PORTUGAIS D’AMIENS – Abilio de Sousa : « Il n’y a pas grand chose en 2019 »

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Retour avec le président emblématique du FC Porto Portugais d’Amiens sur l’année 2019 de son club, qui est loin de le réjouir pleinement, malgré un maintien obtenu de haute lutte.

Bonjour, quel serait pour vous le meilleur souvenir en 2019 ?

En 2019 ? Le bon parcours en Coupe de France, c’était avant ? Ah, pour être franc, il n’y a pas grand chose en 2019. C’est dur, cette année.

Peut-être le maintien tout de même ?

Oui, le maintien, oui, vous avez raison. Ça a été très compliqué pour obtenir le maintien et on y est parvenu. Après, aujourd’hui, on a une équipe moyenne. On a perdu beaucoup de joueurs sur cette saison qui vient de démarrer. On a récupéré des joueurs mais pas de la qualité de ceux que l’on avait avant. Mais on a récupéré un entraîneur d’une qualité exceptionnelle, avec Benoît Sturbois, qui a une qualité énorme.

Et à défaut, y a-t-il un souvenir marquant dans un sens négatif ?

Ah, le pire souvenir, c’est quand les joueurs ont démissionné. Il y a 12 joueurs qui sont partis ! On sortait d’une saison où l’on aurait pu monter comme descendre, à 3 journées de la fin, on pouvait toujours viser la montée. Et puis, il y a ce souvenir qui est mitigé du dernier match où l’on aurait vraiment pu descendre. Mais finalement, on gagne le match en marquant le but à la 83. C’est cela, le plus grand souvenir que j’ai, en fait ! Mais c’était la saison dernière, depuis, il n’y a rien.

Quel est le bilan que vous retenez de cette année ?

Ce que je retiens, c’est qu’on est 9ème cette saison, en n’ayant pas beaucoup joué. On a fait ce que l’on pouvait par rapport aux joueurs que l’on avait.

Du coup, que peut-on vous souhaitez pour 2020 ?

Ce que je souhaite, c’est surtout nous maintenir. Et récupérer la perle rare avant le 31 janvier pour la faire signer au club. C’est tout ce que je souhaite. Surtout le maintien pour ensuite commencer la saison comme il faut avec un entraîneur qui a le niveau, qui est en train de faire un très bon boulot. C’est tout ce que je souhaite.

Y a-t-il eu dans le sport amiénois un moment qui vous a particulièrement marqué ?

Je dirais le match Amiens-Marseille parce que c’est un match que l’on ne pensait pas gagner et que l’on gagne finalement 3-1. J’étais au stade, c’était vraiment quelque chose. En plus, ça a une saveur particulière parce que nous étions parti voir le staff de Marseille la veille au soir à l’hôtel Novotel, comme ce sont des Portugais.

Et dans le sport national ou international, quelque chose vous a-t-il marqué ?

Et bien, le fait d’avoir toujours deux joueurs au-dessus du lot du football du mondial. Pour moi, je ne serais pas chauvin, il n’y a pas un meilleur joueur mondial. Ils sont au-dessus du lot mais il y a deux meilleurs joueurs du monde : Messi et Ronaldo. Ronaldo est plus complet mais quand Messi a le ballon dans le pieds, c’est beau. Ronaldo, c’est aussi le fruit d’un gros travail, il a peut-être moins de talent naturel, mais c’est un énorme bosseur. Et un monstre physique. Quand on voit encore le but qu’il a été capable de mettre récemment (sa tête contre le Sampdoria, ndlr), normalement, ce sont des joueurs de 20-25 ans qui sont capables d’aller la chercher. Qu’il soit capable de cela à son âge, c’est juste impressionnant. Tous les deux, avec six et cinq Ballons d’Or, ce sont des monstres.

Morgan Chaumier

Crédit photo :