EDITO : Et si la saison de l’Amiens SC était réussie ?

Football Amiens Vs Dunkerque Ligue 2 0021 Leandre Leber Gazettesports
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Prenant à rebours l’avis général sur l’année de l’Amiens SC, notre journaliste football Morgan Chaumier tente de déceler des motifs de satisfaction dans une saison en apparence plutôt ratée.

Admettons le tout de suite, l’hypothèse est hasardeuse, de nombreux indices tendent plus à prouver celle de la saison manquée. À commencer, tout simplement, par un classement peu flatteur, une dixième place relativement quelconque avec un écart colossal avec la tête (25 points sur la montée directe, 17 points sur les play-offs), d’autant plus, aurait-on tendance à penser, pour un relégué de L1. Rappelons tout de même que, les dernières saisons, être relégué de L1 ne rimait pas forcément avec succès à l’étage inférieur. Si Metz et Troyes, spécialistes de l’ascenseur entre les deux divisions s’en sortaient bien, les autres prenaient 6è, 7è (2 fois), 8è, 9è, 13è, 17è et même 18è place au terme de leur première saison de retour en L2. Il y a aussi cette 15ème attaque, qui fait un peu tâche. Mais qui est toutefois compensée par la 6ème défense de L2.

Surtout, il y a un début de saison, marqué par l’instabilité, l’intégration constante de nouveaux joueurs et le départ d’autres, tandis que certains figuraient toujours dans l’effectif sans que Luka Elsner, alors entraîneur de l’Amiens SC, ne puisse compter sur eux. Et ce tableau n’évoquera que de façon superficielle une préparation effectuée majoritairement avec la jeune garde du club. Tout cela aura plombé les Samariens. Ainsi, lorsque Amiens se déplace à Clermont, en plein milieu du mois d’avril, le club picard a, certes, deux matchs en retard, mais également 15 points de retard sur les play-offs et 19 sur l’accession directe. Face à un adversaire globalement plus fort cette saison et jouant un match bien plus important pour lui, Amiens cède dans un match où le dauphin de l’ESTAC aura fait la différence sur l’efficacité. Et si cette rencontre est annonciatrice d’une fin de saison en roue libre, entre lourdes défaites (Clermont, donc, Chambly, Guingamp) et matchs plaisants, au moins en partie (Valenciennes, Ajaccio, Dunkerque, Nancy), avant cela et après, donc, un début de saison compliqué, le bilan n’était pas si noir.

D’octobre à avril, une équipe qui se mettait en place

ligue 2 amiens sc vs guingamp 0013 leandre leber gazettesports
Arnaud Lusamba, arrivé à Amiens le 20 octobre, est un élément symbolique de la stabilisation du groupe à partir de l’automne

En effet, une fois soldé le mercato et passée une défaite contre Caen alors qu’Oswald Tanchot n’était encore qu’intérimaire, 26 journées vont se dérouler avec un bilan plutôt positif pour l’Amiens SC. Avec seulement 24 rencontres disputées sur cette période, le club picard pointe certes au 9ème rang, mais présente en réalité le 7ème bilan avec en moyenne 1.46 points d’inscrits par match, avec surtout seulement 7 points de moins que la 5ème place qualificative pour les play-offs (en comptant, rappelons-le deux matchs en retard, soit virtuellement potentiellement 1 seul point en moins). Entre le début du mois de décembre et ce match contre Clermont, le bilan est même encore meilleur puisque l’ASC possède tout simplement la 5ème meilleure moyenne de points (1.56 par match) du championnat. Le tout avec seulement 4 revers en pas moins de 18 matchs ! Et, respectivement, la 4ème et 3ème meilleure défense du championnat sur 24 et 18 rencontres. Mais toujours la 13ème ou 14ème attaque.

De plus, sur cette période de 24 matchs, fait place aux 41 joueurs utilisés au cours de la saison un groupe déjà plus restreint de 30 joueurs. Qui se réduit encore de 2 unités (Lewis et Sy) si l’on débute le décompte début décembre. Surtout, malgré un mercato d’hiver qui a acté les remplacements d’Otero, Mendoza et Akolo par Coly, Diakhaby et Ouattara, cette période est celle de la stabilité, 7 joueurs y comptant au moins 18 titularisations. Depuis début décembre, ce sont même seulement 17 joueurs qui concentrent 90% du temps de jeu. On remarque donc que, dès lors qu’une ossature claire se forme avec cet effectif, les résultats sont en mesure de suivre. D’autant plus rassurant est le fait de remarquer dans cet effectif qui prend forme que plusieurs jeunes, encore en phase d’apprentissage, ont eu un rôle à jouer. Au-delà de Gomis, titulaire pour sa première saison à ce niveau, certains ont régulièrement fait partie de la rotation (Gendrey, Monzango, principalement, mais aussi Assogba, Tokpa, Traoré, Papeau, pas si jeune, mais quasi débutant en professionnel, Bianchini et Lachuer).

Avec un bilan plutôt intéressant une fois de la continuité trouvée dans l’effectif et ce grâce à un jeune groupe toujours en phase de progression, on aurait donc tendance, à défaut de trouver la saison réussie, à la considérer comme prometteuse. Reste une interrogation : le résultat final, moyen, incitera-t-il à tout remettre à plat ? Au regard de tout ce que nous avons défendu précédemment, ce serait, à nos yeux, une erreur. Bâtir sur les fondations posées cette saison, en améliorant à la marge les points de progression (on pense tout particulièrement à la question de la finition, et donc de l’avant-centre), voilà sans doute la route qui mènera l’Amiens SC vers un horizon plus dégagé.


Morgan Chaumier

Crédit photos : Léandre Leber – Gazettesports