BASKET-BALL : L’ESCLAMS F s’offre le CASBB F et la finale

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Ce mercredi 24 avril, les féminines de l’ESCLAMS affrontaient leurs homologues du CASBB pour une place en finale de la Coupe Guy DUCROTOY. Dans un gymnase Sagebien bien garni, les deux équipes avaient à cœur de rejoindre la finale.

Début en fanfare pour l’ESCLAMS

Dans ce début de match les deux équipes se montrent plutôt maladroites. Finalement les verts prennent le dessus grâce à une bonne défense. Les shoots sont contestés et de nombreuses passes sont interceptées, permettant le jeu rapide. L’écart se creuse petit à petit pour finir à +8 après 10 minutes, 8-16.

L’ESCLAMS creuse l’écart

Dans ce second quart-temps les GreenGirls accélèrent et infligent un cinglant 11-0 d’entrée. On se dit que le match est plié, mais les cheminots reviennent en fin de quart-temps profitant d’une attaque de Longueau beaucoup moins performante et d’une réussite à trois points retrouvée.

Le CASBB entretien l’espoir

A l’image de la fin de première période, les verts n’y arrivent plus en attaque. Beaucoup de pertes de balles, un jeu moins fluide et des shoots moins bons. En face le CASBB prend confiance et revient à portée de fusil (-5). Mais en fin de quart-temps l’ESCLAMS se ressaisie légèrement pour aborder le dernier acte avec une belle avance.

La messe est dite

Dans ce début du dernier acte, les locaux essayent de tout de suite revenir pour s’offrir un fin de match à suspense. Mais elles manquent de réussite au shoot et ne parviennent pas à profiter du temps faible adverse. Une fois l’orage passé, Longueau retrouve son jeu et gère tranquillement la fin de match.

L’ESCLAMS s’impose donc logiquement (46-55), dans une partie qu’elles ont menée de bout en bout et maîtrisée dans l’ensemble malgré quelque passage à vide. Elles affronteront en finale le vainqueur de la rencontre entre Péronne et Villers Bretonneux prévue ce dimanche.

Aurélien Finet

Crédit Photo : Officiels ESCLAMS BB

A lire aussi <>

Paul Katam : « Représenter mon pays, c’est quelque chose d’exceptionnel »