FOOTBALL – Antoine Buron : « On paie cash les petites erreurs qu’on fait »

football amiens sc b le touquet national 3 kevin devigne gazettesports 01
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Dans un duel pour le maintien relativement fermé, c’est Chantilly qui s’en est sorti en prenant le meilleur sur l’Amiens SC (b) grâce à un pénalty.

Les vingt premières minutes de la rencontre donnaient le ton. Avec seulement deux frappes pas vraiment dangereuses, un véritable round d’observation et un centre de Fofana coupé devant le but par un Cantilien comme meilleure opportunité amiénoise (10′). Finalement, venait conclure cette période le coup de grâce, une touche près du poteau de corner pour Chantilly, un centre de Benatmane vers Boubacar Touré qui s’infiltrait dans la surface et subissait un croc-en-jambe. C’était donc un pénalty logique que transformait Traoré (0-1, 19′).

Un but qui faisait remonter le bloc amiénois et incitait les hommes d’Antoine Buron à ne plus laisser la possession aux visiteurs. Mais les quelques situations provoquées par ce changement d’attitude manquaient de tranchant au moment de conclure. Qu’il s’agisse d’un coup-franc à ras de terre au premier poteau d’Ikia Dimi (26′), Fofana qui jaillit pour mettre une frappe à côté (31′) ou ce même Fofana, servi en retrait par Ikia Dimi à la conclusion d’un beau mouvement collectif mais qui tirait directement sur Bouchard, le portier isarien (38′).

À la pause, les Amiénois étaient donc derrière. Et si les Cantiliens avaient marqué « quasiment sur leur seule frappe », Antoine Buron regrettait que ses hommes n’aient « pas vraiment été cohérents » dans ce qu’ils avaient fait.

Des occasions mais pas la réussite

Au retour des vestiaires, c’est Chantilly qui frappait en premier, avec Gneba lancé mais qui s’excentrait et trouvait finalement le petit filet (49′). Mais c’est bien Amiens qui prenait le dessus. Et se procurait même une grosse occasion quand Mandefu, après deux contres favorables, était en mesure de lancer Ikia Dimi côté opposé. Le jeune attaquant amiénois se présentait face à Bouchard mais choisissait le premier poteau que ce dernier fermait bien pour repousser la tentative en corner (51′). Puis bien lancé par Diabaté, Boulet tentait de lober le gardien mais se trompait de surface et voyait son tir passer au-dessus (55′). Le momentum était passé.

La partie sombrait alors dans l’agacement et les fautes au milieu desquels passaient quelques éclairs qui auraient pu faire mouche. À l’image d’une frappe contrée de Beuvain (71′), d’un bon coup-franc de Fofana boxé par Bouchard (72′) ou d’un ballon dont héritait Mandefu sur la droite de la surface, avant de finalement buter sur le dernier rempart isarien (80′). Boulet avait même une dernière énorme occasion mais sa frappe, déviée, frôlait la lucarne (90’+2). Malgré une deuxième période où Antoine Buron avait vu les siens « plus appliqués, beaucoup plus incisifs », l’Amiens SC (b) concédait une nouvelle défaite, 0-1.

Deux matchs pour se sauver

Si la partie était loin d’être parfaite, le coach amiénois estimait que son équipe « aurait au moins mérité de revenir au score. » Il est vrai que si elle a peiné à se montrer dangereuse, Chantilly l’a été encore moins. Mais entre d’un côté du terrain une « efficacité [qui] nous fuit depuis quelques matchs » et de l’autre « un manque de concentration » qui a provoqué « une erreur d’inattention », les locaux ont été punis. Une physionomie qui se répète depuis plusieurs semaines, expliquait Antoine Buron : « On ne perd pas nos matchs en étant archi-dominés, en concédant 50 occasions mais on paie cash les petites erreurs qu’on fait. »

Et si le scénario se répète, les résultats aussi. Si bien que, alors que les choses semblaient bien ficelées après un nul contre Saint-Omer, les Amiénois viennent de perdre 7 de leurs 9 derniers matchs et ne sont toujours pas sauvés. Ainsi, si l’inquiétude n’est pas forcément très importante, avec trois équipes intercalées entre l’ASC (b) et la zone rouge, « on ne peut pas dire qu’on est très serein, non plus, il faut prendre conscience des choses. Mais j’en ai conscience depuis bien longtemps. Je suis dans une juste mesure depuis le début, je dis qu’on joue très jeune et que dans ce championnat, il n’y a rien de joué. »

Avec un déplacement à Marcq et la réception de Maubeuge, deux équipes bien classées mais qui n’ont plus rien à jouer, « il nous reste deux matchs pour nous sauver » lance comme mission le technicien samarien.


Amiens SC (b) – US Chantilly : 0-1 (0-1)
But : Traoré (19′ s.p.)

Amiens SC (b) : Crombez – Degrumelle, Diagne Diabaté, Dupays – Mourabit, Beuvain, I. Fofana – Mandefu, Boulet, Ikia Dimi

Entrants : Touho, Wessner

Morgan Chaumier
Crédit photo : Kevin Devigne – Gazette Sports