AMIENS SC – Philippe Hinschberger : « Un peu bizarre de s’arrêter aussi longtemps »

football ligue 2 amiens sc asc dijon gazettesports kevin devigne 78
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Après deux semaines de pause, le championnat reprend pour l’Amiens SC, qui se déplace ce samedi à Valenciennes.

On avait laissé les Amiénois sur un cruel match nul concédé contre Dijon quatre jours après une déculottée à Toulouse. Et visiblement, cela a permis de digérer. Au moins pour Philippe Hinschberger dans l’esprit de qui ce match contre Dijon « s’est vraiment gagné ». Si cela ne s’est pas matérialisé sur le plan comptable, il veut ainsi retenir le « très bon match qu’on a fait » et oublier la bévue de Régis Gurtner dans le temps additionnel : « C’est fini, ce sont des choses qui arrivent. »

Le coach amiénois révèle par ailleurs que, durant cette période sans compétition, dont il juge la longueur « un peu bizarre à deux mois de la fin du championnat », il y a d’abord eu « pas mal de congés » car « en fin de saison, l’intérêt de s’entraîner quand tu n’a pas de match au bout est minime. » Ensuite, il y a notamment eu un retour vidéo sur la rencontre de Dijon. Qui se voulait justement positif : « On a bien verticalisé notre jeu, surtout notre petite passe dans le sens du terrain. On a fait une petite vidéo dessus, on est prompts à montrer aux joueurs ce qu’ils font mal, il faut aussi leur montrer ce qu’ils font de bien. »

Gagner en déplacement

Maintenant, il va falloir enfin aller chercher cette victoire à l’extérieur qui fuit encore les Amiénois, chose toujours sans réelle explication pour Philippe Hinschberger : « C’est simplement un critère d’efficacité, des explications, je n’en ai pas. » S’il ne saurait donner les raisons précises de cette différence qui se fait en déplacement, il avance plusieurs solutions pour enfin performer loin de la Licorne. D’abord « qu’on garde notre ligne de conduite », car le constat du coach est que la physionomie des matchs en question fait qu’ils auraient pu être remportés.

Mais tout ne peut être réalisé à l’identique pour gagner enfin. Or, pointe le technicien picard, « à Rodez, à Pau, on peut avoir beaucoup de regrets. Sur des périodes importantes de ces matchs, on a été présents. Mais on s’est un peu sabordé, on peut s’en prendre à nous-mêmes. » Il faudrait donc retenir la leçon. Ce dont il semble quelque peu douter : « on a cette qualité de remettre en selle des adversaires qu’on peut largement défier. C’est dommage, ça amoindrit notre performance, on est coutumiers de ces faits de jeu. » Imputant notamment cette tendance à « des garçons qui jouent un peu avec le feu », profil qu’il assume tout de même aligner.

Assurer le maintien au plus vite

football ligue 2 amiens sc vs nancy 056 leandre leber gazettesports
Philippe Hinschberger l’assure, la boulette de Régis Gurtner fait partie du passé et le dernier rempart amiénois est prêt à briller de nouveau.

L’autre enjeu de la rencontre reste de finaliser le maintien. « On en est très proche, admet Philippe Hinschberger, il ne nous manque que quelques points mais ce sont les plus durs parce que tu te dis que tu vas les prendre facilement. » Il va donc falloir « toujours rester attentif à la décompression, il s’agit de ne pas gâcher ce qu’on a fait sur les 5 derniers mois. Maintenant, il faut terminer le boulot. »

Pour y parvenir au plus vite, la prochaine étape s’appelle donc Valenciennes, au stade du Hainaut. Un concurrent direct, à un point et en plutôt bonne forme. En effet, comme le souligne l’entraîneur samarien, « ils sont invaincus depuis qu’ils ont changé de système », c’est-à-dire lors des 6 derniers matchs. Avec toutefois, dans le lot, 4 nuls. Il imagine alors ainsi une rencontre avec « de l’impact. C’est une équipe qui met beaucoup d’engagement, qui est très généreuse, qui n’a pas besoin de 15 passes pour mettre l’adversaire en difficulté. » Et qui peut compter sur ce qu’il appelle un « joueur plus », Gaëtan Robail.

Un absent de poids

De son côté, Philippe Hinschberger ne pourra compter sur son joueur plus. Aliou Badji. Le buteur sénégalais, gêné aux adducteurs, ne s’est pas entraîné depuis Dijon. Il est forfait. Tout comme Sangaré. Pour le reste, le questionnement est surtout offensif puisque l’interrogation est de commencer « avec deux attaquants ou non », un choix que n’a pas encore fait l’homme fort de l’ASC. Car « tu manques de poids quand tu ne joues qu’avec un des deux grands, c’est moins bien. »

En revanche, Tolu Arokodare sera aligné, lui dont son coach « espère qu’il sera dans un bon jour. » L’équipe ne devrait, dans les grandes lignes et à l’exception du secteur offensif toujours en questionnement, pas beaucoup changer, Philippe Hinschberger indiquant que « le critère de sélection, c’est qu’on reste sur un très bon match. » Cette précision valant notamment pour un milieu qui voit le retour de Gnahoré, alors que Zungu, absent contre Dijon, est bel et bien disponible.

L’Amiens SC voudra donc profiter d’un déplacement sur la pelouse d’une équipe qu’elle devance pour se rapprocher de son objectif maintien et relancer la machine pour finir en trombe car, Philippe Hinschberger y croit, cela ne peut qu’être bénéfique pour la saison à suivre : « Quand on finit mal la saison et qu’on commence mal la suivante, tu te dis qu’il y avait des signes, je ne vois pas pourquoi l’inverse ne serait pas vrai. »


Ligue 2, 31ème journée

Samedi 2 avril, 19h, Stade du Hainaut : Valenciennes FC (15ème, 36 pts)Amiens SC (13ème, 37 pts)


Morgan Chaumier
Crédit photos : Kevin Devigne / Léandre Leber – Gazette Sports