EDITO : Le monde du sport va très mal

Cyclisme Cyclocross Vtt Kevin Devigne Gazettesports 55 1024x683 1
Ⓒ Gazette Sports

Avec le COVID, le monde du sport va de plus en plus mal. D’abord, ce n’est pas demain que les sportifs amateurs vont pouvoir retrouver les terrains.

Au plan professionnel, le football en L1 et L2 poursuit tant bien que mal son activité dans des stades complètement vides…
Mais que dire du rugby qui interdit désormais les confrontations entre les clubs français et anglais et qui pourrait aussi se priver du prochain Tournoi des Six Nations. Le COVID a des conséquences dans le monde des médias et ainsi depuis trois jours, le journal l’Equipe, ne parait pas.
Il y a en effet une grève des journalistes car la direction prévoit de licencier le dixième de son effectif soit en gros une quarantaine de personnes. On devrait apprendre ce lundi si le mouvement de grève se poursuit. Mais il faut savoir que les ventes ont chuté et ce en raison d’une actualité sportive beaucoup plus restreinte.

Le cyclisme en route pour imiter le football ?

Alors, les journalistes ont traité des sujets inédits qui parfois n’avaient rien à voir avec l’actualité, sans compter que le travail de journalistes s’est fait depuis un an dans des conditions vraiment particulières puisque le métier s’est aussi, bon gré, mal gré, plié au télétravail. Et puis, nous terminerons avec ce formidable coup de gueule de Marc Madiot qui n’a pu se taire lorsqu’il a appris que le milieu du cyclisme  pourrait imiter celui du… football  mais oui certains dirigeants de l’UCI ont eu comme idée le fait que désormais au niveau de ses coureurs pros, ceux-ci pourraient s’adjoindre le concours d’un… agent.

Ainsi, est-il fortement question de l’arrivée du Portugais Jorge Mendes qui est très connu dans le football. Marc Madiot ne veut pas que les agents se fassent de l’argent sur le dos des coureurs qu’ils pourraient ainsi, comme dans le football et il a entièrement raison. Avec l’intrusion des agents, le cyclisme professionnel pourrait voir se développer le Mercato et pourquoi pas envisager un d’hiver et un de printemps. Ainsi un coureur qui ne serait pas à l’aise dans une formation pourrait aller ailleurs en pleine saison.

On imagine les ravages que pourraient engendrer ce genre de situation. Nous soutenons parfaitement Marc Madiot. Il ne faut pas d’agent dans le cyclisme.



Lionel Herbet  

Crédit photo Kevin Devigne Gazettesports.fr