BASKET-BALL – ASCBB – Frédéric Domon : « Ce n’est pas une préparation idéale »

basketball ascbb amiens ascc margny gazettesports kevindevigne 42
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Alors que la saison 2022-2023 de N3 masculine va bientôt débuter, l’entraîneur de l’Amiens SC BB évoque avec nous les difficultés rencontrées lors de la pré-saison.

Comment se passe la préparation pour votre équipe avant la nouvelle saison de NM3 qui vous attend ?

Ça commence mal… Il y a beaucoup de problèmes sur ce début de saison, entre les joueurs qui ne sont pas encore rentrés et les joueurs déjà blessés. Vivien Tanghe ne jouera quasiment pas de la saison car il souffre d’une rupture des ligaments du tendon d’Achille. Emilien Boinet a des petits soucis de genou, donc pour le moment il ne s’entraîne pas. Certains joueurs n’ont pas encore repris, d’autres sont arrivés récemment. Tout ça fait que c’est un peu la galère… Après, le gros souci c’est également qu’on n’a pour le moment plus de nouvelles de Joël Muamba. Jusqu’à début juillet j’étais encore en contact avec lui, mais depuis je n’ai plus de nouvelles du tout. Il suffirait juste de dire s’il revient ou pas, au moins on serait fixés mais ça n’est pas le cas. Ce n’est pas une préparation idéale.

Avec un recrutement bouclé fin juin et 90% de l’équipe qui avait donné son accord pour une saison de plus, tout semblait pourtant bien parti…

Ça se goupille bien, mais parfois il y a des choses qui font que ça ne se passe pas comme on le souhaite. Après, l’absence de certains est compréhensible, ils ont des jobs d’été donc on ne peut pas dire grand-chose. Concernant les blessures, c’est la faute à pas de chance. Il y a des choses qu’on ne peut pas maîtriser, nous ne sommes pas des professionnels. On ne peut pas exiger la présence des joueurs. Ce sont les aléas des clubs amateurs.

Il y a des choses qu’on ne peut pas maîtriser, nous ne sommes pas des professionnels.

Quand Gazette Sports avait dressé le bilan de fin de saison en mai avec le président, il nous avait confié que le recrutement était quasiment déjà bouclé. Aujourd’hui, vous pouvez dire que vous avez obtenu les joueurs que vous vouliez ?

On a obtenu ce qu’on voulait avec les moyens qu’on avait. Il ne faut pas se voiler la face, c’est difficile de faire venir des joueurs extérieurs avec des familles, ou pas, si tu n’as pas un boulot ou de la tune à proposer… On fait des paris. On a des étudiants qui viennent pour leurs études, on leur fait faire des essais. Ce sont des paris qui peuvent être gagnants par moments et d’autres fois, ils ne le sont pas. Il nous fallait un grand de plus, on s’est donc tourné vers Thierno Bah. Isaac Mendy est en fac de Lettres à Amiens, c’est en quelque sorte un coup de bol ! On ne peut pas se permettre d’aller chercher des joueurs comme ça, on doit miser sur les opportunités. C’est la même chose pour Jorgio Aprelon, il jouait à Chauny mais il fait STAPS à Amiens.
C’est vrai que, à part Florent Ramseyer qu’on ne pouvait pas garder, les autres nous avaient donné leur accord, y compris Joël Muamba et ça c’était un point super positif. Je suis satisfait du recrutement mais c’est vrai que si Joël Muamba ne revient pas, ça complique les choses.

Vous comptiez sur Joël Muamba pour être le fer de lance de l’équipe ?

La saison dernière, le joueur d’impact était Florent Ramseyer. Cette année, ça devait être Joël, mais pour le moment on ne sait pas si on pourra compter sur lui. Ça change carrément la donne...

basketball ascbb amiens roncq gazettesports kevin devigne 81
Le staff de l’ASCBB ne sait pas s’il pourra compter sur Joël Muamba, l’ailier canadien destiné à devenir la pièce centrale de l’équipe picarde.

Vous nous avez confié que suite au départ de Florent Ramseyer, vous vouliez changer votre façon de jouer, notamment sur l’aspect défensif : vous pouvez nous en dire plus ? Vos recrues s’inscrivent donc dans cette vision ?

Disons que par l’absence de Florent, notre jeu ne sera plus le même. Avec lui on était quasiment sûr qu’à chaque match il allait mettre environ 30 points. Quand tu as ça dans ton équipe c’est déjà pas mal. Cette année on ne pourra plus compter là-dessus donc il va falloir faire autre chose. Le constat c’est que la saison dernière on avait l’avant-dernière plus mauvaise défense de la poule. Ça veut dire que cette année on doit travailler beaucoup plus la défense. Stéphane Noé travaille cet aspect du jeu et on espère être beaucoup plus performants en défense.

