Le coach de l’ACA avait donc raison : fixer une feuille de route n’a pas réussi à ses joueurs. C’était la dernière chance pour les coéquipiers d’Habib Bellaïd de prendre trois points dans les quatre matches définis comme prioritaires. Pari manqué.

Le regard du coach sur le match

Il y a des attitudes qui sont inexplicables

C’est donc le huitième nul de l’AC Amiens, cette saison, et ce nombre dépasse alors celui des victoires (sept). L’équipe bleue avait pourtant débuté sa rencontre de la meilleure des manières avec le but de Zobiri à la 3ème minute. Dix minutes plus tard, l’égalisation pointait le bout de son nez, en grande partie due à une démobilisation instantanée des joueurs samariens. « Ce qui est dommage c’est de concéder ce but où on s’arrête complètement en demandant à l’arbitre de touche de signaler un hors-jeu qu’il ne signale pas de toute façon. Il y a des attitudes qui sont inexplicables, » s’indigne le coach amiénois.

Ce dernier regrette amèrement ce genre d’attitude. D’une, parce qu’elle a amené une égalisation dont l’équipe aurait bien pu se passer et secundo à cause de cette impression que l’ACA s’est suffisamment fourvoyé, auparavant. « Les trois derniers buts qu’on prend, ce sont trois cadeaux, déplore Azouz Hamdane. Les trois derniers buts qu’on encaisse et les deux derniers qu’on marque : les adversaires ne nous font aucun cadeau, eux. Et nous, de notre côté c’est : « Venez marquer » » !

Malgré la difficulté qu’il éprouve à saisir certaines décisions et manières d’agir, le coach samarien applaudit la combativité et l’effort qu’a fournis son équipe pour ne pas être menée au score. « En deuxième mi-temps, ils se sont battus pour conserver ce score et essayer même de l’aggraver avec un peu plus de lucidité et de réussite« . Le coach fait sans doute référence au poteau de Diawara à la 77ème et aux deux tirs au-dessus de la barre transversale de Kharbouchi et Diawara dans les dix dernières minutes de jeu.

Ayant une nouvelle fois vécu une réduction de l’effectif suite à un carton rouge (Diallo, 52′), le bilan n’est donc pas complètement insensé au vu du temps passé à dix contre onze. Mais dans ce derby et malgré un score final neutre, Beauvais rendre tout de même plus fort que l’AC Amiens.

« Parfois peut-être, ils sont trop excités dans le dernier geste. Trop impatients de vouloir faire la différence donc ça fait une course qui part trop tôt plutôt que dans le bon temps. On n’est jamais dans le bon temps, regrette Azouz Hamdane, qui met le doigt sur le manque de synchronisation de son équipe. Chacun joue sa partition et c’est compliqué parce qu’un match de foot, c’est une cohésion difficile à acquérir ».

« Je suis très mal à l’aise dans ce groupe »

Je m’ennuie

Ce n’est pas la première fois qu’Azouz Hamdane confie ses impressions et ressentis sur l’équipe qu’il entraîne. Mais, à quatre matches de la fin de  la saison, le coach se veut limpide. « Moi, il est hors de question de continuer de la sorte. Je m’ennuie. J’apprends autre chose de mon métier, certes. Mais je le dis franchement, je me suis un peu dévoyé. Je suis très mal à l’aise dans ce groupe parce que je n’arrive pas à les faire jouer comme je veux. On m’a dit qu’un coach devait être pragmatique et c’est ce que je m’attache à faire. J’ai un groupe qui, dans les intentions, n’est pas très à l’aise. On s’adapte, je m’adapte également au profil de joueurs que j’ai ».

Si le coach ne peut s’empêcher d’être déçu de voir son équipe ne pas pleinement exploiter son potentiel et ainsi passer une fin de saison difficile, il souhaite rappeler ses mérites humains.

C’est un groupe extraordinaire

« Depuis deux saisons, je m’éclate avec les joueurs, c’est un groupe extraordinaire avec lequel vivre mais qui a une grosse défaillance sur ce qui est charge émotionnelle et intention de jeu. Mais encore une fois, c’est peut-être mes deux meilleures saisons sur le plan émotionnel et humain. Ce sont des super mecs, qui se battent ! Attention, je ne dis pas que mes joueurs sont de mauvais joueurs de foot : j’ai juste du mal, avec mon idée du foot, à les faire jouer, cohabiter ».

Conservant sa onzième place au classement mais plus qu’à deux points des premiers relégables, Azouz Hamdane oscille entre une prudente sérénité et une préoccupation grandissante. « Il faut déjà sauver les meubles et après il s’agira vraiment de réfléchir. On a les moyens de s’en sortir, mais ça chauffe ».

Camille MARSIGLIA

Crédit photo : Léandre Leber – GazetteSports

AC Amiens – Beauvais AS :  1-1 (1-1)

Samedi 14 avril, 18h, stade Jean Bouin

Arbitre : Yann FLAMENT

AC Amiens : Adrien (g.), Milville, Martinez, Kharbouchi, Zobiri, Diawara, Dilemfu (62′), Diarra, Diallo (exclu, 57′), Bellaïd, Boukhelifa (56′)

Remplaçants : Villiers, Ameur (62′), Gningue (g.), Tagaye (56′)

Buts :

  • AC Amiens : Belkacem ZOBIRI (3′)
  • AS Beauvais : Mamadou KALOGA (14′)

Avertissements AC Amiens : BELLAÏD (45′), DILEMFU (57′)

Entraîneur : Azouz Hamdane

À lire aussi >>

FOOTBALL : L’AC Amiens manque (encore) le coche




  • Laisser un commentaire