BASKET-BALL – Cheddly Abdallah Omar : « Je vise toujours plus haut comme on me l’a enseigné »

basketball amiens ascbb dourges gazettesports kevin devigne 24
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Arrivé en Septembre à l’ASCBB, Cheddly Abdallah Omar est revenu sur son parcours et son arrivé dans le club amiénois.

Etudiant en Master de droit à Amiens, Cheddly Abdallah Omar est un basketteur de 23 ans née à Pamandzi, à Mayotte. Le basket étant un sport populaire et développé à Mayotte il s’intéresse vite à la balle orange. « Le basket c’est une passion et je ne me vois pas faire autre chose. Mon papa m’a raconté une anecdote, la veille de ma naissance ma mère est partie jouer au basket. Et du coup mon père dit que ça vient de là si je joue au basket maintenant. » Cheddly grandit dans les années 2000 et comme la majorité des jeunes basketteurs Français de l’époque son idole est le joueur des San Antonio Spurs : « J’ai commencé le basket en regardant Tony Parker, ça a vraiment été mon modèle, d’ailleurs je porte toujours le numéro 9 quand je le peux. Son parcours ne peut être qu’inspirant. »

Arrivé en septembre à l’ASCBB, le jeune basketteur s’est tout de suite senti intégré dans le club, « Les joueurs sont vraiment hyper cools. J’ai vraiment été bien intégré« , et ce malgré la mauvaise période que vivait l’équipe,  » Je suis arrivé dans une période un peu compliqué, l’équipe était en train d’enchainer les défaites, mais ils étaient toujours déterminés et ils sont toujours déterminés et c’est ce qui me motive aussi. Ça me donne envie de faire partie de cette équipe-là. Ce sont des gars qui ont envie d’évoluer. » Evoluant comme joueur de rotation sur le poste de meneur, la récente blessure du titulaire, Baptiste Noé, pourrait peut-être lui permettre d’obtenir un peu plus de temps de jeu. « Le coach demande beaucoup de vitesse et j’essaie d’apporter cette vitesse. Il y a Baptiste qui fait déjà parfaitement le travail et moi je suis juste là pour le seconder quand il y a besoin« . Une opportunité que le meneur voudra sans doute saisir : « Je n’ai pas spécialement d’objectifs mais je vise toujours plus haut comme on me l’a enseigné. »

Deparis Maxime

Crédit photo : Kevin Devigne Gazettesports.fr