EDITO : Le sport est quand même bien malade et le Covid n’explique pas tout

Images
Ⓒ Gazette Sports

Nous traversons une période bien difficile et évidemment, c’est la conséquence de cette pandémie que nous sommes obligés de subir car depuis six mois, si on a un peu avancé au niveau des connaissances, la situation est aussi compliquée surtout après les derniers discours de nos hommes politiques.

Du moins ceux qui sont en ce moment à la barre car rien ne dit que ceux qui critiquent feraient mieux s’ils étaient aux commandes. Reste que le Sport subit de plein fouet le même sort que les autres activités dont certaines ne se remettront jamais comme par exemple les restaurateurs, cafetiers, spectacle etc.

Rayon sport, ce qui se passe en ce moment avec le football pro français et les droits de télé est le signe d’un certain amateurisme. Comment se fait-il que la Ligue Professionnelle de Football ait pu accorder, sans aucune garantie, à un diffuseur inconnu jusqu’alors en France (Médiapro) et dont le principal actionnaire est… chinois l’autorisation de retransmettre quasiment tous les matches de L1 et L2.?

Aujourd’hui, le diffuseur espagnol et chinois ne peut régler la première échéance, prétextant le Covid (il a bon dos)  et  veut gagner du temps. On verra bien jusqu’où ce cinéma va nous amener. La Ligue  Professionnelle de football a été trompée par le diffuseur.  Il fallait mettre au pilori Canal Plus et même Bein qui n’ont recueilli que des miettes dans la distribution des matches retransmis. Aujourd’hui quand on voit que la Ligue attend désespérément les 172 millions promis , on imagine que du côté de Canal Plus, on doit se marrer. mais en attendant, c’est tout le football français qui tremble.

D’autant que de nombreux clubs sont privés de recettes de spectateurs et de partenaires après les rencontres. Passons maintenant aux sports individuels avec ce constat : il n’y a plus de contrôle anti dopage et ce depuis environ six mois. D’où cette expression de l’ancien champion du  décathlon Laurent Hernu :  « Certains ressemblent à des mobylettes« .

Une phrase qui en dit long mais attention, certains risquent de se faire mal lorsque viendra le moment de revenir à la réalité.

Arrivera bien un jour où les vrais contrôles anti dopage reviendront tandis qu’on l’espère disparaitront les contrôles anti Covid. N’oublions pas aussi que l’athlétisme est secoué par deux sombres affaires qui suivent leur cours et  concernent les athlètes Ophélie Claude-Boxberger et Clémence Calvin. .

Deux affaires pénibles car elles se jugent désormais au plan judiciaire et pour l’une d’elle dépasse le cadre sportif. En attendant, nous prenons un grand plaisir à voir notre champion picard Arnaud Demare accumuler les victoires dans le Tour d’Italie qui a été touché lui aussi, par le Covid. En effet, deux équipes se sont retirées car certains coureurs étaient positifs.

Le coronavirus aura été la cause de l’annulation de Paris-Roubaix qui, depuis 120 ans, s’était toujours déroulé sauf durant les deux conflits mondiaux de 14-18 et 39-45.

Preuve que le virus est aussi néfaste et tue également.

Saluons quand même que la situation s’est améliorée entre les présidents de la Fédération française de rugby et celui  de la Ligue professionnelle :  Bernard Laporte et Paul Goze. Ces deux hommes qui ne passeront pourtant pas leurs vacances ensemble ont trouvé un accord et c’est tant mieux. Ils ont conclu que les joueurs seront bien prêtés par leur club s’ils sont appelés par le sélectionneur de l’équipe de France. 

Terminons notre propos sur les Jeux Olympiques. C’est fou combien 2024 et Paris inspire et motive certains maires, présidents de conseils départementaux de notre région.

Chacun tient à tirer la couverture à soi comme par exemple dans la Somme où le CDOS est loin d’avoir la place qu’il mérite et ne pèse pas lourd devant par exemple Amiens-Métropole. .

Ces Jeux de Paris que nous espérons de qualité ne récoltent plus le même enthousiasme qu’il y a deux ans lorsque le CIO avait désigné Paris pour organiser un siècle après ceux de 1924, les J.O..

Depuis, le Covid a fait des ravages et il a déjà empêché que les J.O. de Tokyo cette année puissent se dérouler.

Pour ce qui concerne Paris et en dépit des efforts de Tony Estanguet, l’argent ne coule pas aussi facilement que prévu.

C’est ainsi qu’il faut absolument économiser une somme importante de 400 millions d’euros et ce n’est sûrement pas fini. 

Récemment, les élus du département 93 ont réagi et déploré que leur territoire  était l’objet « d’un certain détricotage ». Ils  ont   même ajouté  « qu’heureusement le Stade de France n’avait pas de roulettes, sinon on se demande ce qui se passerait ».  

D’ici à 2024, auront lieu les élections, dans toutes les disciplines olympiques ou non au plan national, régional et départemental. Les  nouveaux présidents auront en charge Paris 2024 en oubliant volontiers que justement, pour l’Etat, le mot Sport n’avait plus une grosse importance. D’où la disparition par exemple de la Direction Régionale et Départementale des Sports et de la Jeunesse .

Nous aurions pu encore, en ces heures de doute évoquer la lente disparition des bénévoles, des jeunes athlètes qui espèrent participer aux J.O. de Paris et qui vivent dans la précarité et enfin des scandales dans le sport comme par exemple les harcèlements sexuels qui ont été fréquents dans le patinage artistique, cyclisme etc..

Sans oublier le racisme avec cette dédicace de Claude Onesta, ancien patron du handball français au sujet de son successeur mais aussi capitaine de l’équipe de France Didier Dinart. Des propos ayant des relents d’esclavagisme.et qui sont évidemment inexcusables. 

Mais le Sport est à l’image de la vie car tous les jours, l’actualité nous offre des exemples  aussi déplorables que ceux évoqués dans cet article


Lionel Herbet

Crédit photo DR

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.