ATHLÉTISME : Pour les 100km, Anaïs Quemener revient avec des ambitions

Anaïs Quemener
Ⓒ Gazette Sports

Cette année, les 100Km compteront pour le titre de champion de France. Le départ aura lieu ce samedi 12 octobre, à la Hotoie.

Les coureurs qui participent chaque année à deux ou trois 100 km, sont des athlètes vraiment à part. Franchement, il faut être très courageux, un peu dingue même pour oser s’aligner au départ d’une telle épreuve. Il faut accepter de souffrir durant plus de sept heures, pour les meilleurs et beaucoup plus pour les autres.

Quand on prend le départ d’un 100km, ce n’est pas pour faire de la figuration. Chacun est prêt physiquement mais aussi mentalement pour affronter les conditions atmosphériques qui peuvent aller du soleil jusqu’à la pluie, sans oublier les difficultés du parcours. Une simple montée prend des allures chez certains d’un col alpin, et s’assimile à l’ascension du Tourmalet.

Bref, il faut s’accrocher et être prêt à repousser ses limites. C’est pour cela que chaque année depuis des lustres, nous aimons nous plonger dans cette ambiance. Un 100km, c’est le genre de course à laquelle vous ne pouvez pas participer si vous n’avez pas un minimum de préparation. 

Amiens, une des villes en France où le 100Km est très prisé.

Claude Ansard et Chantal Langlacé y ont acquis la gloire. Les 100km du Val de Somme (c’était son appellation première) ont fait la réputation, si ce n’est la gloire de Chantal Langlacé et Claude Ansard qui, aujourd’hui, se portent très bien. Du reste, Claude Ansard sera présent ce samedi et s’alignera au départ du 5km.

Quant à Chantal Langlacé, elle reste à tout jamais dans la mémoire car elle a été vraiment la première athlète à faire en sorte que dans son sillage, des milliers de femmes ont pris goût à la course sur route. Rappelons qu’au départ (dans les années 60-70) , les femmes n’avaient pas le droit de participer à des courses de grand fond, et la légende dit que Chantal avait revêtu une tenue masculine pour prendre le départ sans être inquiétée par les commissaires. Heureusement, les temps ont changé. Ne vivons pas néanmoins avec le passé et nous sommes toujours heureux de pouvoir, chaque année, suivre les coureurs hommes et femmes qui osent s’engager sur une telle distance.

Anaïs Quemener aux 100Km

Cette année, Promotion Sport Picardie qui, sous la houlette de Jean Claude Piéri organise l’épreuve avec le concours, surtout la logistique, du Conseil départemental qui est assuré du succès populaire. Anaïs Quemener passe du Marathon aux 100 Km. Ils seront environ 800 participants à s’aligner au départ de toutes les épreuves de la journée. Mais le 100Km sera bel et bien l’épreuve phare de cette journée du 12 octobre à la Hotoie où seront jugés le départ et l’arrivée.

Le monde des coureurs de grand fond est un monde de solidarité et le vainqueur est parfois le premier à venir féliciter un adversaire qui terminera pourtant très loin. Dans ce championnat de France, nous ne verrons peut-être pas les grands lauréats de l’an dernier : le Belge Jan Vandekerkove et la Hollandaise Irène Kinnegim. Mais les deux frères Antoine et Ludovic Dubreucq (Amicale Val de somme) seront au départ. Il sera intéressant de voir en action Antoine habitué plutôt des courses plus courtes. Mais il s’est bien préparé pour ce 100Km auquel participera aussi celle qui l’an dernier avait remporté le marathon : Anaïs Quemener (Tremblay AC Athlétisme).

Nous avions été impressionné par le mental de cette jeune fille qui était parvenue à guérir d’un cancer du sein grâce au sport et la course à pieds plus particulièrement. Nous sommes en période de campagne dans la lutte contre cette maladie dont on peut guérir comme le démontre Anaïs que nous reverrons avec plaisir. 



Ce samedi 12 octobre, ils seront plusieurs centaines à se présenter au départ des 100 Km à 6h30 à la Hotoie.

Cela veut dire que la nuit aura été relativement courte car la veille, les organisateurs ont prévu une soirée pasta, meilleur moyen pour créer une ambiance d’amitié et de fraternité.



Lionel Herbet

Crédit photo : Droits réservés

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.