FOOTBALL – Thomas Chatalen : “Le moment de passer à autre chose”

Ⓒ Gazette Sports

Tout juste néo-retraité, Thomas Chatalen, 33 ans, revient sur les raisons de son arrêt avec l’ESC Longueau et sur sa très riche carrière. L’occasion pour Sébastien Léraille de rentre hommage à son capitaine de longue date.

Pour commencer, peux-tu nous rappeler ton parcours ? 

Je suis formé au PSG puis à l’ASC avec lequel j’ai notamment fait une demi-finale de Gambardella en 2005. J’ai ensuite rejoint Calais en National ou j’ai passé 3 saisons avant de rejoindre l’AC Amiens puis Ailly-sur-Somme avant de rejoindre Longueau. 

Jusqu’à quand as-tu espéré pouvoir devenir professionnel ?

Quand j’étais au centre de formation du PSG et de l’ASC mon objectif était évidemment de devenir professionnel. Quand j’ai rejoint Calais ce rêve était encore présent jusqu’à ce que je rejoigne l’ACA. Là, j’ai su que ce n’était plus possible de devenir professionnel, il fallait se rendre à l’évidence. 

Je pense qu’il y a eu un problème mental car la qualité du groupe était là

As-tu des regrets par rapport à cette période ? 

Non je n’ai aucun regret, honnêtement je pense que j’ai fait mon maximum et que je n’avais juste pas le niveau pour aller plus haut. J’ai vécu de superbes moments durant cette période et je ne regrette absolument rien. 

Pourquoi cette décision d’arrêter ? 

J’ai un nouveau travail qui m’impose de nombreux déplacements, notamment à Paris. J’ai donc eu moins de temps pour le football et cela m’impose beaucoup de route dans la journée, ce qui est fatigant. Ensuite il y a eu des raisons personnelle qui sont venus s’ajouter à cela et l’envie qui devenait moins présente. C’était le moment de passer à autre chose. 

Ta saison compliquée a influencé ta décision ? 

Les blessures sont arrivées au mauvais moment et n’ont pas arrangé les choses. Ne pas jouer beaucoup a aussi influencé le fait d’avoir moins envie et d’être moins motivé. Mais les blessures sont aussi la conséquence de cette fatigue et du reste. Mon corps vieillit aussi et il faut savoir s’écouter. 

Finir sur une saison arrêtée et ne pas pouvoir partager cela avec tes coéquipiers et les supporters, c’est une déception ? 

C’est embêtant et décevant de ne pas finir la saison et de ne pas pouvoir partager ses derniers moments avec les copains et les supporters, mais malheureusement on n’y peut rien. Il y a pire en ce moment, la situation est spéciale et j’aurais l’occasion de profiter avec les copains plus tard. 

Quand tu regardes en arrière ton parcours, es-tu fier de ce que tu as accompli ?

Oui, je n’ai pas réalisé mon rêve de devenir professionnel mais je suis fier de ce que j’ai accompli. J’ai fait un beau parcours et je pense avoir été un bon joueur amateur. Je suis complètement satisfait de ce que j’ai fait, surtout que je ne pense pas que j’aurais pu aller beaucoup plus haut. 

Pour revenir sur Longueau, que retiens-tu de cette aventure ? 

Je retiens de très bon moments, le groupe, les supporters, le staff, le coach mais aussi le président. Le club donne tout pour ses joueurs, le président est toujours présent pour les joueurs et le club quand on a besoin. C’est quelque chose de très important et le club à de la chance de l’avoir. 

Oui, je n’ai pas réalisé mon rêve de devenir professionnel mais je suis fier de ce que j’ai accompli

Comptes-tu garder un pied dans le football ? 

Non pour le moment ce n’est pas prévu. Je dois encore discuter avec le coach et le président mais pour le moment ce n’est pas forcément dans mes projets. 

Si tu devais choisir un moment dans ta carrière, ce serait lequel ? 

Je pense que ce serait mon premier match en National avec Calais (1er septembre 2007, victoire 2-1 contre le Paris FC), c’est un moment marquant dans ma carrière même si j’en ai eu d’autres comme le parcours en Coupe de France.

En tant que capitaine comment as-tu vécu ce retour en R1 ? Est-ce que tu t’attendais à ce que l’équipe souffre autant ? 

On sortait d’une saison avec une dynamique ultra positive ou tout nous a réussi et lors de laquelle on n’a pas perdu. Ça a été très compliqué de repartir au travail, de remettre les ingrédients nécessaires et de faire les efforts. Il y a eu aussi l’arrivée de recrue, il a fallu qu’elles s’adaptent. On n’a pas fait la saison que l’on espérait mais je ne m’en fais pas pour la suite. 

Comment expliques-tu cette inconstance qui vous a caractérisés cette saison ? 

