PARATENNIS – Deux Amiénois veulent saisir leur chance au 1er Open de l’Amiens AC

img 20220420 141736 resized 20220420 073231478
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Jusqu’à dimanche, une vingtaine de joueurs de paratennis parmi les 100 meilleurs Français inaugurent l’Open Cellenza, sur la terre battue de l’AAC. Au milieu des favoris nordistes et franciliens, David Sueur et Timothée Da Costa Santos vont tenter de tirer leur épingle du jeu.

L’un, David Sueur, vient tout juste de fêter ses 50 ans. L’autre, Timothée Da Costa Santos, a 22 ans. Les deux joueurs en fauteuil samariens font partie de la vingtaine de participants de la première édition de l’Open Cellenza Paratennis organisée par leur club, l’AAC, à Amiens, sur ses courts en terre battue indoor. Mais le plus âgé n’est paradoxalement pas le plus expérimenté… « J’ai toujours été un compétiteur, j’ai fait du basket handisport et du tennis de table, explique David Sueur. Mais je joue au tennis depuis cinq ans seulement » poursuit celui pour qui taper dans la petite balle jaune a tout de même été la première activité sportive, « en valide, avant [mon] handicap. »

« J’ai un problème neurologique, une compression médullaire. Un nerf comprimé qui a provoqué une paralysie des membres inférieurs, suite à une scoliose, quand j’avais 14 ans. Elle s’est aggravée, en pleine croissance. » Sa mobilité au quotidien est devenue de plus en plus problématique mais David Sueur a toujours tenu à faire du sport. Cela fait un beau point commun avec celui qui est depuis peu son partenaire d’entraînement, Timothée Da Costa Santos. Car pour le reste, les différences sont nombreuses.

oznormb
Timothée Da Costa Santos (Amiens AC) reprend seulement la compétition.

Une rencontre va changer la vie de Timothée Da Costa Santos…

« J’ai commencé le tennis, en valide, dès mes 4 ans, raconte Timothée. Mais à l’âge de 8 ans, j’ai développé une ostéochondrite. » Cette maladie va le priver de l’usage normal de ses jambes. Sa chance, aussitôt, il la doit à une rencontre qui va changer sa vie, lors d’une journée de découverte handisport : avec Emmanuel Mas, le juge-arbitre de ce 1er Open paratennis d’Amiens, organisateur à l’époque de l’Open de la baie de Somme de tennis fauteuil, au TC Rue – Le Crotoy. « Il m’a proposé d’aller m’entraîner là-bas, ce que j’ai fait avec Marine Mas de 8 à 12 ans. » Timothée Da Costa Santos côtoie alors sur la Côte picarde Stéphane Houdet ou encore le jeune Belge Jef Vandorpe, deux des actuels meilleurs mondiaux. Il n’a que 11 ans lorsqu’il remporte la première édition du tournoi juniors de l’Open de son club !

Bonne nouvelle : l’année suivante, il guérit de son ostéochondrite. Timothée essaye alors de reprendre le tennis valide mais « ça n’avait plus la même saveur », reconnaît celui qui a pris l’habitude de jouer en fauteuil. Si bien qu’aujourd’hui, il marche sur ses deux jambes mais joue au tennis en fauteuil. Longtemps licencié au TC Fouilloy, étudiant en STAPS à Amiens, il est arrivé récemment à l’AAC. Où il est devenu le partenaire d’entraînement attitré de David Sueur, toujours sous l’oeil, l’un comme l’autre, de Marine Mas.

C’est un atout indéniable de jouer à la maison

David Sueur

Quelles sont leurs chances de bien figurer dans ce 1er Open sur leur terre battue ? Sur le papier, elles sont minces. En attendant le tirage au sort ce jeudi soir, quand on épluche la liste des engagés, on note dans le tableau qui réunit les mieux classés, la présence de deux membres du Top 10 français – l’Yvelinois Anthony Boclé et le Nordiste Nicolas Vanlerberghe – et de quatre autres éléments du Top 20.

En 2019, Nicolas Vanlerberghe (TC Ronchin) avait pris part à la dernière
édition de l’Open international des Hauts-de-France organisée à l’AAC.

David Sueur est a priori le moins bien classé du tableau 2 et Timothée Da Costa Santos occupe la même position du troisième et dernier tableau. Reste que pour David Sueur, « clairement, c’est un atout indéniable de jouer à la maison. On a nos marques sur les courts, on les connaît par coeur. Sinon, physiquement, ça va à peu près. Même si ma pathologie m’épuise beaucoup, car je vis à 100% et à 100 à l’heure. Alors ça, plus l’âge et le stress qui l’emporte souvent… Je veux justement avoir un mental d’acier pour performer et profiter davantage. J’ai d’ailleurs pris une semaine de congés pour être en forme pour le tournoi » confie David.

img 20220420 225657 resized 20220421 095633168
David Sueur (Amiens AC) tente d’évacuer son stress pour profiter davantage.

« Je suis en forme, mais je ne pensais pas participer à la base. Je suis là parce qu’il y a eu des désistements, lâche pour sa part le cadet des deux. J’avais ma chance pour devenir champion de tennis fauteuil, c’est mon rêve d’enfant. Mais comme ça fait dix ans que je n’ai pas pratiqué en compétition, je me suis dit : remets-toi à fond dans le handisport pour accomplir ta chance… » Timothée Da Costa Santos et David Sueur vont en plus peut-être pouvoir s’aider mutuellement à atteindre leurs objectifs puisqu’ils pourraient disputer le tournoi de double ensemble. Et former une paire 100% amiénoise.

Pour davantage d’infos sur l’Open Cellenza de Paratennis, le site de l’AAC ainsi que la newsletter du tournoi.

Vincent Delorme
Crédit photos : Léandre Leber (archives) Gazette Sports et Vincent Delorme