Excellente initiative que celle prise par le club cycliste de Courcouronnes dans la région parisienne. Un club entièrement composé de licenciées.

Une idée a été émise, consistant à faire parcourir par une dizaine de féminines le Tour de France mais 24 heures avant les pros. Jadis, nous avions assisté à ce genre d’opération et par exemple, nous nous souvenons que Raymond Poulidor et Eddy Merckx avaient, eux aussi, disputé seul le Tour mais dans le cadre d’une opération publicitaire. Amiens avait été alors une ville étape.

Cette fois, pas de publicité. Rien que le souci de promouvoir le sport féminin qui connait une réelle vogue avec notamment le football et le basket.

La Fédération française de cyclisme a tout de suite donné sa bénédiction, ayant pris conscience du retard du sport cycliste par rapport à d’autres fédérations olympiques.

Ce que confirme Bruno Lecki qui travaille au sein de la Direction Technique Nationale de cyclisme.

« En France, nous n’avons que 10% de licenciées. Soit le plus faible pourcentage de toutes les disciplines olympiques. Notre objectif est à terme de faire monter ce pourcentage à 15% ».

La FFC s’est totalement impliquée en achetant les maillots, en permettant à un camion de suivre les participantes qui effectuent le même parcours que les pros mais 24 heures avant.

Ce mardi 7 juillet, c’était donc l’étape Arras-Amiens (190km) et l’arrivée du petit peloton féminin avait été située sur le parvis de la Maison de la Culture.

Il ne s’agit pas d’une compétition car les « filles »roulent en peloton mais il convient de respecter certaines règles car il est évident que la sécurité n’est pas du tout la même.

Ce mardi en fin de journée, le groupe des filles de Courcouronnes est arrivé sous le regard de Madame Boistard, Secrétaire d’Etat aux Droits des Femmes. La Direction Régionale des Sports était représentée par Bruno Delavenne, le CDOS par Marcel Glavieux qui avait tout de suite répondu aux sollicitations et ainsi, pallié l’absence  regrettable du comité de Picardie de cyclisme.

Pour Madame Boistard, le but de cette opération est simple : « Nous voulons relancer le Tour de France féminin. L’opération qui est menée actuellement est faite dans ce sens. Je sais que la Fédération française de cyclisme est favorable au projet. De mon côté, je vais tout faire. Je pense qu’il y a  une certaine désaffection parce qu’il manque au cyclisme, une grande championne comme l’était Jeannie Longo  voici  quelques années. Les garçons et les petites filles  qui veulent pratiquer le cyclisme ont des modèles. Regardez le foot.  67% des Français disent qu’ils sont prêts à voir du sport féminin à la télé. J’ai donc beaucoup d’espoirs et sachez que je travaille sur ce projet et pas seulement puisque le sport fait partie des sujets qui m’intéressent».

La conclusion sera pour Marion, sportive éclectique et qui a décidé de participer à ce qu’il faut bien appeler le Petit Tour féminin, la veille même du départ.

« Ce que je souhaite, c’est faire en sorte que le sport féminin et le cyclisme soient plus médiatisés ».

Lionel HERBET




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.