HANDBALL – Tom Alran : « Dès que je rentre sur un terrain, je suis une autre personne »

tom alran aph 1
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Rencontre avec l’une des recrues estivales de l’Amiens Picardie Handball, en N1, Tom Alran. Le pivot de 21 ans arrive en Picardie avec des ambitions et ne s’en cache pas.

D’abord, quel est ton parcours ?

Déjà, il faut savoir que j’ai toujours joué dans le même club, à L’Union, dans la banlieue de Toulouse. L’équipe senior joue en Nationale 2 et il y a une équipe U18 France. J’ai fait toutes mes classes là-bas depuis les U11. J’ai intégré le groupe de Nationale 2 à l’âge de 16 ans. J’ai commencé à m’entraîner avec eux la première saison, la deuxième, j’ai un peu plus joué et ensuite je suis rentré dans le groupe. J’ai bien été accueilli comme j’étais l’enfant du club. L’année juste avant le covid, j’ai repris le capitanat parce que mon capitaine partait à la retraite.

Comment as-tu débarqué à l’APH ?

L’an dernier, je faisais une bonne première partie de saison, j’étais meilleur buteur de ma poule. J’ai dit à mon coach, Julien Fitte-Duval, que je voulais partir afin de jouer à un plus haut niveau parce que mon objectif n’était pas de rester en N2. Il m’a dit : « j’ai des amis, si tu veux fais une vidéo et je leur envoie ». Il se trouve qu’il parlait de Julien Richard, qu’il connaissait du centre de formation de Dunkerque. Il a envoyé la vidéo, je suis entré en contact avec Amiens, je suis venu deux fois faire des tests.

J’ai été emballé par le projet, le groupe et les ambitions. Je ne cherchais pas un club qui joue le maintien chaque année, mais plutôt de rentrer dans un cadre un peu plus professionnel avec des ambitions hautes.

En parallèle, je vais commencer mon master 2 en marketing et développement commercial à l’ESC, juste à côté de la cathédrale. Je suis venu avec ma copine pour ce double projet.

handball 22 23 amiens aph vs st valery amical 0012 gazettesports kevin devigne
Tom Alran a porté ses nouvelles couleurs en match amical vendredi dernier.

Quel type de joueur es-tu ?

Je joue au poste de pivot. Je n’ai peut-être pas le physique pour jouer au poste, mais je suis plutôt explosif. En défense, je suis assez mobile par rapport à certains pivots un peu plus lourds. J’ai pas mal de facilités à attraper les balles en bas, à capter beaucoup de ballons, ce qui m’a bien aidé la saison dernière à finir meilleur buteur de la poule. Ensuite, je suis assez adroit devant le but, plutôt technique on va dire.

De ce que tu me dis, on a l’impression que tu as besoin de prendre de l’épaisseur, c’est quelque chose qui te manque ?

Pas spécialement parce qu’il y a plein de pivots en première division qui ne font pas 1m90 pour 100 kilos et qui arrivent s’en sortir. Justement, l’avantage c’est qu’on attend tous des gros pivots qui posent des blocs, sauf que quand tu as un petit qui sait glisser, attraper des balles et scorer, ça change aussi. On est complémentaire avec Enzo Verbraeken qui est grand, avec du poids.

Quelles ambitions nourris-tu avec le club ?

D’abord à court terme ce sont les objectifs du groupe, c’est-à-dire de viser la première place au classement à la fin de l’année. Ensuite, c’est d’aller voir le plus haut possible avec le club et essayer de donner le maximum de moi pour aider le club à réussir ses ambitions.

Je travaille pour jouer au meilleur niveau possible

As-tu l’envie de jouer encore à un niveau supérieur ?

C’est sûr que la D1, la Ligue des Champions, les sélections nationales ça fait toujours rêver. Je ne vais pas dire que j’ai le niveau, mais je travaille pour jouer au meilleur niveau possible. Dans l’idéal, pouvoir vivre du hand, c’est le rêve de toutes les personnes qui pratiquent le hand. J’ai 21 ans, j’ai encore le temps d’apprendre, de gagner en expérience, de prendre du muscle. L’objectif, c’est de jouer au plus haut niveau.

Comment tu appréhendes ta découverte de la Nationale 1 ?

Je n’ai pas d’appréhension particulière, parce que je suis un compétiteur. Dès que je rentre sur un terrain, je suis une autre personne. Je ferai tout pour aider l’équipe, même si j’ai une minute ou 50, je me donnerai toujours à fond.


Julien Benesteau
Crédit photo : Kevin Devigne – Gazette Sports et DR