VOLLEY-BALL : Ahmed Nouaour : « Nos objectifs, premièrement, c’est que tout le monde soit en bonne santé »

Volleyball Amvb Vs Villejuif Kevin Devigne Gazettesports 61
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Le responsable de la communication et des sponsors de l’Amiens Métropole Volley-Ball, Ahmed Nouaour, fait le point sur le situation actuelle du club, et notamment sur les réflexions engagées pour l’après-confinement.



Le sport connaît une situation inédite avec la pandémie du Covid19. Le championnat de cette saison a été définitivement arrêté. Comment cette décision a-t-elle été accueillie ?
Pour tout ce qui touche à la santé des personnes, c’était primordial que le championnat puisse s’arrêter. C’est vrai qu’on a été surpris déjà de l’arrêt du premier match, parce qu’on avait déjà pris les billets, l’hôtel et tout ce qu’il fallait, pour le samedi 14. On a été prévenus que le vendredi 13 pour le lendemain. Après, il faut le voir d’un bon œil. C’était important que l’on puisse s’arrêter pour éviter la contamination. Nous, on l’a bien pris. Les joueurs l’ont aussi bien pris. Ce qui était un petit peu dur, c’est que comme on a des joueurs qui viennent des quatre coins de la France et du monde, il fallait que l’on fasse très vite. Mais malheureusement, il fallait que l’on attende une quinzaine de jours, pour savoir si l’arrêt allait être définitif ou non. Après, on a pris les devants et on a fait en sorte que chacun puisse retourner très rapidement chez soi. Et on avait déjà pris les mesures pour que certains soient déjà confinés en famille, et ne pas attendre la fin du championnat.

Quelles sont les conséquences pour les joueurs étrangers ?
On a attendu que la deuxième vague, au niveau de la fédération, nous dise que le championnat était définitivement arrêté. Quand on a su ça, dès le lendemain on a pu dire à certains joueurs qu’ils pouvaient rentrer chez eux et être confinés en famille. Ça, c’était important pour eux parce qu’il y avait quand même du stress vis-à-vis de ça. Il était important qu’on leur donne une réponse rapide, et puis qu’ils puissent rentrer rapidement chez eux.

Quels sont les impacts pour le club en général ?
Les impacts financiers, c’est clair qu’ils seront là parce qu’il y avait pas mal de manifestations que l’on avait mis en place, notamment pendant les vacances de Pâques. Alors, voilà. Il est vrai que ça a un certain impact au niveau financier. Il faut faire attention et puis on attend de voir. Il ne faudrait pas que cela perdure parce qu’on est déjà à l’arrêt total avec les écoles. Et ça aussi, c’est important, parce que l’on est conventionnés avec pas mal d’écoles. On attend aussi avec prudence de voir comment cela va se dérouler pour les prochains jours et les prochains mois.

Le club continue-t-il de vivre durant cette période de confinement ?
Oui, on continue de vivre ! On prend des nouvelles de chaque licencié via notre Facebook. On a eu une page Facebook qui est assez animée. On essaie de la faire vivre pour donner quelques nouvelles du club aux personnes qui nous suivent, pour remercier notamment les bénévoles, les collectivités et les partenaires qui nous soutiennent depuis de longues années. On essaie de faire vivre cette page, et on a essayé de remercier vraiment tout le monde, c’était important. Et on continuera d’alimenter très souvent la page Facebook avec des événements. Par exemple, on a su que la Ligue nationale de volley-ball avait arrêté leur championnat en Ligue A et Ligue B, donc on relaie pour les personnes qui connaissent un petit peu le volley-ball. On donne des informations comme cela.

On essaiera de remettre en place certaines choses, section par section, sous certaines conditions.


Qu’est-ce que le club a prévu de faire pour l’après-confinement ?
On est en train d’essayer de mettre ça en place. On attend un petit peu de savoir comment cela va se passer courant mai. Dès que le confinement sera fini, l’idée serait de pouvoir, sous certaines conditions, peut-être remettre en place des créneaux de volley-ball pour que les gens puissent revenir taper la balle. Peut-être organiser des petits tournois, mais il faut être très vigilant parce que ce n’est pas parce que le confinement sera levé qu’il faudra que l’on se retrouve à 150 dans un gymnase. Donc il faudra faire très attention. On essaiera de remettre en place certaines choses, section par section, sous certaines conditions. On attend vraiment de savoir comment ça va se passer. Tout dépend de comment cela va se passer à propos des regroupements, et de l’arrêté municipal par rapport aux gymnases. Est-ce que cela va continuer jusque fin mai, début juin ? On ne sait pas encore. Mais, nous, l’idée c’est de pouvoir remettre des choses en place tout doucement, avec toutes les conditions favorables pour que l’on puisse être sereins. On avait aussi créé un tournoi pour début juin, on va voir s’il va être possible de le faire. Mais je pense que cela va être un petit peu compliqué. Pour l’instant, on ne l’a pas annulé, on attend de voir ce que cela donnera d’ici une quinzaine de jours, ce que l’État dira, et après on avisera pour le maintenir ou non.

Volley Ball Amvb Vs Rennes Gazettesports Coralie Sombret 28


Quels sont vos objectifs actuels ?
Nos objectifs, premièrement, c’est que tout le monde soit en bonne santé. On va attendre un petit peu. Nous, le comité directeur, on fait en sorte de savoir si nos licenciés, et tout le reste, vont bien. Ça, c’est la priorité. Ensuite, on prépare doucement la saison à venir. C’est vrai qu’avec l’arrêt de tous les championnats dans le monde, forcément, il y a beaucoup d’inquiétude vis-à-vis des joueurs. Avec le fait de savoir si, en septembre, les frontières vont être ouvertes ou non pour qu’ils puissent revenir jouer en France, ou en Europe. Donc, c’est vrai que c’est un petit peu compliqué. On essaie de travailler tranquillement et sereinement pour faire les bonnes choses, et avancer comme on a l’habitude d’avancer.

Que retenir de la saison 2019/2020 ?
Je n’aime pas utiliser le terme « compliquée », parce que pour moi, ce mot veut dire qu’il n’y a pas eu d’entente par exemple. Je dirais plutôt que ça a été une saison où on n’a pas eu trop de chances, notamment vis-à-vis des joueurs où on a eu pas mal de blessés, surtout sur des postes de clé. Quand le premier match, on perd notre réceptionneur-attaquant titulaire qui est out toute la saison, quand on perd notre passeur en décembre, notre libero titulaire pour raisons professionnelles qui a dû partir aussi en décembre… Ça a été compliqué dans le sens où on n’a pas eu de chance avec les grosses blessures et les départs pour raisons professionnelles ou familiales. L’objectif était d’aller dans les play-offs, mais vu les conditions physiques de certains joueurs et les départs, cela nous a compliqué un petit peu la tâche. Mais après, sinon, dans l’ensemble, ça a été. Le Baby Mou’v a bien fonctionné. On a plus de 20 équipes derrière l’Élite, et tout s’est bien passé. Pour toutes les équipes, que ce soit chez les jeunes, les seniors, les garçons ou les filles, je pense que ça a été une saison, comme d’habitude, vraiment réussie avec un bon travail des accompagnateurs, des entraîneurs et des bénévoles qui donnent un grand coup de main à l’association. Sans eux, je pense qu’on ne tournerait pas.





Angélique Guénot

Crédit photo : Kévin Devigne et Coralie Sombret – Gazettesports.fr

Publié par La Rédaction

Gazette Sports est votre webzine sur l'actualité des associations sportives d'Amiens Metropole et ses alentours.