On espère être beaucoup plus performants en défense.

Vos recrues vont donc dans ce sens-là ? 

Oui, ce sont des jeunes qui ont de l’énergie. C’est aussi ce qu’on a cherché. En ayant décidé d’améliorer notre défense, il fallait des joueurs qui aillent dans ce sens-là. Ils sont physiques et toniques. Maintenant, est-ce qu’on va réussir à faire ce qu’on souhaite ? Ça c’est autre chose ! On revient encore sur Joël Muamba, il est certes moins adroit que Florent Ramseyer, mais il est plus athlétique, donc c’est pour ça qu’on a décidé prendre cette orientation-là.

Les blessures vous ont “forcé” à aller piocher des jeunes joueurs dans l’équipe réserve de la saison passée. Peut-on s’attendre cette année à voir d’autres jeunes avoir leur chance en équipe première ? 

Depuis que j’entraîne, ça a toujours été le cas. Ce que je mets en place pour l’équipe A, c’est bon pour l’équipe B et également les U20. Mon objectif, c’est que sur du court terme, il y ait deux ou trois joueurs qui intègrent l’équipe première parce que c’est ça aussi le but d’un club quand tu n’as pas de moyens. Il faut que tu essayes d’amener les joueurs des équipes jeunes en équipe première. C’est le but que le club se fixe mais c’est aussi un but que je me fixe en tant qu’entraîneur. J’ai toujours fonctionné comme ça : si tu es bon, je me fous que tu aies 16 ans ou 40 ans !

basketball ascbb vs charenton (reynald valleron) (22)
Grâce à ses bonnes prestations, Maxence Goubet (ci-dessus avec le coach Fred Domon) a réussi à se faire une place en équipe première, la saison dernière.

Quand avez-vous repris les entraînements ? 

On a repris le 8 août avec ceux qui étaient là. On s’entraîne tous les deux jours.

Avez-vous des matchs amicaux au programme ? Lesquels et quand ? 

Ce n’est pas trop possible de faire des matchs parce qu’il manque la moitié des joueurs. On avait prévu de jouer Le Mée le 3 septembre et Trappes le 4 septembre. Ça aurait été aussi un week-end passé ensemble, histoire de renforcer la cohésion. Mais vu tous nos absents, je pense qu’on va jouer seulement Le Mée le 4 septembre (ce dimanche, ndlr).

La saison passée, vous regrettiez de ne pas avoir pu effectuer une préparation complète, étant donné que vous aviez pris les rênes de l’équipe peu de temps avant le début de la saison. Cette année encore, la préparation ne se déroule pas comme prévu… 

Voilà, tu as tout dit ! C’est la galère. L’année dernière, c’était par la force des choses. Cette année, tu passes de bonnes vacances sereines parce que le recrutement est bouclé, tout est fait. Puis finalement, quand tu reviens, il y a des choses qui se compliquent. Mais je pense que c’est le lot de beaucoup de clubs amateurs, des clubs comme les nôtres ou il n’y a quasiment pas de joueurs payés. Tu ne peux pas exiger de la part des joueurs d’être rentrés de vacances. On a aussi beaucoup d’étudiants, ce sont des gars qui travaillent en juillet-août. Ce sont des choses que tu ne peux pas maîtriser. Quand tu payes des joueurs, tu peux avoir des exigences. Après, pour les blessés, tu pourrais les payer autant que tu voudrais, ça ne changerait rien, ils seraient toujours blessés.

Vous allez affronter de nouvelles équipes : comment voyez-vous ça ? 

C’est une bonne chose pour le public parce qu’ils vont pouvoir découvrir des clubs qu’ils n’ont sûrement jamais vus. Pour les coachs, par contre c’est un peu l’aventure… On ne sait pas trop à quoi s’attendre. 

Concernant vos ambitions, vous nous aviez déjà confié vouloir faire “comme la saison dernière, voire mieux”. Compte tenu de ce que vous avez dit précédemment, c’est toujours votre objectif à l’approche de la saison ?

Oui, bien sûr ! Maintenant, il y a des points d’interrogation. Et puis si le cas de Joël Muamba n’est pas réglé, on aura un peu de temps pour trouver quelqu’un d’autre, ça ne sert à rien de se précipiter.

Propos recueillis le jeudi 25 août.
Deparis Maxime
Crédit photo : Kevin Devigne / Reynald Valleron Gazette Sports