MUAY-THAÏ : Valentine Roger de retour à la compétition

valentine roger
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Valentine Roger, la pugiliste du Muay Thaï Amiens, remonte sur le ring ce samedi, pour la 4ème édition du Gala International « Fight and Furious » à Woippy (Moselle).

Après un repos forcé de deux ans, l’Amiénoise Valentine Roger s’exprime sur la suspension des combats à cause de la crise sanitaire et nous donne ses impressions avant le combat de ce week-end, ainsi que les objectifs qu’elle s’est fixés pour les mois et même les années à venir. Elle affronte ce samedi dans la catégorie des – 50 kg une autre Tricolore, sociétaire du Siam Boxing Terville, qui évoluera donc devant son public, à Woippy : Inès Pilutti.

Après deux ans sans boxer, quel est votre ressenti sur l’arrêt brutal des sports de combat ?

Cela été très difficile de ne pas pouvoir boxer. Quand on sait qu’un sportif qui ne s’entraîne pas pendant six mois vient à perdre forcément un peu en niveau. Heureusement que j’ai pu compter sur mon entraîneur qui m’a accompagnée durant cette période d’arrêt, ce qui a permis de maintenir au mieux mon niveau. J’ai pu malgré tout, durant ces deux années, retrouver l’équipe de France et effectuer par ailleurs quelques stages d’entraînement.

Tant que la ceinture nationale n’est pas acquise, je continuerai à combattre.

Valentine Roger – boxeuse du Muay Thaï Amiens

Ses objectifs pour les mois qui viennent

Après avoir obtenu le titre de championne de France en classe B, c’est à présent en classe A que Valentine Roger paraît déterminée à poursuivre son objectif pour décrocher la ceinture qu’elle convoite tant. « Je pense que tant que la ceinture nationale n’est pas acquise, je continuerai à combattre et je ne m’arrêterai pas en si bon chemin. Donc je peux effectivement confirmer que c’est un point culminant dans ma carrière. Je vais à présent re-séjourner en Thaïlande quelque temps afin de continuer à m’entraîner pour pouvoir être au meilleur de ma forme lors des futurs événements à venir.

Vous deviez en 2020 combattre pour une ceinture nationale. Pensez-vous que cet objectif est à votre portée cette année ?

Je me suis inscrite pour cette année, mais j’ignore encore si je boxerai cette année pour prétendre aller chercher cette ceinture. Si ce n’est pas cette année, ce sera pour l’année prochaine ou pour les années suivantes. »

D’abord focalisée sur sa rentrée ce week-end, la combattante amiénoise voudra ensuite vite se tourner vers un combat qui pourrait lui permettre de décrocher la ceinture nationale, en classe A.

Mathieu Tourbier
Crédit Photo : DR