FOOTBALL – Sébastien Léraillé : “C’est une surprise, on ne s’y attendait pas du tout”

Amical Football Longueau Vs Reims 0018 Leandre Leber Gazettesports
Ⓒ Gazette Sports

Alors que la Coupe de France va reprendre ses droits le 30 janvier, Sébastien Léraillé revient sur cette annonce entre étonnement et incompréhension.

Quand on lui évoque cette reprise fin janvier, le technicien picard se montre perplexe : “C’est une surprise, on ne s’y attendait pas du tout.” Avant d’évoquer le délai de préparation, “dix jours pour se préparer c’est très court surtout avec le couvre-feu mais bon c’est tout de même une bonne nouvelle de reprendre la compétition”. Puis, l’entraîneur longacoissien évoquait l’organisation à mettre en place, “on va essayer de programmer des séances à 16h mercredi et samedi avec les joueurs disponibles car les garçons travaillent. Heureusement depuis mi-décembre on continue de s’entraîner et de s’entretenir mais on aura eu aucune opposition avant la réception de Cambrai. Les joueurs ne seront pas à 100% et surtout on va devoir préparer un match avec certains joueurs qui en ce moment ne sont pas disponibles la semaine, donc c’est un peu compliqué.« 

Mais ce qui dérange surtout le manager général des Cheminots, c’est le manque de cohérence et le manque d’équité. “Je trouve cette décision incohérente et très surprenante. Il y a des clubs qui n’ont pas du tout repris pour différentes raisons que ce soit économique, une question d’organisation ou autre et ces équipes là ne seront pas prête en 10 jours. Surtout il n’y a aucune harmonisation car c’est incompréhensible que les équipes qui jouent en Coupe de France puissent reprendre et les autres non. Et si tu es éliminé derrière tu ne peux plus t’entraîner de nouveau, c’est assez particulier comme décision.”

Il évoquait surtout le manque de considération pour le “football d’en bas”, “tous les clubs qui ne sont pas en Coupe de France sont aujourd’hui abandonnés et ne doivent pas comprendre cette décision. Il faut aussi penser à tous ses enfants qui ne peuvent plus s’entraîner car les clubs ne peuvent plus payer les éducateurs ou car les parents hésitent à les envoyer. Il faut une harmonisation des décisions car cela créé des disparités et de l’incompréhension. Par exemple, les réserves des clubs professionnels ont pu faire des matchs amicaux et les autres équipes de leur division non, ce n’est pas normal.” 

Il y a derrière tout ça des enjeux politiques avec les élections de la FFF

Avant de pointer les enjeux financiers et surtout politiques, derrière cette décision, “il y a derrière tout ça des enjeux politiques avec les élections de la FFF qui arrivent bientôt. On ne veut pas exclure totalement les clubs amateurs mais les décisions sont prises en fonction des clubs professionnels. Si l’on veut à tout prix finir la compétition c’est parce qu’il y a au bout des enjeux pour les clubs professionnels.” Concernant le championnat, ce dernier ne se fait pas d’illusion, “le championnat n’ira pas au bout, c’est une certitude avec le calendrier qui vient de sortir pour la Coupe de France. Pour moi on va essayer de finir la phase aller puis ce sera au quotient. C’est dommage je trouve, mais on fera avec.” 

Interrogé sur le protocole mis en place, il ne s’inquiète pas pour son club mais comprend l’inquiétude de certains. “Pour nous le protocole n’est pas un souci car on teste déjà les joueurs régulièrement. Mais je pense qu’il y aura plus d’un club qui ne pourra pas jouer à cause de Covid et sera forfait. Aucun club n’est à l’abri et si vous n’avez pas de gros effectif vous pouvez vite manquer de joueurs. Cette règle est assez sévère et tranche encore une fois avec les protocoles mis en place pour les clubs professionnels. » 

La Coupe n’aura pas la même saveur

Concernant le huis clos, il comprend, même si pour lui la Coupe de France n’a plus trop de saveur. “On va devoir s’habituer car il est possible de finir la saison aussi à huis-clos. Après c’était la seule solution pour reprendre. La Coupe n’aura pas la même saveur c’est une certitude et c’est aussi des recettes encore en moins pour le club. Aujourd’hui l’objectif va être de passer ce tour aussi pour aller chercher la dotation financière pour essayer de compenser les pertes pour le club. Ensuite on verra mais nous sommes des compétiteurs et on essayera d’aller le plus loin possible en sachant que ça aidera le club financièrement. Enfin il faut être lucide, si tu passes puis tu tombes sur une équipe de N3 ou N2 qui peut s’entraîner depuis un moment, ce sera presque mission impossible. »



Aurélien Finet

Crédit Photo : Kévin Devigne – Gazettesports