FOOTBALL – Antoine Buron : « On a donné le bâton pour se faire battre »

Football Ascb Vs Le Touquet Kevin Devigne Gazettesports 17
Ⓒ Gazette Sports

Au terme de la lourde défaite concédée contre Beauvais, Antoine Buron regrettait les buts encaissés mais tirait toutefois du positif du contenu de la rencontre.

Comment on sort d’un match avec un tel scénario ?

Forcément, on espère toujours meilleur scénario. C’est nous qui nous punissons nous-mêmes. Sur ce que l’on a produit, je pense que ce n’est pas une victoire forcément méritée pour Beauvais. On sait que c’est une équipe solide. Elle a juste été froide de réalisme, plus expérimentée. De notre côté, on s’est comportés comme des enfants, en commettant des erreurs individuelles.

Sur les deux coups de pied arrêtés, ce sont des erreurs de marquages. A partir du moment où l’on n’est pas capables de prendre ses responsabilités sur ces phases de jeu, on le paie cash. Face à des équipes efficaces, ça ne pardonne pas.

Sur l’état d’esprit et le contenu, on peut toujours mieux faire, mais je crois qu’il n’y a pas grand chose à redire dans les intentions de jeu. Après, il faut être capables d’être plus rigoureux sur les coups de pied arrêtés.

Football Ascb Vs Le Touquet Kevin Devigne Gazettesports 83

Vos joueurs doivent être plus solides, dans les duels, notamment ?

Oui, après, on est dans un contexte où l’on joue encore avec quatre joueurs nés en 2001 au coup d’envoi. On sait que cette équipe de Beauvais a bien d’autres arguments sur le plan footballistique et en termes de gabarit. Bien sûr qu’il faut élever le niveau. Maintenant, c’est l’apprentissage, on le sait. On savait que ce match allait être difficile. Les dynamiques sont opposées, ils sont dans une bonne spirale alors que la nôtre est moins bonne. On savait que tous les ingrédients étaient là pour que le match soit difficile et il l’a été. Je suis juste déçu de la façon dont on prend ces buts. Si l’on est complètement dépassés par une équipe qui nous met 3 buts dans le jeu, ok, rien à dire. Mais là, je trouve qu’on a donné le bâton pour se faire battre.

Tout peut changer si vous convertissez vos occasions en début de rencontre…

Oui, on a eu de bonnes situations. Je trouve que l’on a fait une bonne entame de match, 20 bonnes premières minutes où l’on a été dangereux, où l’on a mis du rythme. Sincèrement, on avait la main-mise sur le match. Et après cette perte de balle et le premier but, ce n’est pas que l’on a baissé de rythme, on a essayé jusqu’au bout, mais quand on fait ce genre d’erreur, c’est compliqué de gagner.

Pouvez-vous nous parler de Rafael Bandeira da Fonseca qui a joué piston droit ?

C’est un bon joueur. Il fait partie des joueurs nés en 2001 qui ont démarré et qui sont arrivés récemment. Il est arrivé il y a quelques semaines de la Juventus.

Il y a encore du travail, il y a la barrière de la langue à passer, aussi. Il a été percutant, il a amené ce qu’on attendait de lui. Après, il y a encore plein de choses à corriger mais dans l’état d’esprit et techniquement, cela a été satisfaisant.

L’objectif, c’était d’être capable de défendre dans le couloir mais aussi d’apporter de la percussion, c’est pour cela que j’ai choisi de l’aligner à ce poste.

Est-ce que la défaite de la veille a pu inhiber les joueurs ?

C’est un contexte général de club. On sait que ce n’est pas évident pour les garçons. Maintenant, on doit être capables de faire abstraction et de jouer notre championnat à nous.

Justement, dans ce championnat, il y a quelques semaines, on pouvait imaginer regarder plus haut, on imagine que l’objectif a évolué ?

On regarde derrière, on va batailler jusqu’au bout pour accrocher le maintien. Le championnat était serré à un moment donné. Maintenant, il y a des équipes qui se battent pour monter qui sont un peu détachées. De notre côté, on va avoir notre championnat à nous. On va se battre pour ne pas descendre avec nos jeunes. On va continuer à former aussi, à apprendre dans la difficulté. On va faire le maximum pour s’accrocher jusqu’au bout.

Cet objectif de formation que vous privilégiez depuis le début par rapport au classement va-t-il s’effacer un peu au profit de l’objectif maintien ?

On regarde derrière, on va batailler jusqu’au bout pour accrocher le maintien.

On va continuer à travailler comme on l’a fait jusqu’ici, avec un groupe jeune. De toute façon, on n’a pas le choix parce qu’on a un groupe composé de jeunes joueurs. Ce n’est pas comme si j’avais laissé sur le côté des joueurs plus vieux en me disant que je voulais jouer très jeune. C’est ce groupe de jeunes joueurs qui va devoir aller décrocher ce maintien. Donc on va continuer de former, on va continuer à apprendre de nos erreurs. Ce serait bien qu’on apprenne vite parce que les matchs passent. Mais on va continuer à s’appuyer sur ce groupe de joueurs parce qu’on les a choisis, on a confiance en eux. Il faut aller au bout avec eux.

Cela fait bien longtemps qu’on n’avait pas vu aussi lourde défaite à domicile… (depuis novembre 2016 et une défaite 1-5 contre Maubeuge, ndlr)

Le score est ce qu’il est, mais ce qui m’intéresse, c’est de travailler sur le contenu et travailler sur l’avenir. Je suis dans l’analyse. On est dans la formation, il n’y a rien de facile, je ne vais pas balayer tout ce que l’on a fait cet après-midi, il y a eu des bonnes choses. On avait en face une équipe qui va jouer la montée donc il faut relativiser le score, s’appuyer sur le contenu. Il faut travailler sur ce qui n’a pas été et s’appuyer sur ce qui a été.

Propos recueillis par Morgan Chaumier

Crédit photo : Kevin Devigne – Gazettesports