FOOTBALL : Sébastien Léraillé – « Il ne faut pas prendre les choses à la légère »

Football Longueau Vs Union Sud Aisne Gazettesports Coralie Sombret 23
Ⓒ Gazette Sports

Entraîneur de l’ESC Longueau et travaillant dans le milieu hospitalier, Sébastien Léraillé a évoqué le début de saison de son équipe, ses difficultés et la période compliquée du moment. 

A la moitié du championnat quel bilan tirez vous ?

Le bilan est mitigé, on est cyclique depuis le début de la saison. On a très mal démarré l’année, on a bien réagi puis après la trêve on est de nouveau repartis dans une spirale négative. On a fait plusieurs réunions pour se dire les choses, je pense que certains joueurs n’ont pas été assez sérieux après la trêve. Ces dernières semaines il y a eu un net progrès, surtout dans les attitudes. Cela n’a pas toujours été traduit le dimanche en match, même si contre Gravelines, on aurait mérité la victoire. On montait en puissance à l’entraînement mais les reports successifs ne nous ont pas permis de retranscrire cela sur le terrain. 

Quelles sont pour vous les raisons de cette saison en dents de scie ? 

Je ne sais pas vraiment pourquoi aujourd’hui on est cyclique. Certains ne se sont pas assez remis en question et l’investissement à l’entraînement n’est pas toujours au niveau demandé et exigé. Beaucoup ont été surpris, car entre cette saison et l’année dernière le niveau est bien différent. J’ai des joueurs de talent et d’expérience, mais aucun n’a vraiment joué autre chose que la montée à ce niveau ou même au-dessus. On a aussi récupéré des joueurs qui restaient sur des échecs dans leur club respectif ou qui étaient en échec personnel. C’est un tout qui fait que l’on est un peu dans une année de transition. L’important est de maintenir le club et j’espère que cette saison permettra à certains de prendre conscience de l’investissement et de la rigueur nécessaire pour jouer le haut de tableau dans ce championnat. 

On est une équipe cyclique

Y a-t-il eu un problème mental face à la spirale négative du début de saison ? 

On n’a pas connu la difficulté la saison dernière à part sur un ou deux matchs en Coupe de France. Cette saison on fait face chaque week-end à de la difficulté et dans les périodes compliquées comme en début de saison, il n’y a pas vraiment de leader qui se dégage à part Thomas Chatalen. Sur ses dernières semaines et surtout le dernier match amical face à Boulogne, je leur avais demandé de se prendre plus en main, notamment par la communication entre eux. C’est à eux aussi de se responsabiliser. 

Vous avez changé votre façon de voir les choses au fur et à mesure de la saison ?

Je me remets en question toutes les semaines, j’essaye de comprendre ce qui n’a pas fonctionné et d’être le plus efficace possible chaque week-end. Mon président et mes dirigeants me font confiance et j’essaie de le leur rendre. Maintenant je ne suis pas parfait et j’apprends tous les jours. Je fais les choix et je les assume complètement que ça plaise ou non. Les critiques sont normales quand les résultats ne sont pas là et j’assume. 

Comment expliquer les difficultés dans le jeu et notamment offensives, ce qui était pourtant votre force la saison dernière ? 

Les défenseurs ne sont déjà pas les mêmes et le niveau est beaucoup plus élevé. Nos attaquants sont plus en difficulté cette saison mais ne sont pas les seuls responsables de l’animation offensive. La saison dernière on enchaînait les buts, cette saison c’est compliqué de marquer. Après un garçon comme Bouvet s’entraîne un peu moins pour des raisons professionnelles, Tassart à eu du mal à passer le cap mais depuis plusieurs semaines c’est mieux. Ensuite Vanpuywelde a lui aussi eu du mal en début de saison, il a depuis repris les choses en mains et c’est nettement mieux. Romain Kwinta a eu énormément de mal à digérer son échec de la saison dernière mais il vient de faire deux derniers matchs amicaux face à la réserve d’Amiens et de Boulogne très intéressants. Il y a un manque de confiance qui s’est installé mais ça va revenir avec le travail. Il faut pour cela être plus sérieux à l’entraînement quand ils travaillent devant le but. Car quand il n’y a aucune frappe cadrée et que Thomas n’a aucun travail sur des exercices de frappe sans défenseur, ce n’est pas normal. Ce sont des détails qui font la différence, et qui en R2 ne posaient pas problème, mais en R1 ce n’est plus possible. Par moment on est une équipe de football et non de compétiteurs.

Est ce que c’est difficile de garder les joueurs concentré ? 

Non le manque de compétition ne doit pas être une excuse pour ne pas être concerné. Ce sont des garçons qui sont habitués à s’entraîner plusieurs fois par semaines et dans l’ensemble le groupe est resté concerné et assidu. Après il ne suffit pas de venir à l’entraînement mais il faut y mettre de la rigueur et du sérieux car tu reproduis le dimanche ce que tu fais à l’entraînement. 

Comment allez-vous gérer le travail des joueurs pendant cette période de confinement ?

On leur a demandé de rester prêts physiquement car il faudra être tout de suite opérationnel si la saison reprend. Chaque joueur a la chance d’avoir un programme individuel fait par Basile, charge à eux de le faire sérieusement et correctement. On subit, comme beaucoup, cette trêve sanitaire. Mais pour être au cœur des choses de par mon métier, je sais qu’il ne faut pas prendre les choses à la légère. Les mesures ne sont pas prises pour le plaisir.  Il faut prendre son mal en patience et j’espère bien finir la saison. 

Il serait préférable pour tout le monde de finir la saison

Quels est pour vous la meilleure décision à prendre ? 

Je pense que figer les championnats ne serait pas juste car une saison se joue sur un nombre de matchs précis. On n’a même pas joué tous les matchs de la phase aller pour notre part. Même si aujourd’hui nous ne sommes pas vraiment concernés, ce ne serait pas juste de bloquer le classement aujourd’hui. Pour moi il y a deux solutions envisageables. Soit on fait une saison blanche si ce n’est pas possible de finir la saison, ce serait malheureux mais juste. Ou finir la saison quitte à finir au mois de juin, ou de jouer en semaine. Mais il serait préférable pour tout le monde de finir la saison. 

Comment gérez-vous les enjeux sportifs au niveau des jeunes en vue de la saison prochaine ?

Le sportif passe après, surtout pour les jeunes, le plus important c’est de les protéger. Après on a déjà commencé à travailler sur l’organisation de la saison prochaine en prenant en compte plusieurs scénarios de montée ou descente. Donc sur ce point-là, ce n’est pas vraiment un souci, on continue notre développement. On a passé notre oral pour le label jeune auprès du district et cela s’est très bien passé. Il y a des répercussions sportives effectivement mais il faut être patient et j’espère que l’on pourra rapidement retrouver les terrains.



Aurélien Finet

Crédit Photo : Coralie Sombret – Kévin Devigne – Gazettesports