Le théâtre « joue » sport

théatre discrimination dans le sport
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Le théâtre « joue » sport

Dans le cadre de ses missions, le CDOS de la Somme met en place des actions afin de contribuer à la lutte contre toute forme de discrimination dans le sport.

Aussi, à cette occasion, nous organisons avec le Collectif de l’Âtre à la Maison des Sports le mardi 19 avril 2016 19h, une pièce de théâtre gratuite « Billie Jean, Alice, Caster…Mon sexe sportif ». Un spectacle qui interroge sur les représentations sur le genre (homme, femme, homosexuel, etc.) dans le milieu du sport.

Une représentation pour les scolaires se tiendra à 15h suivie d’une seconde à 19h ouverte à tous les publics, sportifs, non sportifs, licenciés ou non (tout public dès 14 ans, durée 1h15).

Les places étant limitées, nous vous invitons à vous inscrire dès que possible sur le lien suivant et à partager l’information à votre entourage susceptible d’être intéressé :
https://docs.google.com/forms/d/12GEKmsumw2lmTCIIRFZNNqx_N8Yx_jDOz0KhYpQK_Ig/viewform

Inscriptions également possibles sur le site du CDOS de la Somme : somme.franceolympique.com, et renseignement par téléphone au 03 22 47 34 96.

Au plaisir de vous rencontrer à cette soirée,

Le CDOS de la Somme

Résumé de la pièce :

« Sabine veut devenir sportive de haut niveau. Elle est, au fil du spectacle, une enfant, une adolescente, une jeune femme qui se trouve confrontée aux entraves qui rendent la reconnaissance féminine dans le monde sportif très difficile.

Des selles de vélos aux barres parallèles suspectées d’agiter l’hystérie et la nymphomanie (aspects typiquement féminins à entendre les médecins d’époque), en passant par les tenues sportives spécialisées (jupe courte obligatoire au Tennis et Badminton, ainsi que maillots de bain rachitiques pour beach-volleyeuses), ce spectacle juxtapose les situations grotesques bien réelles, qui témoignent d’une profonde lacune égalitaire entre les genres dans le milieu sportif. De grotesques ces situations deviennent particulièrement alarmantes. »

Par le Collectif de l’âtre