benoît Fraysse sur les haies : « Cette année, l’inconvénient, c’est qu’on n’a pas pu faire beaucoup de compétitions individuelles pour avoir des repères, des certitudes, pour savoir ce qu’il faut travailler. Donc sur ces premiers combinés, on arrive un peu dans l’inconnu. On l’a vu ce matin avec Benoît, qui est très bien sur l’échauffement, sauf que c’est sa première compétition en départ en 7 et il y a eu un petit pépin au départ parce qu’il n’a pas pu faire de haies en individuel et donc se rassurer sur son départ. »

Une inconnue qui est aussi physique : « C’est une reprise où il faut faire très attention, prévient Jorice Bassola. Parce que pour certains, ils ne se sont pas entraînés tout le temps. C’est une reprise crescendo, il ne faut pas forcément s’attendre à faire que des records, il faut comprendre que c’est une reprise après un arrêt d’un an, un an et demi. C’est quelque chose dont on n’a pas l’habitude. Physiquement, il faut faire attention à ne pas vouloir trop forcer dès la reprise, à y aller progressivement pour ne pas se péter et foirer (sic) la période de compétition qui est ouverte, parce que qu’on ne sait pas où on va. » Pour autant, de ce côté-là, la satisfaction dominait tant chez l’entraîneur pour qui « au niveau de la forme, c’est plutôt pas mal » que pour Benoît Fraysse qui soulignait même que l’enchaînement depuis la reprise, « c’est comme ça qu’on monte en puissance, et en soi physiquement, j’étais au rendez-vous », reportant son échec du week-end sur l’aspect mental.

Jordier brille à Chorzów

Du côté de la Pologne, enfin, Thomas Jordier figurait parmi les rares satisfactions d’une équipe de France en difficulté aux championnats d’Europe par équipe et ne terminant que 6ème sur 7 (l’Ukraine n’ayant pu se présenter pour cause de covid-19) avec seulement 4 victoires sur 40 épreuves. Dont une, donc, pour le spécialiste du 400m de l’Amiens UC qui remportait sa distance, devançant notamment l’Italien Davide Re, d’ores et déjà qualifié pour les Jeux, grâce à une dernière ligne droite canon qu’il avait pourtant entamée 3ème. Et avec une meilleure performance personnelle de la saison, sa meilleure, même, depuis 2015, en 45″65. Sur le relais 4x400m, il confirmait sa bonne forme. Prenant le témoin en 6ème position, il remontait à la 4ème place grâce au meilleur chrono des derniers relayeurs (et même de l’ensemble des relayeurs).


Morgan Chaumier

Crédit photos : Léandre Leber – Gazettesports