COURSE À PIED : Sur le départ des 100 kms

AthlÉtisme 100km D'amiens Kevin Devigne Gazettesports 5
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Alors que les 400 participants venaient de quitter l’arche de départ à 6h30 ce samedi, nous sommes allés à la rencontre de Jean-Claude Pieri, manager de l’évènement.


Bonjour, pour commencer pouvez-vous nous parler de l’édition de cette année en termes d’inscrits ?

Cette année c’est la huitième édition, on a eu 370 partants pour le 100 kilomètres et autant pour le marathon. On tourne autour de 11.150 inscrits pour la journée sur les différentes courses, de 17 ans jusqu’à ce que les gens ne puissent plus courir : on a des inscrits de plus de 70 ans. À côté des 100 kms, on aura aussi un marathon, un marathon relais, les 5 km d’Amiens Métropole pour tous et Élites, suivis par des courses pour enfants de 1450m et 2650m.


Comment parvient-on à organiser une journée d’une telle ampleur sans anicroche ?

Ici c’est le bas de la fourmilière parce qu’il y a 150 bénévoles qui sont en place depuis 5 heure du matin pour s’occuper de l’installation.  

Le projet a été lancé à la fin de l’édition passée et donc à la fin du weekend on commencera à préparer la course de 2020. On se servira de l’expérience de la course d’aujourd’hui pour améliorer celle de l’année prochaine. L’objectif de la course c’est de mettre en avant la Véloroute de la Somme : chaque fois que des travaux y sont faits, on essaie de profiter des améliorations qui sont apportées. Là, sur le départ, les coureurs ont déjà fait deux tours du parc de la Hotoie donc environ 4 kilomètres, ce qui ne représente pas grand-chose. En quittant le parc ils vont sur l’est de la Somme jusqu’à Lamotte-Brebière avant de revenir sur l’ouest vers Pont-Rémy. C’est la première fois depuis 8 ans qu’on va jusqu’à Pont-Rémy, l’an prochain l’objectif c’est d’aller jusqu’à Abbeville ! 

C’est une course de défi, une course pour aller au bout de soi-même

Jean-Claude Pieri


Qu’est-ce qui selon vous caractérise cette course si particulière ?

Aujourd’hui c’est un championnat de France, les titres nationaux sont délivrés à la fin de la journée donc c’est quand même une belle épreuve et un 100 kilomètres ce n’est jamais une course pour le plaisir. 

C’est plutôt une course de défi, une course pour aller au bout de soi-même. C’est assez difficile à analyser parce que chaque coureur a une motivation différente : il y en a qui partent à 100 km/h et d’autres qui partent à 2 km/h. Tout est différent parce que chacun a son challenge et court en fonction de celui-ci. Certains finiront le challenge en moins de sept heures de course, d’autres arriveront sur le finish à 22 heures.

On a une marque de fabrique qui est de suivre la Véloroute de telle sorte qu’il n’y a pas de dénivelé contrairement à la majorité des courses. C’est difficile de trouver 100 kilomètres et pour notre course les dénivelés les plus importants sont les ponts de route. Toutes les personnes qui viennent des pays étrangers (Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Danemark, Afrique du Sud) viennent ici pour battre le record de leur pays parce que c’est le parcours le plus plat qu’ils puissent trouver : l’épreuve détient le record d’Irlande, de Tchécoslovaquie, de Hongrie. Aujourd’hui on a une Hollandaise venue pour faire un temps dans les trois mondiaux.


Rendez-vous pris donc pour le 17 octobre 2020 afin d’assister à la neuvième édition de cette course mythique !


Océane KRONEK

Crédit photo : Kevin Devigne – Gazettesports.fr