FOOTBALL – Azouz Hamdane : « Je suis vraiment écœuré par tout ça »

Football Nationale 3 Amiens Sc B Vs Ac Amiens 0096 Leandre Leber Gazettesports 1024x683 1
Ⓒ Gazette Sports

Alors que l’AC Amiens fait partie des équipes qui ont repris l’entraînement avec contact pour disputer sa rencontre de Coupe de France, à Nœux-les-Mines, ce dimanche, Azouz Hamdane ne décolère pas face à une situation qu’il juge grotesque.

Bonjour, quel est votre avis sur cette reprise via la Coupe de France ?

C’est du grand n’importe quoi. Si ça ne tenait qu’à moi, je ne me présenterais même pas. Mais je ne suis pas seul, je représente un club qui souhaite se présenter donc je vais le faire. Mais sans aucun enthousiasme, juste parce qu’il faut le faire.

Dans ces conditions, comment vous préparez-vous pour ce match ?

Bah, c’est n’importe quoi, ce n’est même pas une préparation. On ne peut pas appeler ça une préparation. On appelle ça des séances de reprises, une remise en train. On essaie de ne faire que du jeu parce que les joueurs étaient quand même en activité, ils avaient un programme individuel à suivre. Mais ça ne remplace pas le terrain. On a bien vu sur les premiers sprints qu’ils ont faits, qu’ils étaient tout de suite en dette d’oxygène, tout de suite en grande difficulté. On bricole, ce n’est pas très sérieux.

S’entraîner pour quoi faire ? On est des compétiteurs, ce n’est pas une crèche, ce n’est pas un accueil de loisir l’AC Amiens !

Vous ne faisiez pas partie des clubs qui pouvait s’entraîner avant cela ?

Non, non. Et puis, même, s’entraîner pour quoi faire ? On est des compétiteurs, ce n’est pas une crèche, ce n’est pas un accueil de loisir l’AC Amiens ! On est là pour nous entraîner pour jouer une compétition, pour tenter de performer. Nous entraîner pendant trois mois sans match… Déjà, pendant la préparation, l’été, avec des matchs amicaux sans réel enjeu, c’est compliqué de maintenir à flot un groupe de joueurs. Alors là, vous imaginez… Ce n’est pas une garderie, je ne suis pas animateur, je suis éducateur. Même si j’avais eu des contrats fédéraux, je ne suis pas sûr que j’aurais mis en place des entraînements sans avoir une date précise de reprise.

Dans ce contexte, comment on se motive pour le match à venir ?

Quand je parle, ça n’engage que moi, vous me demandez mon avis, je vous le donne. Je pense qu’il y a une partie des joueurs plutôt d’accord avec ça. Je trouve que c’est trop compliqué de laisser les clubs à eux-seuls prendre la décision, comme certains le font, de déclarer forfait ou de boycotter. Je pense que les instances départementales et régionales devraient prendre leur responsabilité. J’ai vu que les nouveaux dirigeants des Hauts-de-France avaient pris leur responsabilité, j’ai vraiment bien aimé leur communiqué. J’ai vraiment très apprécié ce qui a été dit. On a une prise de décision très centralisée au niveau de la Fédération qui impose les choses pour des enjeux qui les regardent eux mais qui ne nous regardent pas nous.

Football Nationale 3 Amiens Sc B Vs Ac Amiens 0082 Leandre Leber Gazettesports 1024x683 1

Donc pour motiver les joueurs quand on ne l’est pas soi-même, c’est compliqué. Mes joueurs savent pertinemment, ils savent toujours ce que je pense, je le leur dit toujours. Mais bon, cela reste des compétiteurs. Donc on va aller à ce match pour tenter de se qualifier et espérer jouer la semaine d’après. Parce qu’il n’y a que ça qui peut nous permettre de continuer à rester sur le terrain. Avec un troisième confinement qui est annoncé sans être annoncé, je ne vois vraiment pas l’intérêt de jouer avec notre espoir, c’est trop malsain. Je suis vraiment écœuré par tout ça.

Vous n’êtes donc pas optimiste pour la suite ?

Ce n’est pas moi qui ne suis pas optimiste, c’est la France toute entière ! On est tous logés à la même enseigne, les footballeurs, les commerçants, les fonctionnaires. Je n’invente rien, je suis juste soumis aux mêmes espoirs et désespoirs que tous les autres Français.

Pour l’instant, la seule chose que je peux dire, c’est qu’on a un match à jouer contre Nœux-les-Mines dimanche. Si on veut repartir pour une semaine de plus il faut nous qualifier dimanche. Je ne peux rien dire d’autre. Parce que quand on est capable de prendre la décision de dire aux clubs : « vous pouvez vous entraîner le lendemain pour jouer la semaine d’après », je crois que n’importe qui peut essayer d’anticiper quoi que ce soit, on serait tous à côté de la plaque avec des décisionnaires de la sorte. On est dans un monde de fous.

On avait quitté vos joueurs dans le dur, dans quel état sentez-vous votre groupe, au-delà de l’aspect physique ?

Je pense que les joueurs sont contents de retrouver le terrain, notamment les jeunes. C’est quand même satisfaisant de se retrouver sur le terrain avec eux, on ne va pas se cacher. C’est une compétition dans laquelle on était plutôt bien, on se retrouve dans le cadre de cette compétition. Et puis, les joueurs connaissent l’enjeu, soit on se qualifie et on passe un tour, soit on ne se qualifie pas et on reste à la maison, c’est clair et c’est net, donc je pense que les joueurs ont envie de faire quelque chose. Cela reste des compétiteurs. Mais, moi pareil, je pense ça, mais une fois sur le terrain, on sera là pour se qualifier. Je ne serai pas là pour faire acte de présence. Il va falloir essayer d’être intelligents dans l’approche de ce match.




Morgan Chaumier

Crédit photo : Leandre Leber – Gazettesports