AUTO : Lilou Wadoux fait un pas vers l’Endurance

alpine elf europa cup autosport gp portimao course 1 0065
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Des tests à venir en LMP2… La deuxième saison convaincante de Lilou Wadoux en Alpine Elf Europa Cup, ponctuée par une victoire et la 3ème place au classement général final, donne un coup d’accélérateur à la carrière de la jeune pilote amiénoise. 

“Lilou Wadoux va déjà très vite” observait au début de la saison 2020 Philippe Quetaud, le directeur d’Alpine et des ventes spéciales du groupe Renault, quand l’Amiénoise venait tout juste de découvrir, grâce à Autosport GP, l’A 110 Cup, sa première voiture à propulsion après ses premières années en traction. À la fin de la saison 2021, celui qui a pris part au dernier meeting de l’Alpine Elf Europa Cup en tant qu’invité VIP, à Portimao, a dû mesurer les progrès de la jeune pilote…

screenshot 20211026 165653
Portimao – Devant leurs Alpine A110 Cup et derrière leurs pancartes de 1er et 3ème de l’Alpine Elf Europa Cup 2021, Jean-Baptiste Mela et Lilou Wadoux posent en compagnie de l’ensemble du team lyonnais Autosport GP

Autant de podiums que le champion…

Devenue le week-end dernier au Portugal la première femme à gagner une course en Alpine Cup, au sein d’un plateau d’une quinzaine d’hommes, Lilou Wadoux a aussi tenu bon la 2ème place de la course 2 le lendemain. “On a fini en beauté sans être forcément les plus rapides, mais on s’est débrouillé pour bien se placer aux départs. Alors les résultats à Portimao valident notre saison” estime Lilou Wadoux, d’un point de vue collectif. Avant de s’arrêter brièvement sur son cas personnel : “huit podiums sur douze courses, c’est pas mal… (NDLR : c’est autant cette année que le double champion de la catégorie, son équipier Jean-Baptiste Mela). Et je fais très attention à éviter la casse car un abandon, ça coûte cher, indique la Picarde. J’évite les mauvais coups et c’est aussi grâce à la voiture, qui est hyper fiable.”

Lilou est une grande pilote, solide

Gilles Zaffini, team manager d’Autosport GP

Une pilote fiable dans une voiture fiable, cela fait dire au boss de l’écurie Autosport GP, Gilles Zaffini, que “Lilou a démontré cette saison qu’elle était une grande pilote, solide.” Car de toute façon, pour le team manager lyonnais “l’Alpine Elf Europa Cup est un championnat pour les grands pilotes, qui va devenir un passage obligé. Regardez Ugo de Wilde…  Effectivement, on peut regarder le Belge de Herrero Racing, qui aura 19 ans dans quelques semaines : vainqueur de quatre courses et 2ème du général final, il est monté sur le podium des dix courses qu’il a terminées ! Alors qu’il a abandonné dans les deux autres. “Il roule aussi en ELMS et en Michelin Cup, souligne Gilles Zaffini. Mais en Alpine, il se casse parfois les dents sur des pilotes qui ont beaucoup moins de roulage que lui.” Sous-entendu : c’est la preuve que le niveau de l’Alpine Elf Europa Cup est relevé.

Pour revenir à Lilou Wadoux, “elle récolte le fruit de son énorme travail depuis l’an dernier, selon Alexandre Fonfreide, ingénieur de course au sein de son team. Son travail physique et celui avec Julien (Neveu, son ingénieur). Femme ou pas, elle est pilote, point !” Quant à ses collègues pilotes chez Autosport GP, plutôt avares de compliments entre eux généralement, le “sénior” Laurent Hurgon, 4ème au classement final de l’Alpine Elf Europa Cup, un an après sa place de vice-champion, estime que “de belles choses se dessinent pour ces juniors qui vont très vite et qui peuvent monter en GT4.” Ou que “Lilou a tout ce qu’il faut pour aller loin” comme dit sobrement Simon Tirman, 26 ans, revenant en compétition, après huit ans de pause pour cause d’études et vainqueur, comme l’Amiénoise, d’une course cette saison.

Lilou Wadoux bientôt à l’essai en LMP2

C’est donc en toute logique que sa vitesse et sa régularité à haut niveau, mais aussi la qualité de son pilotage – la voiture ramenée intacte à chaque fois, soit à vingt-quatre reprises en deux saisons – lui ouvrent des portes.

alpine elf europa cup autosport gp portimao course 1 0015
Avec une victoire à Portimao, Lilou Wadoux a marqué des points pour son avenir…

De quoi valider, si besoin était, son invitation à s’installer dans le baquet d’une LMP2, l’Oreca 07 du team Richard Mille Racing. Rendez-vous dimanche 7 novembre, au lendemain de la finale WEC au Bahreïn, sur le circuit de Sakhir. La Samarienne est en effet conviée au Rookie Test, une journée découpée en deux heures de tests le matin et trois heures l’après-midi. Et à laquelle sont également invités, mais par d’autres écuries, des pilotes aussi éclectiques que le septuple champion du monde des rallyes Sébastien Ogier, qui rêve lui aussi des courses d’endurance, Charles Milesi, le jeune français – conscrit de Lilou Wadoux – victorieux cette année au Mans en LMP2, ou encore les Anglaises Jamie Chadwick et Alice Powell, respectivement 1ère et 2ème cette saison des Women Series.

En Endurance dès l’an prochain ?

S’ils sont concluants, ces essais pourraient amener Lilou Wadoux à courir en Endurance dès 2022 et donc à faire peut-être ses adieux à l’Alpine Elf Europa Cup et à Autosport GP. 

 

L’année 2021 de Lilou Wadoux

Alpine Elf Europa Cup :
3 et 4 avril – Nogaro : 3ème de la course 1. 2ème de la course 2. 3ème du général
7 et 8 mai – Magny-Cours : 4ème de la course 1. 3ème de la course 2. 2ème du général
19 et 20 juin – Spa-Francorchamps : 4ème de la course 1 (1ère mais 10 secondes de pénalités pour track limits). 2ème de la course 2. 2ème du général
3 et 4 septembre – Barcelone : 2ème de la course 1. 4ème de la course 2. 2ème du général
2 et 3 octobre – Le Castellet : 6ème de la course 1. 2ème de la course 2. 3ème du général
23 et 24 octobre – Portimao : 1ère de la course 1. 2ème de la course 2. 3ème du général final et 2ème des juniors.
Porsche Sprint Challenge :
21 août – Le Mans : victoire (après la pole position), devant 55 concurrents.



Vincent Delorme (avec Léandre Leber)
Photos : droits réservés