FOOTBALL : Demba veut se relancer à l’Amiens SC

demba asc-gazettesports
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Harouna Abou Demba veut se relancer à l’Amiens SC

Ce vendredi au stade de la Libération à Boulogne, l’Amiens SC va tenter de s’imposer et de garder ainsi le contact avec la tête du classement. Il s‘agira d’un derby et il est curieux de noter que dans l’équipe amiénoise, nous aurons la présence de cinq anciens Boulonnais : Laurent Heloïse (voir article ci-contre), Régis Gurtner, Guessouma Fofana, Georges Gope-Fenepej et Yassine Haddou.

Un autre ancien Boulonnais ne sera pas sur la pelouse mais dans les tribunes. Il s‘agit d’Harouna Abou-Demba qui a disputé la semaine dernière son premier match avec Amiens (B). Harouna Abou Demba  a signé au mois d’octobre alors qu’il se trouvait en pleine période de rééducation.
Harouna Abou Demba n’est plus à franchement parler, un espoir mais il reste tant au niveau physique que technique, intact et surtout avec une réelle  marge de progression. Patrice Descamps qui l’a fait venir ne regrette évidemment pas son choix.

Nous avons rencontré ce jeune garçon qui possède des racines inédites (Mauritanie- Sénégal) mais qui a vu le jour en Normandie, du côté de Mont-Saint-Aignan :

« Je suis né à Mont-Saint-Aignan près de Rouen le 31 décembre 1991. Mon papa qui est aujourd’hui en retraite était fondeur et ma maman mère au foyer. J’ai commencé dans un petit club le FC Houlme. J’ai joué ensuite à Quevilly et à 14 ans, j’ai intégré le centre de formation de Sedan, club dans lequel je suis resté quatre ans et demi. Parmi mes entraineurs, j’ai eu Christophe Coin, Jean-Yves Hours, Vincent Mattey qui est passé par Amiens. Il m’est arrivé de m’entrainer avec les pros dirigés  par Fouzari. Après Sedan, je suis allé  au Stade de Reims où je suis resté un an. Ensuite, je me suis retrouvé à Boulogne où j’ai eu la chance d’évoluer en National avec Régis Gurtner, Laurent Heloïse, Georges Gope-Fenepej  notamment ».

Malheureusement, la progression d’Harouna fut  stoppée par une vilaine blessure, la pire pour un footballeur : rupture des ligaments croisés. L’opération était effectuée en avril dernier et évidemment, longue devait être la rééducation.
Libéré par Boulogne, Demba était « récruté » par l’ASC. Non pas pour jouer mais d’abord et surtout afin de procéder à une lente rééducation.

Demba loue la patience et le travail du kiné  de l’équipe réserve, la confiance que Patrice Descamps lui a accordée d’entrée à un moment où il était sur le flanc.
« Il m’a beaucoup  aidé psychologiquement et je lui en suis reconnaissant car je n’ai pas été formé au club, souligne Demba. Aujourd’hui,  je me sens bien et c’est grâce à lui. »

Samedi dernier contre Aulnoye en même temps que Titi Buengo mais pour d’autres raisons, Harouna a donc disputé son premier match officiel après une très longue absence.
Cela ne lui était plus arrivé depuis avril dernier lors d’une séance d’entrainement avec Boulogne.
« Le coach Descamps m’avait demandé de jouer sur les côtés sans oublier l’aspect défensif. Je trouve qu’avant le match, il a fait une bonne causerie. Nous avons bien suivi ses directives et avons finalement gagné. »

Et l’avenir ?

Abou Demba axe toute sa vie sur le football. Il a abandonné ses études, BAC en poche mais comme il le dit : « J’ai 24 ans et j’ai des ambitions. Maintenant, moi qui relève de blessure, je vais devoir montrer ce que je sais faire. Je veux continuer à apprendre et à progresser avec le coach Descamps. Je vais tout donner. »

Toujours domicilié à Boulogne, Demba retourne donc assez souvent dans cette ville.
Ce vendredi, il devrait normalement être au stade de la Libération et cette fois, son cœur penchera du côté de l’ASC.

Lionel HERBET