BASKET-BALL : Comment l’ESCLAMS a pu perdre ?

Basketball Esclamsbb Vs Lievin (reynald Valleron) (29)
Ⓒ Gazette Sports

En ce week-end de Saint-Valentin, l’ESCLAMS se déplaçait à Juvisy, lanterne rouge, pour un match important dans sa quête de maintien. 

Auteurs d’un malheureux 100% de défaite à l’extérieur depuis le début de la saison, les coéquipiers d’Aurélien Gavrel avaient une belle occasion de débloquer ce compteur et d’enchaîner après leur succès la semaine dernière.

Un début habituel 

Au complet comme la semaine dernière et avec l’apport supplémentaire de Poupart, l’ESCLAMS se déplaçait avec un seul objectif, s’imposer. Comme trop souvent cette saison, Longueau met du temps à se mettre dans le match. Handicapés par les fautes rapide de Leeks ou encore Czajkowski, les visiteurs voient Juvisy prendre les commande du match. Après dix minutes les Cheminots sont menés (28-20)

La défense reprend le dessus 

Une fois rentrés dans le match, les Picards vont réagir et inverser la tendance grâce à une défense de fer. Comme la semaine dernière, ils parviennent à limiter à douze petits points leurs adversaires du soir. Cela leur offre du jeu rapide et met en confiance sur le plan offensif. Avec un 12-24, les visiteurs inversent le court du match et prennent les commandes. A la pause le score est de 40-44

Dans la continuité du second quart-temps, les joueurs de Stéphane Noé poursuivent sur leur lancée et accentuent leur avance. “Après une entame un peu compliquée comme souvent, on a dominé notre adversaire et logiquement pris les devants”, souligne le coach amiénois. Encore une fois la défense fait la différence et les locaux sont muselés (14-22). Aux trois-quarts du match, les visiteurs comptent donc douze points d’avance et ont fait le plus dur (54-66). 

Quatre minutes de trop 

Dans le dernier quart-temps, l’ESCLAMS continue de dominer son adversaire et maintient l’écart jusque dans les quatre dernières minutes (68-79). Alors que le match est entre leur main, les coéquipiers d’Aurélien Gavrel vont complètement déjouer. En l’espace de quatre petites minutes, ils encaissent 19 points soit plus que lors du deuxième et troisième quart-temps. La défense explose donc totalement et l’attaque est en berne (6 points). Une fin de match que ne comprend pas le technicien amiénois, “on fait le plus dur puis en quelques minutes, on gâche tout. Trop de joueurs se cachent et on donne le ballon à un joueur puis plus rien en attaque”.  Après vingt dernières secondes du match marquées par deux décisions arbitrales qui décideront du sort de ce dernier, l’ESCLAMS s’incline 87-85. En effet alors que le score est de 85-85, les verts et blancs ont le ballon mais Nehlig se voit siffler un marché plus que limite puis Juvisy se voit offrir deux lancers francs généreux à trois secondes de la fin qui lui offriront la victoire. 

Après la rencontre, Stéphane Noé n’était pas déçu mais en colère. “Je suis vraiment en colère car je ne comprend pas comment on a pu perdre ce match. On domine pendant 36 minutes puis on arrive à tout gâcher en à peine quatre minutes.” Avant d’envoyer un message à ses joueurs, “on manque cruellement de mental pour répondre présent dans ces fins de match. A l’image du match de Laval, on ne sait pas répondre physiquement à l’impact et l’on déjoue complètement. Je suis en colère et il va falloir se reprendre rapidement si l’on veut se sauver”. Une défaite qui prive les Samariens d’une grosse opération, l’ensemble de ses concurrents directs ayant perdu. 

Il n’y aura donc toujours pas de victoire à l’extérieur et pourtant il faudra en prendre au moins une comme le rappelle le technicien de la GreenTeam, “on va devoir s’imposer au moins une fois à l’extérieur pour se maintenir. Il y a un manque de confiance dans les fins de matchs à l’extérieur qui sera présent jusqu’à ce que l’on gagne enfin. Il faut apprendre à mieux gérer et que certains prennent plus leurs responsabilités. On ne peut pas gagner avec quatre ou cinq joueurs au niveau, chacun doit pouvoir apporter.” En effet à l’image de Leeks, héroïque la semaine dernière, trop de joueurs manquent de constance cela se ressent sur les résultats. 

S’il y a du mieux dans le jeu, “bien jouer n’est pas forcément synonyme de victoire” comme le rappelle Stéphane Noé. Après une semaine de Coupe de France et un match contre Loon-Plage, ils recevront Cergy-Pontoise le 29 février. 

Basket Ball Juvisy Esclams

Aurélien Finet

Crédit Photo : Reynald Valleron – Gazettesports