PATRICK DERASPE : “Les titres donnent des souvenirs inoubliables !”

0
280
(Photo d'OLIVIER MORIN / AFP)
CIT Dessaint

Alors que les Gothiques démarrent aujourd’hui les play-offs version 2019 après avoir remporté la coupe de France il y a quelques semaines, nous nous sommes entretenus avec une illustre figure du club : Patrick Deraspe, champion de France avec Amiens en 1999.

Pour commencer, que devient Patrick Deraspe ?

L’été dernier nous avions organisé un stage de hockey à Amiens et pour moi ça avait été une superbe reconnexion avec la ville. Des souvenirs sont remontés, des choses qui ne m’ont jamais quitté, malgré 18 années passées loin de la ville, je me suis rapidement senti chez moi. Quand je suis revenu au Québec après ce stage, le désir de revenir en France a naturellement pris place… Et mon désir va être accompli puisque nous refaisons un stage avec le club des Gothiques du 19 au 25 août prochain. C’est un bel honneur pour moi, j’en suis fier.

Mais il y a autre chose que le hockey, j’ai mon entreprise qui évolue dans un produit que vous les Français vous aimez bien : les huîtres. Je suis originaire des Îles de la Madeleine, un petit endroit au Quebec, et j’ai un ami qui élève les huîtres un peu comme vous avez partout sur les côtes françaises. C’est la seule huître québécoise qui existe. Je vais d’ailleurs aller sur Paris dans un avenir rapproché pour montrer ce produit là, ce qui sera aussi une belle occasion de se rapprocher d’Amiens. Les Gothiques rentrent en play-offs, donc j’aimerais bien faire “d’une pierre trois/quatre coups” et aller voir un match ou deux si les Gothiques peuvent aller loin…

Qu’est-ce-que ça vous a fait de voir les Gothiques remporter un nouveau titre ?

J’ai été agréablement surpris de voir les Gothiques gagner la coupe de France, ça me ramène directement dans mon passé quand on avait du succès en 97-98-99. Ça avait quand même été des années magnifiques et des supers souvenirs me reviennent. Le titre m’a fait chaud au cœur pour les Gothiques, la ville, les supporters. Et de voir les partisans être présents au maximum, chanter et participer comme ils le font, ça me fait vraiment plaisir. Je vois qu’il y a toujours une belle énergie présente au Coliseum. C’est une belle réussite pour la ville d’Amiens. Je crois aussi qu’avec ce que les joueurs ont accompli en coupe de France, ça peut apporter un “nouveau vent” de supporters derrière l’équipe.

Comment vous voyez la fin de saison pour les Amiénois ?

En championnat je crois que les Gothiques sont en mesure d’aller loin, même si Rouen et Grenoble sont des adversaires coriaces comme ils l’ont toujours été. Avec mon expérience j’ai appris que les matchs se jouent uniquement sur la glace. Je veux dire qu’il est certain que Rouen et Grenoble ont toujours été des adversaires redoutables, mais je crois aussi qu’Amiens fait aujourd’hui partie des grands clubs de France. Il y a maintenant 3 titres et je suis fier d’avoir fait partie des débuts de cette belle aventure là. 

Pour en revenir à vous, le titre avec Amiens en 1999 a été le déclencheur d’une belle carrière…

Je dirais que oui, on avait perdu les 2 années précédentes en finale contre Brest et Grenoble, et ça été une saveur particulière de remporter le titre en 1999. C’était mon premier titre et ça a fait naître chez moi une grande soif de gagner dans les années qui ont suivi. D’ailleurs on m’a surnommé dans les bouquins des Gothiques “le gagneur” et je crois que ce surnom m’a suivi pour une grand partie de ma carrière. J’ai une fierté d’avoir remporté 7 championnats dans ma carrière, dans des niveaux quand même élevés, je suis humble mais j’aime partager avec les gens qui sont passionnés de hockey et de sport. Quand à 23 ans j’ai goûté au succès avec Amiens ça a été l’élan pour une belle carrière.

(Photo d’OLIVIER MORIN / AFP)
Vous arrivez à suivre régulièrement l’actualité des Gothiques ?

Il y a plusieurs partisans au quotidien qui m’envoient des choses sur les Gothiques, à tous les matchs j’ai les résultats à chaque tiers-temps grâce à facebook, c’est facile pour moi de les suivre.

Pour terminer, qu’est ce que vous voudriez dire aux supporters amiénois ? 

J’encourage les supporters à continuer sur cette voie d’encourager les Gothiques. J’ai vu que sur Paris les partisans étaient très présents à la finale, ça m’a fait chaud au cœur. Donc j’encourage les partisans à venir encourager le club. Car autant pour les partisans que pour les joueurs sur la glace, les titres donnent des souvenirs inoubliables ! Je crois que ça forme un tout : les supporters, les joueurs, les dirigeants, les coachs, pour moi c’est une grande famille. Tout est possible avec les Gothiques, j’encourage les gens à venir en grand nombre soutenir les joueurs et chanter haut et fort leur joie. Encourager au maximum pour que le club aille le plus loin possible dans les play-offs et pourquoi pas remporter un autre championnat !

Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédits photos AFP/Leandre Leber

HOCKEY-SUR-GLACE : Que les choses sérieuses commencent !




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.