FOOTBALL : Cheick Timité – « Tout est tracé » (2/2)

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Deuxième partie de notre entrevue avec Cheick Timité, dans laquelle l’attaquant amiénois se dévoile, évoquant notamment les sports US, ses souvenirs de sport ou encore une rage qui n’est pas sienne…

Quelles sont tes passions hors du foot ?

La playstation (rires). En ce moment je joue un peu à Fortnite, mais je suis surtout fan des jeux d’aventure. J’aime bien Uncharted, ce genre de jeu où il y a de l’aventure et une histoire. Je joue assez peu au jeu de sport, c’est rare que je joue à Fifa.  

Comment occupes-tu ton temps libre ?

Je regarde des films, je lis, je regarde aussi le basket, la NBA. Je regarde en rediffusion par contre, car c’est vraiment tard dans la nuit.

Tu es pour qui en NBA ?

À votre avis ? Les Warriors bien sûr !

Es-tu plus consommateur de sports US que de sport européen?

Oui franchement j’aime beaucoup le sport US. En Amérique il y a plus de folie, ça ne s’explique pas, ça se regarde ! Dans les tribunes, dans les attitudes des joueurs, on voit que c’est une folie, qu’ils se lâchent. Le football européen, je ne vais pas le critiquer car c’est très très bien, mais je trouve que c’est un peu « robotisé ».

Tu ne regardes donc pas beaucoup de football européen ?

Non, moi je ne regarde pas trop le football, c’est peut être un défaut, mais c’est depuis très longtemps comme ça. Mais je sens que lorsque que je regarde, j’apprends tactiquement.

« Quand je regarde c’est pour apprendre, voir ce que font les joueurs, mais ce n’est pas pour le plaisir »

Finalement quand tu regardes du football c’est la continuité de ton travail ?

C’est exactement ça, c’est une partie de mon travail. Quand je regarde c’est pour apprendre, voir ce que font les joueurs, mais ce n’est pas pour le plaisir.

Si je te demande de choisir entre regarder un match OM-Lyon ou les Warriors face à San Antonio ?

Je regarde le match de NBA, je vais plus m’amuser !

Quel est votre rapport au sport dans ta famille ?

Dans ma famille ce ne sont que des sportifs, pas de haut niveau, mais qui ont beaucoup pratiqué, ma mère aime beaucoup le sport. Par exemple je regardais le rallye avec ma mère et je regarde encore aujourd’hui d’ailleurs. Ma mère parle beaucoup de rallye même si aujourd’hui elle ne regarde plus. 

Tu parles de rallye, aimes-tu les sports auto-moto en général ?

Oui ce sont des sports que j’aime suivre, la Moto GP, la Formule 1, les sports de vitesse !

Un souvenir de sport avec ta famille ?

La CAN 2015 ! La finale, quand la Côte d’Ivoire a remporté la Coupe d’Afrique des Nations, c’était super !

Et d’un point de vu personnel, un souvenir qui t’a marqué dans ta carrière ?

La rage c’est un truc que je ne supporte pas

Un but que j’ai mis avec Dunkerque face au Red Star. C’était un moment où j’étais un peu vexé, puisqu’on me disait « tu es performant, t’es fort, t’es talentueux, t’as tout ce que tu veux, mais tu n’as pas de stats ». Et ça m’avait piqué, ce match là j’ai mis un but et j’ai senti beaucoup de rage. Moi je suis quelqu’un à qui la rage ne va pas. La rage c’est un truc que je ne supporte pas. Aujourd’hui si quelqu’un me fait quelque chose que je n’aime pas, je ne vais pas répliquer par la rage.

Il y a des personnes pour qui ça sert de moteur, quand elles ont la rage elles arrivent à aller plus loin. Moi c’est le plaisir, il faut que je soit content, épanoui, que je dégage du bien être et c’est comme ça que je peux faire de bonnes choses. Pour en revenir à ce but au Red Star, c’était le premier de ma saison et à partir de ce moment là j’ai tout claqué, et je prenais beaucoup de plaisir.

Par la suite, tu as de nouveau senti cette « rage » ?

Quand je suis venu à Amiens, au début j’avais beaucoup de rage je n’y arrivais pas, j’étais sur le banc, je ne jouais pas, j’étais énervé donc j’avais la rage. Et un moment est venu où j’ai réussi à transformer ce mal en plaisir. En gros je prenais du plaisir à venir à l’entrainement, j’étais content, je rigolais avec tout le monde, je faisais des blagues, et c’est à partir de ce moment là que tout a commencé à se dégager en moi. Le coach a alors vu qu’il y avait quelqu’un qui était là et il s’est dit « pourquoi pas Cheick ? ».

Il y a un sportif qui t’inspire ?

Mohamed Ali. Je ne l’ai pas connu lors de ses combats mais quand je regarde son histoire j’aime beaucoup. Il a fait de grandes choses, c’est une légende. 

Y-a-t-il une phrase importante dans ta vie ?

« Tout est tracé ». Pour moi c’est ça, tout est tracé, quelque soit ce qu’il va se passer, tout est tracé, ça devait être comme ça, c’est le destin.

Es-tu superstitieux ?

Avant oui mais plus maintenant. Avant j’avais un truc avec mes protèges-tibias, je vais vous expliquer. Je posais mes protèges tibias à l’envers, et quand je prenais le R (ndlr : right : droit), parce que je mets toujours le droit en premier, je me disais « aujourd’hui je fais un gros match ». Et quand je prenais le mauvais, le L (ndlr : Left : gauche) , je me disais « oh mince ». Mais un moment je prenais le R en premier et je faisais des matchs moyens, alors que normalement c’était des tops matchs. Arrivé à ce moment là je me suis dit : « on va laisser tomber tout ça ». Encore en pro je le faisais, mais depuis la saison dernière j’ai arrêté. Aujourd’hui plus rien, simplement, avant de rentrer sur le terrain, je prie et je demande à dieu de me protéger.

As-tu un rêve dans le football ?

Oui j’ai un rêve, un très grand rêve, mais je l’ai écrit dans un bouquin et je le garde pour moi. Quand je vais y arriver je pourrai le montrer à tout le monde et dire « c’était écrit ! « 

Tu as porté le maillot de la Cote d’Ivoire avec les espoirs, qu’est ce que ça représente pour toi ?

C’est un bonheur, on donne de la joie à un peuple. Certes ce ne sont « que » les espoirs mais on porte tout de même le maillot de son pays ! J’ai porté ce maillot là avec fierté, j’étais fier de le mettre, on a mouillé le maillot avec les autres et c’était très important. J’espère que ça va continuer.

C’est un bonheur, on donne de la joie à un peuple

Es-tu un consommateur de série ou de film ?

Je suis plutôt mangas, les séries ça peut vite m’ennuyer. Dragon ball, One Piece, je regarde ce genre de choses. J’ai même des t-shirts Olive et Tom ou One Piece, parfois aux entraînements je les mets en dessous, même pendant les matchs j’ai déjà porté un t-shirt One Piece en dessous de mon maillot !

Quel est ton plat préféré ?

Un plat de chez moi avec la sauce arachide. Un poulet sauce arachide avec du riz, ma mère le fait très très bien ! C’est mon plaisir ça, je mange tout le temps européen quand je suis ici, mais quand je rentre je ne mange que ça !

Propos recueillis par Leandre Leber et Quentin Ducrocq

Crédits photos Leandre Leber Gazettesports.fr

FOOTBALL : Cheick Timité – « Partout où je vais il faut qu’il y ait du plaisir » (1/2)