FOOTBALL : Peu de répit pour la formation de l’ASC

Football Asc (b) Vs Chantilly (b) Gazettesports Coralie Sombret 11
Ⓒ Gazette Sports

Si les championnats sont à l’arrêt, ce n’est pas le cas du centre de formation de l’Amiens SC qui reste bel et bien ouvert pendant cette période d’incertitudes.

Même un cas de covid, détecté cette semaine, n’aura pas fait fermer le centre de formation de l’Amiens SC. Tout au plus les joueurs seront rentrés chez eux pour les vacances avec une journée d’avance. C’est ce que nous explique Patrice Descamps, directeur du centre de formation : « Le centre n’est pas fermé pour cause de covid, les vacances sont avancées. On va dire que cela nous arrangeait bien qu’il y ait les vacances. Et lundi, il y a du personnel qui travaille jusque jeudi et ensuite ce sont les vacances normales pour le staff. » En effet, la grosse différence qui permet au centre de formation amiénois de continuer à fonctionner, même de façon réduite du fait des vacances est la présence d’un seul cas contrairement, par exemple, à ce qui a eu lieu à Marseille, au PSG ou à Saint-Étienne où c’est un cluster qui avait été découvert.

Si Patrice Descamps reste vigilant : « on va suivre, on a un cas, donc il est certain que cela peut en engendrer d’autres », il reste plutôt confiant quant à une reprise normale au retour des vacances, sans rupture de la formation : « Comme on a identifié rapidement parce qu’on est testés toutes les semaines, on a une traçabilité forte. »

« Nous sommes de grands privilégiés »

Un retour au centre qui ne serait pas remis en cause non plus par une décision de la FFF et du Ministère des Sports, quelle qu’elle soit, quant à la reprise des championnats. En effet, comme l’admet Patrice Descamps, les centres de formation sont « des privilégiés parce qu’on a la possibilité de faire des matchs contre les autres centres de formation. Donc depuis le 4 janvier qu’on a repris, chaque week-end il y a des matchs. » Et cela doit continuer avec le PSG, Caen, Troyes ou encore Lens comme adversaires.

Contrairement à la plupart des autres équipes, la reprise des compétitions n’est donc pas ici un enjeu majeur : « On est sur une formation continue, il y a les entraînements tous les jours et un match le week-end, il manque l’adrénaline de la compétition mais nous sommes de grands privilégiés, insiste Patrice Descamps. C’est ce que j’essaie chaque jour d’entretenir comme idée auprès de mon staff et des joueurs, que ce privilège il faut l’apprécier, le savourer, mais aussi penser à tous ceux qui ne l’ont pas. » Et qui attendent toujours de savoir à quelle sauce ils vont être manger, dans le cas du football et plus généralement du sport amateur.


Morgan Chaumier

Crédit photo : Coralie Sombret – Gazettesports