FOOTBALL : Un point, c’est tout

football aca ac amiens valenciennes b reserve gazettesports kevin devigne 16
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

L’AC Amiens et Feignies Aulnoye se sont livré une partie qui pouvait difficilement déboucher sur mieux qu’un match nul. Qui a effectivement eu lieu, 0-0.

La partie aura été relativement paradoxale. Alors que les deux équipes auront essayé de produire du jeu et que chacune aura eu des temps forts, les occasions franches auront, elles, été très peu nombreuses. Ainsi, durant les 20 premières minutes, on ne trouve pas trace d’une frappe inquiétant les gardiens. Tout juste, sur un centre de Mbengue, Ngoma jaillit-il au second poteau pour mettre le ballon fort devant le but, sans qu’il ne soit coupé (10′).

Et malgré un temps fort amiénois au milieu de la mi-temps, avec de nombreux ballons circulant autour de la surface, notamment grâce à un Rahali très remuant, les Finésiens ont quelques situations. Il ne s’agit toutefois que d’une tête à côté de Ouattara sur coup-franc (23′) ou d’un centre fort devant le but que Sambou ne parvient pas à toucher (24′). De son côté, Seck oblige Fernand à une première intervention de gardien (30′). Mais c’est à l’image de la physionomie du match puisque, servi sur la gauche de la surface par Mbengue, il doit contourner la défense pour se réaxer et trouver un angle de frappe qui ne lui permet pas mieux que de trouver les gants du portier visiteur.

Finalement, la seule occasion marquante de cette mi-temps vient sur la fin du temps fort des Picards, pour leur adversaire, en deux temps. Sur un coup-franc très bien placé, la tentative d’Obino part bien mais est finalement déviée en corner par une tête dans le mur. Et sur le coup de pied de coin, Lemoine catapulte le cuir, du crâne, sur la transversale. Obino a suivi, mais son tir, de près, est sauvé sur la ligne par Sagouti (36′).

L’orage est passé, et la partie reprend son cours. Tout juste, malgré quelques minutes un peu plus compliquées, voit-on Rahali éliminer plusieurs vis-à-vis à l’entrée de la surface puis s’écrouler, sans que l’arbitre ne bronche (39′). Une dernière opportunité gâchée résume bien ce premier acte quand Ngoma sert Rahali sur la droite et que ce dernier semble pouvoir se mettre en position dangereuse… avant que les deux Amiénois ne se gênent et avortent une situation intéressante, symbole de l’incapacité à terminer les actions. C’est donc logiquement que le score à la pause est nul et vierge, 0-0.

L’attaque manque le coche, la défense tient le coup

Dès le retour des vestiaires, il y a de quoi nourrir des espoirs de voir les choses changer. Sur un joli renversement de jeu, Mbengue trouve Ngoma qui peut avancer, fixer et servir Rahali sur la droite, dans l’espace. Ce dernier rentre vers le but, frappe et trouve le montant opposé. Seck est là pour reprendre, le but ouvert devant lui, mais parvient à trouver les gants de Fernand, pourtant complètement de l’autre côté de ses cages (47′) ! Et une fois cette énorme occasion passée, on retrouve les mêmes défauts qu’en première période.

Mais cette fois, c’est Feignies qui dispose d’un gros temps fort en milieu de mi-temps. Sur un bon centre de De Parmentier, Lemoine voit sa tête passer juste au-dessus (61′) mais il faudra attendre tard dans le match pour que Ba ait une première réelle intervention à réaliser, sur un tir premier poteau depuis la gauche de Bensaber (70′).

Mais la défense amiénoise reste sérieuse et, alors qu’on aurait pu craindre un scenario similaire à la Coupe de France, les Finésiens se fatiguent dans de vaines offensives et ce sont les locaux qui finissent mieux. Mais à l’image d’un ballon fort de Sagouti entre le poteau et Binet, sur une déviation dans la surface de Seck (77′), cela ne va pas jusqu’à la frappe au but. Les hommes d’Azouz Hamdane ont même deux coups de chaud malgré cette forme ascendante en fin de match. D’abord sur une grosse semelle de Diouf, déjà averti, et qui évite le rouge (77′). Enfin sur une dernière tête de Bensaber à l’entrée des 5,50, qui échoue finalement dans les gants de Ba (90’+2). C’est donc sur ce 0-0 que se termine la partie.

football aca ac amiens valenciennes b reserve gazettesports kevin devigne 34
Si Azouz Hamdane regrette un manque de réussite sur l’occasion du début de seconde période, il retient plutôt du positif de ce nul logique

Un loupé frustrant, un état d’esprit satisfaisant et un nul logique

Un résultat qu’Azouz Hamdane qualifie de « plutôt logique », même si, précise-t-il, celui-ci aurait pu comporter des buts car « eux comme nous avons les situations pour marquer », évoquant très certainement les deux doubles occasions ponctuées d’un poteau. Celle de son équipe lui restant en travers de la gorge, déplorant ainsi de n’avoir « pas de réussite. » « Je pense qu’il va falloir avec cet aspect-là qu’on ne s’explique pas, poursuit-il. On dit souvent qu’il faut provoquer la chance mais il faut que ceux qui savent le faire me disent comment ils font. On doit toujours être parfaits et même quand on est parfaits on ne concrétise pas, malheureusement. Je me demande encore comment on fait pour… C’est plus difficile de la mettre dans les mains du gardien que dans le but. »

Pour autant, il y a aussi de quoi se satisfaire dans ce match. Tout particulièrement sur l’aspect défensif. Ainsi, le coach amiénois « retien[t] surtout la discipline tactique, la rigueur tactique dont on a fait preuve. » Surtout, souligne-t-il, « face à une équipe qui a un potentiel offensif phénoménal. » Ainsi, si l’AC Amiens était privé de ses deux principaux atouts offensifs, Pierre Slidja et Mickaël Despois, les Samariens ont compensé par d’autres valeurs : « On a tous défendu, tout le monde courrait, tout le monde était très impliqué. Et forcément, quand tout le monde est impliqué défensivement et qu’on ne fait pas n’importe quoi, quand on est organisés et structurés comme on l’était, c’est plus difficile pour l’adversaire de nous mettre en difficulté. » Si bien que le technicien picard l’affirme : « Même dans nos temps faibles, je ne nous ai pas réellement sentis en danger, ça veut dire qu’on avait une équipe bien en place et qui travaillait ensemble et ça, c’est plutôt de bon augure. » Des moments plus durs du match que ses hommes ont « plutôt bien géré ». Ainsi, « on n’a pas paniqué, explique Azouz Hamdane. On a bien ressorti quelques bons ballons dans ces moments-là, ce qui a aussi semé le doute de l’adversaire. »

L’AC Amiens n’avance toutefois plus très vite ces dernières semaines. Le coach de l’ACA souligne tout de même qu’« on a eu une période contre des équipes qui ne jouent pas forcément notre championnat. » Un championnat du haut de tableau dont ses hommes sont désormais à distance, en effet, 8èmes à 13 points du leader. Reste donc désormais un enjeu, « se sauver au plus vite ». Pour cela, les Amiénois peuvent compter sur un très léger matelas de 4 points et devront faire le travail dans deux semaines, contre Le Touquet.


AC Amiens – Feignies Aulnoye : 0-0 (0-0)

AC Amiens : Ba – N’Goma, Martinez, Tougouman, Binet, Mbengue – Rosso, Sagouti, Diouf – Rahali, Seck

Entrants : Kwinta, Teurki


Morgan Chaumier

Crédit photo : Kevin Devigne (archives) – Gazette Sports