OMNISPORTS: Ils ont pris de la bouteille (24)

Img 7891
Ⓒ Gazette Sports

Marc Chapon a participé à deux Jeux Olympiques qui ont vu couler le sang. Aujourd’hui, il est plus facile de rencontrer Marc Chapon sur un terrain de golf que sur un de hockey en gazon.

L’ancien capitaine de l’équipe de France de hockey sur gazon s’est orienté vers le golf et ma foi, il n’est pas le seul puisque nombreux sont les sportifs à prendre le même chemin. L’exemple le  plus marquant est sûrement celui de Patrick Abraham qui a fait carrière dans le football mais est devenu un grand joueur de golf classé au niveau européen.

Pour  en revenir à Marc Chapon dont nous voulons aujourd’hui rappeler la carrière, signalons deux choses. Il a dans un premier temps été un technicien hors pair, jouissant d’une technique bien au-dessus de la moyenne.  Rarement, il nous a été possible de voir en action un joueur de sa trempe. Dommage qu’à son époque, les terrains n’étaient pas en synthétique comme aujourd’hui. Il aurait fait encore meilleure impression. 

Des souvenirs de JO contrastés

Marc Chapon a disputé deux Jeux Olympiques mais sous deux maillots différents. En 1968, à Mexico, il était joueur dans le Nord à Douai et en 1972, il était licencié à l’Amiens SC. Au-delà des résultats, ces Jeux de Mexico et Munich ont été marqués par des drames avec des morts.

A Mexico, ce sont 300 étudiants mexicains qui sont tombés sous les balles de la police mexicaine place des Trois Cultures tandis qu’à Munich, des athlètes et dirigeants israéliens sont tués dans le village olympique par des membres de Septembre Noir.
Marc Chapon n’a jamais oublié ces moments mais il veut surtout retenir l’ambiance qui régnait quand même à Mexico et Munich.

« A Mexico, il y avait une ambiance sud-américaine et autour du village olympique, il y avait des milliers de Mexicain qui nous attendaient et nous demandaient des autographes. Je garde aussi le souvenir du défilé lors de la cérémonie d’ouverture car j’étais homme de base et j’avais à mes côtés Jean Claude Nallet et Guy Drut.
En 1972, j’étais sélectionné avec mon nouvel équipier d’Amiens Marc Remise.
Nous avions débuté par une défaite face au Pakistan puis avions battu l’Ouganda avant de nous incliner devant la Belgique.

Ensuite, je fus convoqué au contrôle anti-dopage et c’est alors que se produisait le drame. Je me trouvais dans un pavillon situé à cinquante mètres des Israéliens. J’ai assisté impuissant au drame et vu un membre de Septembre Noir balancer un athlète israélien par la fenêtre. Ce drame m’a marqué car je l’avais vécu de près sans rien faire hélas.
Le lendemain, le président du C IO a réuni tous les athlètes et leur a laissé toute liberté pour soit arrêter soit continuer. Nous avons décidé de continuer les J.O. »

A Mexico, Marc Chapon a pu suivre ce concours historique du saut en longueur qui avait vu l’Américain Bob Beamon réussir un saut fantastique de 8m90. Il est allé aussi encourager l’équipe de France de football qui devait battre le Mexique et dont l’entraîneur était Amiénois : André Grillon

Marc Chapon a été international à 72 reprises et surtout il a joué quinze ans à Amiens.Il fut ensuite président du comité de Picardie de hockey sur gazon et aujourd’hui, il se signale dans le golf ne manquant jamais d’assister à l’assemblée générale du comité départemental olympique et sportif de la Somme.

Notre photo : Marc Chapon est ici au centre aux côtés de son ancien équipier Bruno Delavenne.



Lionel Herbet

Crédit photo DR