RECONVERSION : Henri-Paul Fin sur les traces de Jacques Marinelli

Img 0848 (1)
Ⓒ Gazette Sports

Il s’est passé ce dimanche à Saint Fuscien un petit événement. En effet, un ancien sélectionné aux Jeux Olympiques (Munich 1972) est devenu le maire de son village.

Oui il s’agit d’un petit événement et il nous rappelle en tout cas, l’exemple de Jacques Marinelli qui avait porté le maillot jaune du Tour de France en 1949, impressionnant même le grand Fausto Coppi. Jacques Marinelli est ensuite devenu le maire de sa ville, Melun et ce durant deux mandats de 1989 à 2002 exerçant même les fonctions de président de la com’ de com’ Melun -Val de Seine.

Henri-Paul Fin, voilà un homme qui a dans un premier temps fait carrière dans le cyclisme puis ensuite a réussi sa vie professionnelle au sein de son entreprise « Prévoir ». Enfin lorsqu’est venu le moment de prendre sa retraite, Henri-Paul Fin a décidé de s’investir dans le village qu’il habite avec sa famille depuis un moment déjà. Dans un premier temps, Henri-Paul a été conseiller municipal, adjoint et dimanche dernier, élu maire de Saint Fuscien.

Un passé de cycliste

Au plan sportif, Henri-Paul Fin qui vient de fêter ses 70 ans, a couru dans le Nord, région dont il est originaire. Il a porté les couleurs de la Pédale Madeleinoise et en 1972, il fut sélectionné pour les J.O. dans l’épreuve sur route par équipes avec pour équipiers Sibille, Meunier et Magni. Le directeur sportif aux Jeux était l’ancien pro Camille Le Menn et les quatre Tricolores n’ont pu que terminer 18e loin derrière les Soviétiques.
Néanmoins, ces Jeux restent les plus beaux souvenirs pour Henri-Paul Fin même s’ils furent marqués par un drame terrible avec la mort d’athlètes israéliens par des membres de Septembre Noir.

Img 1897 1

Durant ces Jeux, Henri-Paul Fin eut la chance de rencontrer des athlètes de disciplines différentes tels le nageur Michel Rousseau ou le futur champion olympique Guy Drut. Et d’affirmer « que les Jeux c’est plus beau que le Tour de France« .  Après les Jeux, Henri-Paul Fin est devenu professionnel et il fut l’équipier de deux vainqueurs du Tour de France Lucien Van Impe et Joop Zoetemelk.
En 1977, Henri-Paul Fin remisait le vélo au garage et il allait entreprendre sa deuxième carrière au sein de la société PREVOIR, basée à Longueau et dont il deviendra un cadre important.

Parallèlement, il s’était fixé à Saint Fuscien et il noua alors des liens avec Hubert Louvet et l’équipe de Promotion Sport  Picardie dont il est aujourd’hui le numéro deux ou un ex-aequo. A Saint Fuscien, Henri-Paul Fin est aujourd’hui le numéro un. Saint Fuscien est une ville sportive et qui depuis toujours aime le cyclisme.

Rappelons simplement à Henri-Paul Fin qu’au moment où il préparait les J.O. de Munich en 1972,  fut organisée à Saint Fuscien une belle épreuve dans ce village et au départ, nous avions le champion de France junior Eric Lalouette mais surtout le champion du monde amateur Régis Ovion


*Notre photo: Henri-Paul Fin lors d’une réunion au comité de la Somme olympique avec Marc Chapon, Philippe  Ermenault, Marcel Glavieux et Daniel Senet.



Lionel Herbet

Crédit photo DR

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.