AMIENS SC – Arnaud Lusamba : « C’est inné de sentir le jeu »

football ligue 2 amiens sc vs aj auxerre 04
Ⓒ Gazette Sports

Présent en conférence de presse avant la rencontre face à Guingamp, Arnaud Lusamba s’est longuement confié sur sa conception de son rôle sur un terrain.

Si, interrogé en avant-match, Arnaud Lusamba avait évidemment évoqué la rencontre, espérant encore à cet instant « ne plus perdre aucun match d’ici la fin de saison », il en avait profité pour balayer de nombreux sujets.

Interrogé sur l’ensemble de la saison il dissociait bien le bilan collectif de son expérience individuelle. Ainsi, il reconnaissait que « la saison n’a pas toujours été facile » regrettant que l’ASC ait « loupé des tournants, certains matchs que l’on aurait dû gagner » et qui auraient permis de rendre cette année « plus belle ». Pour autant, le milieu de terrain débarqué de Nice savourait cette saison pleine et son intégration dans le groupe amiénois : « Ça faisait longtemps que je n’étais pas dans un groupe, ça n’a été que du bonheur. Les gens ici ont été top, l’acclimatation s’est très bien passée. À titre personnel, c’est encourageant pour la suite »

Passé de jeune joueur utilisé avec parcimonie à Nice à cadre en Picardie, preuve en est le brassard qu’il a récupéré à la sortie d’Alexis Blin samedi, le milieu samarien qui avait débuté sa carrière professionnelle à Nancy en 2014 expliquait également ce nouveau rôle auprès du jeune effectif amiénois : « Les jeunes ont envie d’apprendre, ils sont travailleurs, ce qui nous motive tous à les encourager. Et quand on passe dans le monde pro, ce n’est pas comme chez les jeunes, il y a certaines choses qu’ils doivent apprendre et c’est notre rôle à nous, qui avons déjà quelques saisons en pro, de les guider pour que ça se passe plus facilement pour eux. »

Polyvalence et lecture de jeu, un précieux milieu

Au-delà de ce rôle de guide pour les plus jeunes, Arnaud Lusamba a également évoqué son rôle sur le terrain. Notamment au travers son passage dans un registre plus reculé en début de rencontre face à Dunkerque. Un positionnement qu’il décrivait comme « différent parce que c’est plus facile de toucher plus de ballons. C’est un peu spécial, parce qu’on a un peu plus de temps, on a le jeu face à nous. »

Mais s’il admettait que « c’est un bon poste », il avouait également que « le poste que je préfère, c’est dans un milieu à trois en étant relayeur. C’est là où je me sens le plus à l’aise et où je pense le plus apporter à l’équipe. » Pour autant, évoquant les différents systèmes de jeu et les différentes positions qu’il a ainsi dû occuper cette saison, il y voyait un « plus » en ce que « ça permet d’élargir sa palette, de s’adapter. »

Reste que c’est probablement dans un rôle où sa lecture du jeu pourra s’exprimer qu’il aura le plus d’importance. À propos de cette qualité, s’il estime ne pas penser « que ça puisse se travailler, c’est inné de sentir le jeu, de se dire que dans telle situation il faut que ça se passe de telle façon », il souligne aussi que pour sa mise en pratique sur le terrain, « la plupart du temps, il faut réfléchir, analyser l’adversaire, ce qu’il est capable de faire, ou même analyser son coéquipier « là, c’est untel, je sais qu’il veut le ballon dans les pieds/en profondeur ». » Cela rend ainsi « important de bien s’entraîner ensemble pour créer des automatismes. Ça prend quelques temps de connaître ses partenaires et je pense que plus on connaît ses partenaires, meilleurs on est ensemble. » En revanche, « dans les zones de vérités, c’est inné, on n’a pas vraiment le temps de réfléchir, explique-t-il, on tente les choses avec spontanéité. »

Une qualité qui lui permet d’approcher la fin de saison avec tout de même 7 passes décisives, ce qui fait de lui le 6ème meilleur passeur de Ligue 2.


Propos recueillis par Quentin Ducrocq avec Morgan Chaumier

Crédit photo : Léandre Leber – Gazettesports