FOOTBALL – Sébastien Leraillé : « Je tire la sonnette d’alarme. On est en danger ! »

Ⓒ Gazette Sports

A l’issue de la défaite dans le derby contre Camon, l’entraîneur de Longueau, Sébastien Leraillé, était très remonté contre ses joueurs.

On a l’impression que sur ce match, il y a moyen de pouvoir égaliser, mais il y a un problème au niveau…

On n’a pas vu la même match. Il y avait moyen de marquer !? Je n’ai pas vu une occasion de Longueau ! Dites moi à quel moment on a eu une occasion. Je n’ai pas vu une occasion, je n’ai pas d’attaquants ! Aujourd’hui, j’ai des attaquants qui jouent sur 10m². En plus ils ramènent leur fraise.

Football Camon Vs Longueau Audrey Louette Gazettesports (31)

Ça ne fait plus les efforts. Maintenant, il va falloir regarder derrière parce que je pense qu’on est en danger. Je tire la sonnette d’alarme. On est en danger ! Il n’y a que des mauvaises attitudes. Il y a toujours quelque chose à dire : c’est l’arbitrage, c’est le terrain, c’est le vent, c’est le coach. Il y a toujours quelque chose. A un moment, il faut que les mecs se regardent parce qu’en première mi-temps, on n’a pas vu le jour.

Après, oui, c’était un petit peu mieux en deuxième mi-temps, mais quand tu es obligé de changer trois fois de système de jeu dans un match, il y a un souci.

On a vu qu’à la mi-temps, il y a eu une volonté d’avoir plus d’attaquants.

Ce matin, j’ai perdu Romain Desenzani qui était blessé. Il a fallu trouver une solution. Et puis, Roussel revenait de blessure, on savait que ça n’allait pas tenir. On a mis Finaz derrière qui, malheureusement, quand il ne joue pas devant, n’apporte pas la percussion, qui nous a manqué.

On est incapable de faire des différences en un contre un. Au football, il faut faire des différences. Eux ont fait des différences. Sur le but qu’on prend, il faut arrêter, si tu défends jusque dans ton but… C’est regrettable.

Plus que le résultat, c’est la prestation d’ensemble qui vous énerve ?

Oui, c’est tout. Ça me gonfle. Les mecs croient qu’on est arrivés. Mais quand dans deux journées, tu seras relégable… il va falloir que les gars se se bougent sérieusement et on verra d’autres attitudes. Je suis à saturation de certaines choses. Il faut que les mecs se regardent dans une glace. J’ai pas vu une course à haute intensité ce soir. Il ne faut pas dire qu’on a travaillé fort. On a bossé pendant la préparation et là on n’a rien. Je ne vais pas faire le beau devant les joueurs, il faut qu’ils prennent leurs responsabilités.

Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je ne vais pas remettre les chaussures et les crampons.

Le contexte se prêtait pourtant à une autre performance ?

Déjà il faudrait que Camon nous prête leur jardinier parce que le nôtre (ndlr : notre terrain), c’est une pâture. Sinon, j’ai trouvé qu’on s’est fait bouger aussi dans les duels. A un moment, un match de foot se gagne aussi sur les duels, sur les courses. On aurait pu jouer avec 10 attaquants, on n’aurait jamais marqué. Il y a toujours un truc qui ne va pas. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je ne vais pas remettre les chaussures et les crampons.

On n’a pas encore fini les matchs allers, il en reste encore un, on est à 2 points de la 10ème place. On n’a pas du tout les attitudes d’une équipe qui veut se sauver.

Votre équipe a déjà montré mieux cette saison, elle en a les moyens ?

On ne met pas d’intensité, on retrouve les travers du début de saison. Je ne peux pas toujours être derrière le dos des joueurs, l’intensité, c’est à eux de la mettre. Même aux entraînements. Il y en a un qui ne vient pas à l’entraînement parce que ceci. Les mecs ont trois entraînements, hormis quelques uns qui les font, pour beaucoup, il y en a toujours un qui a quelque chose de travers. Je ne vais pas non plus perdre mon temps, c’est clair et net. Ça commence à me gonfler. C’est à eux de réagir. S’ils ne sont pas capables de réagir, le président prendra ses décisions.

C’est à eux de réagir. S’ils ne sont pas capables de réagir, le président prendra ses décisions.

Vous les mettez clairement en face de leur responsabilité ?

Oui, ils vont se débrouiller. Je n’accepte pas certains comportements. Je ne sais plus quelle solution adopter, je ne retrouve plus mon équipe.

Vous avez été satisfaits des joueurs qui ont fait leur entrée, tout de même ?

Oui et non. je n’ai pas vu une grande différence. Je ne nous ai pas vu capable de créer des différences individuelles. A partir de là, comment veux-tu créer le danger. Quand on demande de prendre la profondeur, ce n’est pas coordonné avec la passe. Il n’y a jamais rien de coordonné. On travaille à l’entraînement, c’est exactement la même chose, les mecs se regardent, regardent au ciel : « Ah, oui, il fallait faire ça… » A un moment, tu es en R1, pas en R2. Si les mecs veulent y retourner et gagner tous les week-ends, ils y vont, mais ce sera sans moi, c’est clair et net.


Propos recueillis par Morgan Chaumier

Crédit photo : Kevin Devigne – Gazettesports.fr