FOOTBALL : Le point… serré pour l’Amiens SC

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Au terme d’une rencontre au dénouement soigneusement préservé, l’Amiens SC est parvenu à dompter un ogre Lyonnais qui paraissait pourtant (fort bien) maîtriser son sujet à la pause. Une suffisance dont le représentant rhodanien se mord aujourd’hui les doigts…

En « contraignant » l’Olympique Lyonnais au partage équitable des points, l’Amiens SC aurait-il défini son match référence de la saison ? Au lendemain de deux revers et grâce à ces toujours dynamiques « Papys Flingueurs » – Christophe Jallet et Matthieu Bodmer – la troupe de Luka Elsner est donc parvenu à tenir en respect l’un des ténors annoncés de la Ligue 1 Conforama (2-2) Un dénouement dont peu accordait encore du crédit durant la pause.

Nous n’avons pas le droit de concéder un but aussi vite alors que nous menons au score

Au terme d’un premier acte où si les amiénois avaient eu la main heureuse – suite à un lointain coup franc de Jallet qui terminait sa course au fond des filets d’un Anthony Lopes masqué – ils se faisaient (trop) rapidement taper sur les doigts. A la baguette, Dembélé s’illustrait alors par deux fois et offrait l’opportunité à l’OL de ne pas perdre la face (1-2 ; 45e).

« Nous n’avons pas le droit de concéder un but aussi vite alors que nous menons au score » avait alors pesté Alexis Blin au micro de nos confrères de Canal + Sports. Frustration qui semblait vouloir attiser l’envie de bien faire des hommes du président Joannin. Qui, privés de Konaté, blessé après vingt minutes de jeu (1) et tel Docteur Jekyll et Mister Hyde,  dévoilaient un tout autre visage. Bien plus rayonnant au moment même où les lyonnais paraissaient avoir abandonné leurs habits de lumière au vestiaire.

Transcendés, les sammariens bousculaient alors un rival dont la suffisance allait lui être fatale. A l’image de Jallet, Matthieu Bodmer – à peine entré sur la pelouse de La Licorne Crédit Agricole – se rappelait au « bon souvenir » des Gones (2-2 ; 90e + 2) Leur murmurant aussi à l’oreille certains fondamentaux.

Ce résultat n’a peut-être pas valeur de victoire sur le plan comptable mais il y avait incontestablement un goût de succès dans les vestiaires

A se croire trop beau, l’OL venait de trébucher de son piédestal ! Trait de personnalité rhodanienne presque familière qui n’enlevait cependant en rien la ténacité, l’abnégation d’une troupe amiénoise dont le mérite aura été de ne jamais avoir baissé la tête. Encore moins les bras…

Ils pouvaient même les lever en direction du ciel comme pour implorer un corps arbitral qui – à l’entame du « money time » – était apparu très complaisant sur une faute d’Andersen sur Ottero. Intervention qui n’avait étonnement pas suscité l’utilisation du VAR…

En cette journée de la Chance, Gaël Kakuta et ses coéquipiers avaient su provoquer la leur.

« Ce résultat n’a peut-être pas valeur de victoire sur le plan comptable mais il y avait incontestablement un goût de succès dans les vestiaires » s’en félicitait Luka Elsner. Responsable technique qui s’appliquait à rendre hommage à son effectif : « Nous avons mis du répondant au niveau mental. Nous n’avons pas abdiqué. Cela doit nous donner confiance dans ce que nous veillons à mettre en place. Il convient de construire là-dessus »

Christophe Jallet, l’ancien « Gône » et l’un des artisans de ce probant résultat amiénois.

Cette seconde période se révèle être aboutie face à une très grande équipe

Satisfait, l’intéressé évoquait cependant tout en retenue le scénario de cette rencontre un peu folle : « S’il y a 3-0 à la pause, il n’y a rien à dire ! Nous avons su recadrer les choses à la pause et heureusement nous n’étions pas si loin… Nous avons mieux occupé l’espace avec une meilleure qualité technique. Cette seconde période se révèle être aboutie face à une très grande équipe » confiait-il. Saluant un « vrai groupe où tout le monde était impliqué. Il y avait une véritable osmose dans cette équipe »

Quelques mots qui pourraient (re)donner confiance à une formation qui parfois en manquer cruellement… Serait-ce le déclic tant attendu ?

 

Fabrice Biniek

(1) Contraint à sortir prématurément, l’attaquant sénégalais semble souffrir d’une lésion musculaire à une cuisse. « Son absence pourrait avoisiner trois semaines » soupirait son entraîneur Luka Elsner.

Crédit photos : Léandre Leber – Gazettesports

A lire également

BASKET-BALL : Première à domicile pour l’ESCLAMS