CS AMIENS MONTIERES – Romain Collet : « L’accession, un beau moment pour le club »

Ⓒ Gazette Sports

Retour avec Romain Collet, entraîneur et milieu de terrain d’Amiens Montières, sur l’année 2019 de son club, entre progression et difficultés.

Bonjour Romain, pour commencer, quel est le meilleur souvenir de l’année ?

Pour nous, c’est forcément l’accession au championnat supérieur. Même si ce n’a pas toujours été simple en D1, on a su faire ce qu’il fallait. Ce fut un beau moment pour le club… et pour nous. On va vraiment garder ce moment-là.

Et pour ce qui est du pire moment ?

Ce sont vraiment des défaites comme celle contre Beauvais où l’on perd 8-2. Parce qu’en tant que coach, on se dit que l’on a failli quelque part. Mais il faut savoir relever la tête et travailler pour avancer. Ça a été un moment compliqué. C’était peut-être même la première fois que je prenais autant de buts en tant que coach. Il faut savoir trouver les bons mots pour remotiver l’équipe et, à ces moments, c’est compliqué.

Le bilan global de l’année pencherait plutôt de quel côté ?

Le bilan est simple aujourd’hui. On a la chance d’avoir un président qui se démène. J’ai une grosse pensée pour lui car il fait un boulot monstre. Après, c’est vrai qu’il reste encore beaucoup de choses à faire au niveau du club. On s’aperçoit que cela devient de plus en plus compliqué pour tenir un club. Il faut vraiment que l’on tire tous dans le même sens pour améliorer le club et son image parce qu’il mérite, avec les personnes comme celles qu’il y a aujourd’hui, de s’épanouir et de grandir, tout simplement.

Et, du coup, que peut-on espérer au club pour l’année 2020 ?

Dans un premier temps, essayer, nous, l’équipe première, de se maintenir. Et après, essayer de fidéliser toutes nos équipes de jeunes et essayer de ramener encore un peu plus, notamment des éducateurs un peu plus diplômés, qui sont en train de passer leur diplôme. Il faut essayer d’apporter un plus pour que tout le monde soit encadré de la meilleure des manières, que les parents laissent leurs enfants et qu’ils soient contents de nous les laisser, concrètement. C’est ce vers quoi on veut tendre. Maintenant, ce n’est jamais simple, il y a toujours des embûches, mais c’est dans cette direction que l’on aimerait aller.

Au-delà de votre club, gardez-vous un souvenir marquant dans le sport de la Métropole amiénoise cette année ?

J’avouerais que j’ai une petite pensée pour l’AC Amiens qui était descendu en 2018. Étant proche du président, du club, j’ai été déçu, ça a été compliqué. Ils ont failli monter, ça ne s’est pas joué à grand chose. Ce que je retiendrais, c’est qu’aujourd’hui, on essaye de batailler contre le Nord-Pas-de-Calais où les clubs sont beaucoup mieux structurés. Donc ça devient compliqué. Je pense que c’est tous ensemble, tous les clubs de la Somme, de Picardie, qui devons être solidaires pour réussir à repousser ces clubs du Nord qui nous embêtent.

Et plus généralement, le sport vous a réservé un souvenir marquant en 2019 ?

En général ? Un moment sport ? C’était Bakasso (Diaby, ndlr) sur le banc de touche de l’Amiens SC. C’était un grand moment. J’ai cru qu’il avait signé joueur mais finalement, non, il n’était que kiné (rires). Ça, c’était un grand moment de suspens pour nous.

Morgan Chaumier

Crédit photo : Leandre Leber – Gazettesports