BOXE : Les mots font parfois plus mal que les coups

B
Ⓒ Gazette Sports

Depuis que la boxe existe, la période qui précède un combat important n’est pas la plus brillante. En ce sens que dans les deux camps, on n’hésite pas à employer tous les moyens pour diminuer l’adversaire.

On s’invective et on s’insulte soit par voie de presse ou via les réseaux sociaux. Pour être franc, nous n’aimons pas ce déferlement de haine car le respect doit exister non pas seulement après le combat, mais aussi avant. Mais le moment venu, lorsque les deux boxeurs sont sur le ring, les mots n’ont plus de valeur. Cette fois, ce sont les poings qui vont parler et après le combat, en général tout rentre dans l’ordre.

La semaine dernière, il nous a semblé que cette fois on est allé trop loin dans cette période qui a précédé le combat qui opposait deux Français Michel Soro et le Picard Cédric Vitu à Paris. Certes, après le combat qui a vu la très nette victoire de Soro par arrêt de l’arbitre au 5e round, les deux hommes ont traversé le ring, se tenant par l’épaule.

Cette (belle) image a fait évidemment honneur aux deux boxeurs, à la boxe également qui est un sport magnifique, mais nous avons quand même regretté ce déferlement d’insultes sur les réseaux sociaux avant le combat.

Cela faisait un moment que Vitu voulait rencontrer Soro, mais il y avait peut-être d’autres moyens que les insultes pour promouvoir ce choc franco-français. Insulté et rabaissé au rang de faire-valoir, Soro a peut-être eu une motivation supplémentaire lorsqu’il a enjambé les cordes du ring.

Nous avons aimé le titre du journal l’Equipe qui résume très bien la situation : « Le poids des mots, le choc de Soro ». D’où cette interrogation : «Et si Vitu ne s’était pas montré aussi féroce dans ses déclarations avant le combat, est-ce que Soro aurait été aussi déterminé ? »



Lionel Herbet

Crédit photo : Léandre Leber – Gazettesports.fr