FOOTBALL : Talent Sport Consulting International, une autre réussite amiénoise

30705340 1633856903365662 3724260466350012742 N
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Derrière l’envol de Julien Lomboto vers Strasbourg, il y a aussi le travail de Jean-Marc Bertille et de son agence, Talent Sport Consulting International. Focus.

La carrière de Jean-Marc Bertille commence en 2003, à Auxerre, grand club formateur s’il en est, dans une de ses périodes fastes où le club sort alors des Olivier Kapo, Philippe Mexes et autres Djibril Cissé. Puis, suivent, notamment, le Stade Rennais et le RC Lens, pas en reste non plus de ce côté là.

De cette période où il officie comme recruteur, Jean-Marc Bertille tire une solide expérience dans le scouting et la détection des talents. C’est aussi à travers ces postes qu’il commence à côtoyer des agences et à connaître ce métier. « Je me suis dit que, dans mon plan de carrière, peut-être que je devrais créer ma propre agence et proposer quelque chose de différent« , explique-t-il.

C’est ainsi que l’idée prend forme, alors qu’il est recruteur au RC Lens. Il y a 4 ans, finalement, il saute le pas et quitte le club sang et or pour lancer Talent Sport Consulting International (TSCI). Une agence qui, fidèle à son envie de départ d’offrir un service différent, explore différentes voies.

Priorité à la détection

Et notamment celle de détecter et d’accompagner de jeunes joueurs sortis du sérail professionnel. Prenant l’exemple de Julien Lomboto, il nous explique, « on détecte le talent, c’est ce que l’on a fait avec Julien. On fait du scouting. On va voir des matchs amateurs. » Pour préciser sa démarche, il détaille : « On va chercher un joueur qui est dans un club amateur, ce qui ne nous rapporte pas d’argent. On met un processus en place, autour de lui, qui nous coûte de l’argent et beaucoup de temps. Et on va lui chercher un contrat de stagiaire pro qui n’est pas rémunéré, donc on ne gagne pas d’argent. C’est un investissement, c’est un pari.« 

Mais la détection prend également d’autres formes, plus internationales. Ainsi, TSCI est également implanté sur le continent africain, particulièrement en Algérie, au Sénégal ou en Tunisie. L’occasion, notamment, d’inviter des clubs pros à venir observer les joueurs détectés, comme il y a 4 mois. Que ce soit en France ou en Afrique, la mission n’est toutefois pas remplie tant que le joueur n’est pas recruté. Jean-Marc Bertille explique que cela va notamment passer « pour les joueurs mineurs, par rencontrer les familles, pour leur présenter qui on est et ce que l’on fait. »

Une diversité des accompagnements

Mais le travail ne s’arrête pas là. Une fois les joueurs sous contrat avec TSCI, « on établit un plan de carrière en fonction de son potentiel, on demande au joueur quel est son projet idéal, quel type de championnat il préfère. Nous, avec notre expérience, on a une visibilité sur le type de championnat qu’il peut intéresser selon le profil. » Un travail qui servira ensuite pour aller négocier des contrats. Jean-Marc Bertille précise : « On a des relations avec des clubs étrangers, avec de plus grands clubs français qu’Amiens comme Lyon ou Saint-Etienne. On fait venir ces clubs pour évaluer nos joueurs soit dans le cadre d’un transfert, soit d’une négociation en cas de fin de contrat. » C’est ainsi que TSCI a obtenu la signature, cet hiver, d’Yvann Maçon chez les Verts, par exemple.

La diversité des activités de cette agence composée d’une dizaine de personnes s’étend également en dehors du sportif. Ainsi, TSCI « travaille aussi un aspect marketing et on a un rôle préventif par rapport aux réseaux sociaux, à faire attention à leur image, à ce qu’ils font au quotidien. » L’agence dispose également d’« un préparateur mental qui peut échanger avec eux si l’on sent qu’un joueur doute ou qu’il a un déficit. » Et puis, donc, il y a la gestion de carrière de joueurs professionnels. Plus traditionnelle, celle-ci.


Morgan Chaumier