VOLLEY-BALL : Le mercato bouclé, l’AMVB bien armé

volley ball elite playdown amvb arles gazettesports kevin devigne 077 1024x683 1
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

L’AMVB qui avait terminé à la seconde place des playdowns du championnat élite lors de la saison 2021-2022, voit son effectif revisité et s’est même octroyé le recrutement de nouveaux joueurs internationaux. Faisons un point sur le mercato réalisé par le club de l’Amiens Métropole Volley-Ball.

Commençons avec les départs du côté des aigles, avec le départ prématuré en pleine saison du second passeur André Mata (Portugais) qui avait abandonné ses coéquipiers pour retourner vivre dans son pays, à la fin du mois de février dernier, laissant encore une légère amertume dans la voix du coach Ali Nouaour. Sur le même poste de passeur, on notera aussi le départ du serbe Mario Medan, qui même s’il a su prouver à Amiens qu’il avait de très bonnes capacités, ne correspondait pas forcément à ce que recherchait le coach Ali Nouaour « en terme de vision de jeu notamment ».

Au poste de pointu, on notera le départ du pointu brésilien Reynaldo Rogers que le club aura décidé de ne pas garder pour une deuxième saison malgré ses bonnes performances durant les playdowns. On notera aussi le départ du jeune Symon Bardoul, initialement recruté sur un poste de pointu, mais qui aura aussi évolué en récep-attaq. On se souvient notamment du match à l’extérieur contre Harnes où Symon était rentré en poste 4 et avait permis à son équipe de s’imposer 3-1. Pour Ali Nouaour, c’est une déception de perdre Symon : « Ça reste mon plus grand regret, c’est un joueur avec un énorme potentiel mais c’est un joueur qui s’est un peu cherché durant cette saison, et la preuve est qu’il a décidé de faire un break niveau volley-ball pour la saison prochaine. J’aurai aimé le voir une deuxième saison avec nous, et surtout le voir à son plein potentiel, il a fait de très bons matchs avec nous, notamment à la pointe et en poste 4, c’est un joueur qui pourrait même jouer au-dessus du niveau élite. Mais il n’a pas été gâté et a subi des blessures récurrentes donc je pense qu’il jouait avec beaucoup d’appréhension ».

Quant au poste de réceptionneur-attaquant, on note le départ emblématique du numéro 7 Ulysse Carrat, pourtant titulaire depuis son arrivée à Amiens en 2017, que l’entraîneur picard tient à remercier tout particulièrement, et à qui il souhaite « le meilleur pour la suite ». Au centre, on notera le départ du titulaire indiscutable Isbel Mesa Sandoval. Les dirigeants amiénois auraient aimé garder cette saison le Cubain, que, mais ils ont décidé de ne pas répondre favorablement aux demandes du joueur qui semblait gourmand quant au salaire demandé.

6 départs, 6 arrivées, le compte est bon

L’AMVB nous habitue depuis plusieurs années maintenant, à de solides recrues. Et sur le papier ce sera encore le cas pour cette saison 2022-2023. Rentrons directement dans le vif du sujet avec l’annonce de deux joueurs de trempe internationale : Karim Lamri (passeur) et Kamal Ouali (central), tout deux joueurs de l’équipe nationale du Maroc. Karim est le second passeur de son équipe et sur les réseaux notamment, Kamal à la réputation d’être le « meilleur central Marocain ». Le coach amiénois Ali Nouaour qui semble très satisfait de ce recrutement, se livre :

volleyball amvb vs beauvais (reynald valleron) (44)

« Avec ces deux joueurs je pense que la communication sera plus facile que cette saison avec Mario et Mesa, puisque nous avions quelques difficultés pour communiquer. N’étant pas à l’aise avec l’anglais, je me reposais beaucoup sur mes joueurs comme Victor, Mehdi ou Ulysse pour transmettre les consignes. Ici avec Karim et Kamal nous pourrons parler français ou arabe si besoin, ce sera un vrai plus pour communiquer notamment en match pendant les temps mort. Le jeune passeur Karim a déjà joué hors de son pays natal et je pense que c’est une chose importante, car à l’image de nos précédents passeurs, ce n’est pas toujours simple de réaliser une première saison loin de son pays. Karim a déjà une solide expérience en République tchèque, et ses prestations en équipe nationale devraient aussi lui permettre de venir jouer sereinement en France à Amiens. Je suis tout aussi ravi de la venue de Kamal au poste de central, on a fait en sorte de recruter ces deux joueurs car ils se connaissent, et vont d’ailleurs participer aux Jeux Islamiques, dans quelques semaines. Ils seront rodés pour la reprise avec l’AMVB et nous aurons déjà gagné un temps précieux sur cette importante relation passeur-central. »

