« Nous sommes passés près d’un véritable drame »

Président d’Amiens Métropole, propriétaire du stade de la Licorne, Alain Gest attend les résultats de l’enquête en flagrance pour « blessures involontaires » afin de statuer et, le cas échéant, assumer les responsabilités incombant à la collectivité. S’il tient bon de rappeler que le temps est actuellement à la compassion et au respect de l’instruction en cours, il pointe néanmoins du doigt le comportement d’une frange de supporters lillois et surtout de certains médias ayant à ses yeux procéder à un véritable amalgame en liant les travaux de rénovation de la toiture du stade et une hypothétique vétusté de l’enceinte accueillant l’Amiens SC. Entretien.

En tant que propriétaire du stade, vous confirmez que celui-ci est bien aux normes et qu’aucun problème au niveau du barriérage n’avait été décelé jusqu’ici…

Le stade a été homologué par la Ligue de Football Professionnel (LFP) avant le début de la saison, il est parfaitement aux normes. Par ailleurs, la commission de sécurité est encore passée en milieu de semaine pour faire le point sur les travaux réalisés au sein du stade. Je tiens à rappeler que les soucis se situent uniquement au niveau de la toiture du stade et non pas sur des problèmes de barriérage. C’est donc un problème que l’on ne s’explique pas jusqu’ici, c’est à la justice de faire la lumière sur cet incident. A ce stade, nous savons uniquement qu’une dizaine de supporters se sont précipités pour voir leurs joueurs au moment du but. Si l’on considère qu’une centaine de supporters s’est amassée sur la barrière, cela fait une pression de 7 à 8 tonnes. Le garde-corps a alors cédé à deux ou trois endroits, à ce moment-là. Cela aurait pu être bien plus grave mais, fort heureusement, tout le monde a quitté le centre hospitalier, ce dimanche.

Vous réfutez donc l’idée de prétendu état de vétusté du stade…

Je tiens déjà à fustiger certains prétendus « journalistes sportifs » qui n’ont jamais mis les pieds à Amiens mais qui se permettent de juger l’état de son stade. Il a effectivement des imperfections au niveau de sa toiture, c’est la raison pour laquelle un audit de sécurité a été commandé en 2015. Dans la foulée de cet audit, le stade a été fermé pendant quelques matches pour retirer les plaques de verre. A ma connaissance, il n’y a jamais eu le moindre doute sur les barriérages du stade de la Licorne. Ils sont en acier galvanisé, ils ne peuvent pas rouiller. Il y a peut-être un défaut d’usure des fixations mais nous ne pouvons pas le confirmer à ce stade de l’enquête. Lors de la venue contre Marseille, il y avait également 500 personnes dans le parcage mais nous n’avons pas eu le moindre problème. Le Racing Club de Lens a également joué pendant une saison entière dans ce stade. Il ne serait sûrement pas venu si le stade était vétuste.

Vous semblez agacé par les répercussions médiatiques de cet accident…

J’ai le sentiment qu’Amiens a le droit à un traitement de faveur. J’ai découvert que ce genre d’incident a également eu lieu à Bordeaux et à Lens, deux stades construits ou rénovés pour l’Euro 2016. Or, je ne me rappelle pas qu’il y ait eu un tel émoi médiatique, à l’époque.

Pensez-vous qu’Amiens puisse être interdit de jouer au stade de la Licorne dans les semaines à venir ?

Je ne vois aucune raison objective pour prendre une telle décision. Si le problème vient bien du parcage visiteurs, il suffit de leur consacrer un autre espace le temps que l’on répare le garde-corps saccagé. Nous allons inspecter chaque garde-corps du stade. Si une sanction est prise contre Amiens, c’est que nous sommes soumis à un traitement spécifique. Il y a déjà eu une procédure lancée contre le club durant l’intersaison par le RC Lens et le FC Lorient pour contester la montée en Ligue 1. Cela ferait beaucoup en très peu de temps. Lorsque j’entends le directeur général du club de Lille s’exprimer de la sorte, je me dis qu’il n’y a que très peu de solidarité entre les clubs dans le monde du football.

Qu’attendez-vous de l’enquête placée sous l’autorité du parquet d’Amiens ?

Il est nécessaire de dégager les responsabilités d’un événement qui aurait pu être bien plus dramatique mais je constate que cela ne se produit que dans le football. Cela mérite de se poser des questions sur les problèmes de sécurité au sein des stades mais aussi sur les problèmes pouvant émaner du comportement de certains supporters. Le problème s’était déjà posé lors d’un match de coupe de France entre l’AC Amiens et le LOSC, avec des grillages arrachés par des supporters lillois. Je souhaitais que ce match soit une belle fête. C’était la première fois que les deux plus grosses villes des Hauts-de-France et les deux plus gros clubs actuels s’affrontaient en Ligue 1. Tout était réuni pour que ce soit un bel événement. Je pense donc qu’il est nécessaire de faire preuve de recul quand ce genre d’événement se produit. Je n’ai pas compris l’attitude de certains dirigeants lillois qui n’ont pas la même conception que moi du rôle de responsable. Le temps n’est pas venu de s’en prendre à certains plutôt qu’à d’autres mais bien de se dire que nous sommes passés près d’un véritable drame.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi >>

FOOTBALL : Une fin prématurée et inattendue

Crédits photo : Leandre Leber – GazetteSports.fr




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.