Sammy Betbeder : « Retrouvez le terrain, c’est une forme de résurrection »

Ⓒ Gazette Sports

Alors qu’il reste six journées de championnat à jouer et que son club est quasiment condamné à redescendre à l’étage inférieur, Sammy Betdeber meneur de l’ESCLAMS nous a accordé une interview. L’occasion de revenir sur une saison compliquée collectivement et individuellement, sa fin de saison ou encore son avenir.

Jeune joueur de 19 ans, Sammy Betbeder est arrivé cet été à l’ESCLAMS pour évoluer en Nationale 2 après une bonne saison avec l’Élan Béarnais Pau-Lacq-Orthez où il a été formé.

Quel est ton parcours sportif ?

J’ai commencé le basket-ball à 5 ans dans le sud-ouest dans la ville où j’ai grandi. Ensuite j’ai fait le centre de formation de l’Élan Béarnais de minines au pôle espoir en parallèle duquel j’ai joué en N3 et N2 puis cet été j’ai rejoint Longueau pour jouer en National 2.

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre Longueau ?

Le coach Romain Barody m’a présenté un très bon projet qui correspondait à mes attentes et il était prêt à me faire confiance. C’était une très bonne opportunité de pouvoir jouer en Nationale 2 et je l’ai saisie.

Regrettes-tu ce choix ?Sammy Betbeder ici en action

Non, mais il est vrai que j’ai vécu une saison compliquée. Ne pas jouer pendant un long moment a été compliqué, comme l’ensemble de notre saison, mais je ne regrette pas. Cela m’a appris, c’est malgré tout une bonne expérience et je pense avoir progressé cette saison.

Comment as-tu vécu les changements de coach ?

C’est difficile car changer de coach c’est aussi changer de style de jeu. Le changement de coach entre Leïla et Liam a été le plus dur car je n’ai plus joué par la suite.

Après l’arrivée de Yunss AKINOCHO tu as été “sacrifié” car il y avait trop de joueurs mutés, comment tu l’as vécu ?

Oui, on était cinq mutés après l’arrivée de Yunss et on n’a le droit qu’à quatre mutés sur la feuille de match. J’en ai fait les frais et cela a été assez dur à vivre. J’étais un peu frustré de ne plus jouer.

Depuis le départ de Merveille tu retrouves du temps de jeu, cela te fait forcément plaisir ?

Oui retrouvez le terrain m’a fait énormément de bien. Après cela a été aussi dur car c’est un ami. Mais ça m’a permis de rejouer et ça fait vraiment du bien, c’est comme une résurrection.

Tu as un physique atypique par rapport aux autres joueurs, pour toi c’est une force ?

Pour moi c’est clairement une force. Je suis peut-être plus petit mais je suis plus rapide, plus vif que beaucoup de mes adversaires. J’arrive à plutôt bien utiliser cette différence de taille à mon avantage. Après en défense, cela peut être compliqué. Surtout quand un adversaire plus grand me post mais j’essaie à chaque fois d’être le plus embêtant possible et les rotations défensives font en sorte que je me retrouve le moins souvent dans cette situation. »

Selon toi, quelles sont les raisons de cette saison plus que compliquée ?

Les changements de coach et d’effectif ont beaucoup joué je pense. Cela a fait que nous n’avons pas eu de réelle stabilité et a aussi fortement perturbé notre préparation. Notre mauvais départ nous a été fatal car on n’a pas su inverser la tendance. C’est dommage car on a une bonne équipe, capable de beaucoup mieux.

Quels sont tes objectifs pour les six matchs restants ?

Collectivement c’est de prendre les matchs très au sérieux jusqu’à la fin et d’essayer de finir sur une bonne note et de prendre du plaisir. Personnellement, essayer de profiter de mes minutes de jeu et d’en avoir le plus possible tout en étant performant.

Si le club est rétrogradé en Nationale 3, vas-tu rester ?

Franchement je ne sais pas encore, pour le moment je n’y ai pas encore réfléchi, il faudra voir. Après c’est sûr que j’aimerai rester en Nationale 2 mais cela va dépendre des propositions que j’aurai.

Quels sont tes objectifs dans le basket ?

Mon objectif est toujours de devenir professionnel mais je veux avancer par étape et pourquoi ne pas atteindre la Pro A d’ici quelques années.

Penses-tu toujours à l’équipe de France ?

Non plus maintenant, quand j’étais au pôle espoir oui j’y pensais mais maintenant je sais que ça sera très difficile. Après si un jour j’ai l’occasion d’y jouer ce sera avec grand plaisir évidemment (rires).

Aujourd’hui à quoi ressemblerait une journée type avec Sammy Betbeder ?

Je vais à la salle de musculation presque tous les jours, ensuite je me balade en ville, je fais des courses. J’ai aussi des cours quelques heures par semaine à Interfor à Amiens et je suis en service civique au sein du club. En plus de mes entraînements, je coache des jeunes et j’aide au sein du club.

Quel est le joueur qui t’a le plus impressionné dans l’équipe ?

Je vais dire Assim Branly car c’est un vrai compétiteur qui veut tout le temps gagner même à l’entraînement. D’ailleurs il y a une petite compétition entre nous aux entraînements et il me donne pas mal de conseils au quotidien.

Quelle est ton équipe préféré ? Et joueur préféré ?

Je n’ai pas forcément d’équipe préférée même si j’aime bien les Lakers car c’est une équipe jeune. Après Isaiah Thomas est un joueur que j’aime bien car on a un peu les mêmes caractéristiques. Il est petit, gaucher, il va vite, il sait faire des bonnes passe, shooter, attaquer le cercle, c’est un joueur complet.

 

Propos recueillis par Aurélien Finet

 

Crédit Photo : Coralie Sombret,
Kévin Devigne,
Roland Sauval,
GazetteSports

A lire aussi <>

CLEMENT MEUNIER : « En tant que capitaine, je rêve d’emmener ce collectif en fédérale 3 »