ROLLER-HOCKEY – Renaud Crignier : « Finir ce que l’on aurait dû finir la saison dernière »

Rollerhockey Ecureuils Vs Pont De Metz Kevin Devigne Gazettesports 19
Ⓒ Gazette Sports

Malgré la déception de ne pas avoir pu défendre leur chance de montée, le coach des Écureuils, Renaud Crignier, apporte un regard positif sur ce qui a été fait et conquérant pour la saison à venir.

Bonjour, commençons par un bond en arrière dans l’année et cette annonce de l’absence de montées, comment l’avez-vous vécue ?

Cela avait été une grosse déception, une grosse claque, même si on sait que la crise sanitaire et la santé de tout le monde étaient beaucoup plus importantes. Du seul point de vue sportif, on avait fait ce qu’il fallait en championnat, on en était à 14 victoires en 14 matchs, on avait beaucoup plus de confiance par rapport à la saison précédente, beaucoup plus de certitudes dans le jeu, le collectif, dans énormément de choses et on était prêts à en découdre jusqu’au bout en play-offs, cette fois-ci.

Sachant qu’en plus, le règlement avait changé, c’était en 2 matchs gagnants et pas en aller-retour au goal-average. Avec les 2 matchs gagnants, en étant premiers de notre poule, on recevait 2 matchs à chaque fois jusqu’à la finale. Pour nous éliminer en play-offs, il fallait nous battre 2 fois dont forcément une fois chez nous. Tous les feux étaient au vert et on s’est retrouvé à ne pas pouvoir défendre nos chances sur le terrain…

Avec le temps, cette décision a été un peu digérée ?

Oui, de toute façon on n’a pas le choix. Tout passe un peu avec le temps. On a digéré par la force des choses. Mais ça a laissé un impact sur les joueurs. Certains, encore aujourd’hui, ne savent pas s’ils vont avoir le courage de repartir pour une saison complète. D’autres vont être surmotivés à la reprise pour pouvoir atteindre notre objectif qui était et sera toujours la remontée. Certains se sont directement réengagés pour l’année prochaine. Donc, oui, on digère, mais c’est sûr que cela a un impact sur l’équipe et sur quelques joueurs.

Ça a laissé un impact sur les joueurs. Certains, encore aujourd’hui, ne savent pas s’ils vont avoir le courage de repartir pour une saison complète.

Du coup, au niveau de l’effectif, à ce propos, le contour global est plutôt clair ou les doutes sont nombreux ?

On a quand même les trois quarts de l’équipe qui sont partants pour l’année prochaine et quelques joueurs hésitants, encore en réflexion. Je ne les précipite pas, c’est une situation particulière. On a tous été déçus et se réengager sur une saison complète, ce n’est pas facile, surtout pour les joueurs autour de 35 ans qui ont femmes et enfants. On est amateurs et dans ce cas-là, ce sont des sacrifices donc il faut bien peser le pour et le contre. Donc je leur laisse encore le temps de prendre la bonne décision pour eux.

Dans l’idée, si c’était possible, vous aimeriez repartir avec la même équipe que la saison dernière ?

Oui, c’est le discours que j’ai eu avec les anciens, ceux qui sont en train de peser le pour et le contre sur un engagement. Clairement, ce que j’aurais aimé par dessus tout, c’est repartir avec exactement la même équipe, sans recrue et sans arrêt pour pouvoir finir ce que l’on aurait dû finir la saison dernière.

Est-ce qu’un sentiment de revanche pourra servir de levier dans la motivation pour la saison prochaine ?

Oui, oui, après, on ne va pas avoir un sentiment de revanche contre nos adversaires. Mais c’est sûr qu’il va falloir être extrêmement motivés parce que je sais que l’on va avoir du mal à reproduire exactement la même saison. Refaire une deuxième saison de suite en étant invaincus, cela va être très compliqué. Et puis, on va tous prendre une année supplémentaire. Mais on garde une équipe compétitive et on a déjà commencé à reprendre un peu de plaisir en se revoyant une fois par semaine autour d’un match d’entraînement. Les joueurs ont été contents de se retrouver, de retoucher le palet. C’est la première chose à faire avant de passer aux choses plus sérieuses en septembre.

Roller Hockey Greenfalcons Vs Ecureuils Kevin Devigne Gazettesports 49

La saison dernière n’est pas une saison entièrement perdue, vous aurez des enseignements positifs à en tirer ?

Non, ce n’est pas du tout une saison perdue parce que, sur le championnat que l’on a fait, il y a des choses qui ont fonctionné et même très bien, des choses qu’il va falloir garder, qu’il va falloir poursuivre, des jeunes qui ont progressé. Et il y en a d’autres qui vont arriver, ce qu’il va falloir prendre en compte aussi. C’est une saison où il n’y a qu’un vrai point négatif, c’est de ne pas avoir pu défendre nos chances de montée. Tout le reste a été exceptionnel jusqu’en février.

Vous avez évoqué le plaisir de se retrouver et de retoucher le palet, comment s’est fait le processus de reprise et qu’en est-il pour la suite ?

À partir de fin juin, on avait deux fois par semaine un entraînement de fin de saison comme on fait tous les ans. Et ensuite, sur tout le mois de juillet, on a un créneau le mercredi soir où l’on fait un match pour se retrouver. On a envie de jouer, on n’a pas fait de sport pendant des mois donc on a envie de se dépasser un peu. En août, on coupera avant de reprendre en septembre, avant la reprise du championnat le dernier week-end de septembre.


Morgan Chaumier

Crédit photos : Kevin Devigne – Gazettesports