Aux postes de réceptionneurs-attaquants, l’AMVB a misé sur la fougue. Arrivé l’année passée à Amiens, le jeune Mohamed Souadi, ayant représenté l’équipe nationale de Beach-volley Algérienne durant plusieurs années, évoluait avec l’équipe réserve en Nationale 3. Bien au dessus de ce niveau de jeu il a su faire la différence et a montré aux dirigeants amiénois qu’il avait sa place en équipe première. C’est donc un recrutement « en interne » pour Amiens, qui fait confiance à ce joueur plein de talent et d’envie. À ses côtés, on notera l’arrivée du brésilien Junio César Maciel, qui évoluait dans la région, en nationale 2 au club de Villers-Cotterets. Venu faire un essai après la clôture du championnat élite, le joueur au gabarit intéressant (2m02 / 90kgs) avait fait bonne impression auprès de l’entraîneur des aigles. Au poste de second passeur, on retrouvera son coéquipier de l’année Arnaud Pupan qui évoluait aussi à Villers-Cotterets la saison passée, ce dernier a déjà connu la division élite puisqu’il évoluait à Avignon lors de la montée du club en Ligue B. Un jeune joueur prometteur qui avait donc été recruté par la N2 du club de l’Aisne et qui précise avoir envie de « retrouver cette division élite, plus professionnelle ».

Avant de parler des joueurs ayant prolongé leur contrat avec l’élite amiénoise, il nous reste une recrue à annoncer, et pas des moindres. Un nouveau pointu rejoint les rangs du coach Ali Nouaour et de son adjoint Bruno Julé. Alex Willian Schemberger, 1m98 pour 94 kilos, arrive tout droit du Brésil pour renforcer l’effectif amiénois. « Je pense qu’il va faire énormément de bien à notre équipe élite, on va se retrouver avec deux joueurs très intéressants sur ce poste (en doublette avec le capitaine Mehdi Hachemi). C’est un joueur que l’on avait repéré durant la saison, et nous avons renoué le contact pour finalement le faire signer chez nous. Il n’a pas peur de connaître un nouveau championnat et j’ai hâte de le voir à l’œuvre » explique Ali Nouaour.

Concernant les prolongations, Ali Nouaour et Bruno Julé pourront de nouveau compter sur le jeune libéro Tristan Sapet, titulaire en équipe élite depuis 3 saisons maintenant, et auteur régulier de sauvetages de ballons in extremis. Au centre, le brésilien Victor Gomes enchainera sa 3ème saison sur les couleurs amiénoises et sera de retour fin août pour rejoindre ses coéquipiers pour la préparation. Les joueurs français Stridji Tel (central) et Damien Barry (récep-attaq) seront eux aussi toujours de la partie. Le réceptionneur-attaquant Didier Sali Hilé, actuellement, et comme chaque été, en sélection avec l’équipe nationale du Cameroun, portera de nouveau le maillot des aigles pour une 6ème saison consécutive. Il sera ainsi le joueur le plus ancien de cette équipe. Nous terminerons l’annonce des prolongations avec le capitaine Mehdi Hachemi (pointu) sur qui Ali Nouaour pourra toujours compter notamment grâce à sa grande expérience, que ce soit sur le terrain, ou sur le banc, l’épaulant ainsi dans le coaching et le management de l’équipe, à l’image de toute la deuxième partie de saison passée.

Sur le papier donc un très bon recrutement semble avoir été réalisé pour les dirigeants du club amiénois. Espérons que la magie du collectif opère et que nous retrouverons l’AMVB en tête du classement élite pour cette saison 2022-2023. Une chose est sûre, c’est que l’ambiance s’annonce grandiose au Coliseum cette saison. Vous pouvez d’ailleurs réserver votre soirée du samedi 24 septembre si vous souhaitez voir à l’œuvre tous ces nouveaux joueurs !

Florentin Gerbet

Crédits photos : Kevin Devigne / Reynald Valleyron