Je pense qu’il y a eu un problème mental car la qualité du groupe était là. Après on n’a pas su trouver notre rythme de croisière et on a eu de mal à digérer aussi le début de saison. Ensuite, chaque erreur que ce soit offensivement et défensivement nous a coûté cher. La réussite était moins présente que la saison dernière mais on a souvent fait jeu égal avec nos adversaires, le problème était vraiment mental. 

Viser le top 5 en début de saison, était il trop ambitieux pour un retour en R1 ?

Non et cela nous a pas forcément mis de pression. Après on s’est peut-être vu un peu trop beau après notre saison dernière où l’on n’a pas eu besoin de trop cravaché, ce qui a fait qu’il nous a manqué trop de choses dans les moments importants cette saison.

Que penses-tu de l’arrêt de la saison et du classement au quotient ? 

Je pense que l’arrêt de la saison était inévitable. Après, pour la classement au quotient, il fallait trouver une solution, il y a des déçus et des équipes qui en profites. Après au niveau amateur je pense que l’impact du classement au quotient, est dans l’ensemble, pas trop négatif et il fallait trancher. Pour le football professionnel, c’est différent surtout car les enjeux financiers sont très importants. Malheureusement, cela coûte cher à l’ASC, c’est une déception et cela va impacter toute une région. C’est le club phare, le club moteur et un véritable engouement c’était créé depuis leur montée en Ligue 1. J’espère qu’ils vont pouvoir remonter rapidement. 

Un petit mot pour ton successeur ? 

Je connais Baptiste car j’ai déjà évolué avec lui et que je travaille avec. On a déjà échangé par texto. C’est un très bon gardien qui connaît le niveau R1 et qui est encore jeune. Je lui souhaite de prendre autant de plaisir que moi dans ce club et de réussir ici. 

L’avis de Sébastien Léraillé sur Thomas Chatalen : 

« J’ai des relations avec Thomas qui vont au-delà de l’entraîneur-entraîné, c’est quelqu’un sur qui je me suis énormément appuyé notamment quand il est arrivé à Longueau. Avec Thomas et d’autres anciens d’Ailly-sur-Somme on sortait d’une, voir plusieurs saisons, « galères » sportivement mais aussi dans l’organisation. Notamment avec ce soi-disant “tandem” avec Stéphane Racine qui n’a pas aidé dans la communication avec les joueurs et en particulier Thomas qui était mon capitaine. C’était compliqué d’avoir des échanges et de bonnes relations avec son capitaine dans ces conditions, surtout que Thomas aime les choses carrées. J’étais resté en contact avec lui mais sans plus. Ensuite, le président était venu me voir au mois de novembre en me disant qu’il avait l’opportunité de faire venir Thomas. Au début, je n’étais pas au courant des échanges et on avait Pierre Bourdet. J’ai dit oui tout de suite, et au début, son arrivée a mis un peu d’incompréhension entre Pierre et moi et cela se comprend. Après Pierre a fait preuve d’un très grand professionnalisme et nous avons eu de nombreux échanges qui m’ont poussé à en faire mon adjoint et l’entraîneur des gardiens. Il ne le sera plus l’année prochaine car il souhaite se consacrer à sa vie professionnelle et personnelle. Je le regrette car c’est quelqu’un sur qui je m’appuyais beaucoup mais je respecte son choix. Si je travaille sur la continuité du club et la saison prochaine, je ne suis pas encore certains de repartir, en raison de contraintes professionnelles, en tout cas si je continue je n’aurais plus d’adjoint. Basile Debeugny restera le préparateur physique, un entraîneur des gardiens sera présent et après je travaille sur un fonctionnement différent. Basile prendra sûrement plus de place dans les décisions et Romuald Lemaire pourrait devenir un réel relais avec le groupe. En tout cas je resterai le maître à bord. 

Thomas est quelqu’un de très attachant et un joueur d’une grande qualité et sa performance en Coupe de France l’année dernière et lors du trente-deuxième de final à Moulonguet l’illustre parfaitement. C’est un garçon très bien éduqué sur lequel vous pouvez vous appuyer en tant qu’homme mais aussi capitaine. Je n’ai parfois pas était d’accord avec lui sur des échanges mais c’est une personne respectable et très appréciée dans le groupe et le club. Il ne triche jamais et aujourd’hui c’est un gardien qui vous ramène entre 10 et 12 points par saison. Je savais qu’il allait partir après avoir eu une longue discussion à la fin d’un entraînement avec lui. J’aurais aimé l’emmener avec moi dans le staff mais cela semble compliqué. C’est évidemment une perte pour le club mais je respecte pleinement sa décision. Il a eu une très belle carrière et a toujours fait l’unanimité là où il est passé. Je suis fier de l’avoir entraîné et il restera longtemps dans ma mémoire d’entraîneur. »



Aurélien Finet

Crédit Photo : Coralie Sombret et Kévin Devigne – Gazettesports