SELF-DEFENSE : Une nouvelle discipline proposée par l’ASC Judo

Kelly Molinari, à gauche - Lors d'un cours de Self-défense / ©ASC Judo
Ⓒ Kelly Molinari – Cours de Self-défense / ©ASC Judo

L’ASC Judo propose dorénavant une toute nouvelle discipline, dispensée par le triple Champion du Monde de Jujitsu, Kelly Molinari : le Self-défense.

Le Judo, le Taïso et désormais, le Self-défense. L’ASC Judo diversifie toujours plus ses activités afin de répondre au mieux aux attentes de ses licenciés et des Amiénois. Entraîneur du Pôle Espoir d’Amiens, triple Champion du Monde de Jujitsu et doté d’une ceinture noire 3ème dan, Kelly Molinari intervient pour partager ses solides connaissances en la matière. Les cours de Self-défense se tiendront un mardi sur deux, à 20h, au Coliseum (Dojo). Toutes personnes, âgées de plus de 14 ans, peuvent participer.

Ce mardi 15 octobre se déroulait le deuxième cours de Self-défense de la saison. Ils ont été une vingtaine à en avoir profité. À l’occasion de cette nouveauté du club, nous nous sommes rendus sur place afin d’en connaître davantage sur cette discipline qui rencontre un franc succès, particulièrement chez les femmes. L’enseignant, Kelly Molinari, et le directeur technique de l’ASC Judo, Thibault Denis, se sont exprimés à ce sujet.



Présentation de la discipline

Le Self-défense, que l’on traduit par « Défense personnelle », est une pratique ouverte à tous les publics, allant du débutant à l’expert en arts martiaux, et ce quel que soit le sexe. Cette discipline a pour particularité d’utiliser tous les points vitaux du corps humain, dans le corps à corps, pour neutraliser n’importe quel adversaire. Ici, il n’est pas question d’apprendre à se battre, mais bien d’apprendre à se défendre et à adopter les bons réflexes en cas d’agression. Le Self-défense apporte aux pratiquants les clés pour pouvoir réagir à différents angles d’attaques et types d’assauts.


Comment s’est passé le premier cours de Self-défense de la saison ?
Thibault Denis : Au premier cours, on a eu une vingtaine de pratiquants. Mais comme là on communique un peu plus, je pense qu’il y aura un peu plus de monde par la suite. En fait, c’est une nouveauté cette année, c’est une activité qu’on essaie de mettre en place. Pour l’instant, ça n’aura lieu qu’une fois toutes les deux semaines, le mardi soir. Après, on verra par la suite. Si ça plaît, on verra pour essayer de faire ça un peu plus régulièrement.


Vous êtes triple Champion du Monde de Jujitsu et vous entraînez au Self-défense. Il y a t-il une similarité entre ces deux disciplines ?
Kelly Molinari : Il y a plusieurs variantes en Jujitsu. Il y a ce que l’on appelle le « Duo System ». Ce sont des couples, il y a des attaques imposées et la défense est libre. C’est un petit peu comme des katas. Et après, il y a le Fighting Combat. Donc là c’est un combat qui commence en pieds-poings, avec des saisies et des projections.


Cela permet aux personnes de se sentir peut-être mieux dans la rue, ou dans la vie de tous les jours.

Kelly Molinari


En quoi le Self-défense peut être bénéfique à un pratiquant ?
Kelly : Comme tous les sports de combat, ça permet d’avoir une certaine confiance en soi, une assurance. C’est bien. Cela permet aux personnes de se sentir peut-être mieux dans la rue, ou dans la vie de tous les jours. Parce qu’il ne s’agit pas que de réagir à une situation, ça aide aussi dans la vie de tous les jours.
Thibault : Ça fait aussi une activité physique en plus. Je pense que c’est bien par rapport à la confiance en soi, mais aussi par rapport à tout ce qui peut se passer en ce moment vis-à-vis du public féminin. Le Self-défense permet de leur donner quelques clés pour savoir réagir si un jour, malheureusement, elles se font agresser dans la rue.


Pourquoi avoir choisi le Self-défense comme nouvelle activité de l’ASC Judo ?
Thibault : En fait, c’était une demande de nos adhérents. On est quatre entraîneurs dans dans le club, mais on n’est pas vraiment spécialisés dans le Jujitsu ou la Self-défense. C’est pour cela qu’on ne l’avait jamais mis en place les années précédentes. Là, comme Kelly est un ami et qu’il est très compétent dans ce domaine, on a sauté le pas cette année ! Donc c’était vraiment pour répondre à la demande de nos adhérents et répondre également à ce qu’il se passe un peu dans la société en ce moment : les agressions envers les femmes.

Après, on souhaite aussi diversifier toujours plus nos activités. On fait du Judo pour les enfants et pour les adultes. Depuis une dizaine d’années, on a mis en place le Taïso. Le Taïso, c’est de l’entretien physique. Il n’y a pas besoin de notions de combat ou de techniques de chute. En fait, on se sert de l’échauffement que l’on peut faire au Judo pour s’entretenir physiquement. C’est à 70% féminin.

Aussi, il faut savoir que maintenant, pour avoir la ceinture noire en Judo, il est demandé d’avoir des bases en jujitsu. Alors, en mettant en place le Self-défense, les personnes souhaitant se préparer à l’examen de la ceinture noire pourront alors venir également à ce cours.


Kelly : Oui, parce qu’il faut savoir que Judo et Jujitsu c’est la même fédération en France.


L’un de nos objectifs c’est de proposer des cours de qualité, aussi bien pour le loisir que pour la compétition.

Thibault Denis


Quand a été fondé l’ASC Judo ?
Thibault : C’est un vieux club, on a plus de 60 ans d’existence. Avant, ça faisait partie du grand club Amiens Sporting Club. Il y était regroupé pleins de sports : hockey, handball, football, etc. Et après, depuis une trentaine d’années, on a gardé le même nom « ASC », mais le « S » est devenu « Somme » à la place de « Sporting ». Et depuis, on s’est bien développés. L’année dernière on a fini avec 420 licenciés. On est présents au Coliseum, à Boves, à l’école Châteaudun et également à Amiens Nord (Gustave Charpentier). Donc on a différentes sections.


Quels sont les objectifs visés par le club ?
Thibault : L’un de nos objectifs c’est de proposer des cours de qualité, aussi bien pour le loisir que pour la compétition. On n’est pas axés que sur la compétition, ni que sur le loisir. On essaie vraiment de faire de tout. C’est pourquoi on a pas mal de créneaux pour permettre de répondre aux différentes attentes de nos adhérents.
Kelly : Dans le domaine de la compétition, le club a beaucoup d’athlètes qui sont pensionnaires du Pôle Espoir d’Amiens. C’est un sport-études. Une filière de haut-niveau. En fait, il y a le Pôle Espoir, après il y a le Pôle France et après, c’est l’INSEP. Et sur Amiens, il y a un Pôle Espoir. Cette année, on doit en avoir une quinzaine qui sont licenciés à l’ASC Judo et qui sont aussi en sport-études à Amiens.




Angélique Guénot

Crédit photo : ©ASC Judo