AVIRON : Erika Sauzeau a joué jadis au football à Montières

erika à varèse c e avril 2021
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Ce mardi 21 septembre, à l’occasion de la rencontre de L2 Amiens SC- Pau, la médaillée de bronze d’aviron paralympique des Jeux de Tokyo, Erika Sauzeau avait été convié à donner le coup d’envoi. Nous avons pu échanger avec elle.

Elle est arrivée au stade de la Licorne une heure avant le match, en compagnie de son mari. Après le match, elle fut conviée à la table du président  du club. Erika Sauzeau vit en ce moment une sorte de conte de fées puisqu’elle a gagné en notoriété depuis un mois. D’autant qu’elle a été la seule athlète de la Somme à revenir de Tokyo avec une médaille.

Ramener une médaille était pour moi un objectif non dissimulé

Erika Sauzeau

« Ce qu’il me reste de Tokyo, c’est tout simplement une  médaille », souligne Erika. « Je garde aussi en moi, la chaleur qui a été vraiment marquante et cela s’est ressenti surtout sur les deux premières courses. Ramener une médaille était pour moi un objectif non dissimulé. Pour les filles de l’équipe de France, nous voulions un podium et pour les garçons c’était d’aller en finale. Le regret c’est bien sûr que les compétitions ont eu lieu à huit clos et qu’il n’y avait aucune ambiance. Nous sommes rentrés quasiment tout de suite après la remise des récompenses, mais nous avons fêté notre médaille au Trocadéro pour voir le live depuis Tokyo. Il y avait beaucoup de public, le dimanche où nous avons fait la clôture des Jeux à Paris. Le lundi, nous sommes allés à l’Hôtel de Ville de Paris pour la passation du drapeau.« 

Le football ne m’est pas du tout inconnu

Erika Sauzeau

« Pour l’instant, je suis en repos et ce durant trois semaines. Je vais reprendre mi-octobre sur Amiens au Sport Nautique. Professionnellement, je suis à l’armée et je serai en stage. Je fais partie de la Défense et mon employeur me détache à 100% pour que je puisse m’entrainer. mais de temps en temps, il y a des regroupements de sportifs de haut niveau. Maintenant, le football ne m’est pas du tout inconnu car j’ai joué dans ma jeunesse, avant mon accident, au club de Montières Etouvie. »

Lionel Herbet 

Crédits Photos : archives Gazettesports

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.