EDITO : Coureur et footballeur à la recherche d’un contrat : même combat

19441627073 852ffcf704 h
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

C’est une évidence. Les moeurs qui existent dans le football ont tendance à se répéter dans le cyclisme. Un exemple précis : les renouvellements de contrats.

En cyclisme, des dates sont bien déterminées et par exemple une équipe ne peut faire signer un coureur venant d’une autre formation avant une certaine date. C’est le même cas en football mais on le sait, si la signature a lieu à telle date, les discussions entre les deux parties remontent bien avant. Autre exemple : celui des joueurs ou cyclistes qui parviennent en fin de contrat et ne l’ont pas renouvelé. Mais il arrive que les cas que nous présentons ne représentent pas n’importe qui mais d’authentiques champions. À savoir par exemple le sprinter anglais Mark Cavendish.

Ainsi, Cavendish dont personne n’a oublié le remarquable Tour de France qu’il a disputé cet été. Avec notamment quatre victoires d’étape ce qui lui a permis de rejoindre au palmarès l’immense Eddy Merckx (34 victoires au total). Cavendish a pu courir le Tour de France car sans équipe, il avait été l’objet d’un contrat à courte durée de l’équipe belge Deceuninck, celle du champion du monde Julian Alaphilippe. Et du coup, Cavendish qui s’apprêtait à prendre sa retraite à 36 ans, s’est mis dans la tête qu’il pourrait poursuivre sa carrière et surtout y avoir un rôle intéressant. Le problème est que ces dernières semaines, le Britannique s’est montré gourmand et il a élevé ses prétentions financières. Lui qui était venu pour une bouchée de pain l’an dernier est aujourd’hui plus vorace pour resigner chez Deceuninck.

Et dans le football, c’est la même chose

Prenons le cas par exemple de Kader Bamba qui est prêté à Amiens par Nantes. Imaginons et on le lui souhaite que Bamba réussisse une belle saison. Il reviendra alors plus fort que jamais à Nantes et sa valeur marchande aura augmenté.
Il y a également le cas du capitaine de Montpellier le Brésilien Hilton, âgé de 41 ans également, mais à qui le club de l’Hérault a signifié purement et simplement qu’il devait arrêter. Hilton lui aussi un vrai modèle de sérieux, veut continuer et normalement sa carrière va se poursuivre certes à un niveau inférieur mais qu’importe. Hilton va jouer à Béziers.

En sport comme dans d’autres domaines, l’âge n’est pas forcément un handicap mais le gage du sérieux dans tous les domaines, surtout en dehors de la compétition.



Lionel Herbet

Crédit photo DR

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.